AccueilAccueil  FAQFAQ  RechercherRechercher  S'enregistrerS'enregistrer  MembresMembres  GroupesGroupes  ConnexionConnexion  

Partagez | 
 

 It Follows (2014, David Robert Mitchell)

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
Aller à la page : Précédent  1, 2, 3
AuteurMessage
Invité
Invité



MessageSujet: Re: It Follows (2014, David Robert Mitchell)   Jeu 9 Juil - 15:32

Bob Boyle a écrit:
Après moi je ne faisais que relever la contradiction hein, je n'oserais jamais m'immiscer dans un débat entre deux français.

Avec la réputation de con qu'on a Laughing Ne rentre pas dans le débat Razz
Revenir en haut Aller en bas
Gregg
Artiste de la médiation
avatar

Masculin Nombre de messages : 4391
Age : 38
Localisation : The future perfect land!
Date d'inscription : 19/07/2010

MessageSujet: Re: It Follows (2014, David Robert Mitchell)   Jeu 9 Juil - 20:09

DieSydney a écrit:
Gregg a écrit:
la teneur adolescente du métrage m'aura ramené à des oeuvres de tristes augures, comme, par exemple, une énième purge du sieur Wes Craven!

Un sacré compliment que tu nous fait là, la teneur adolescente des films de Craven étant de haut niveau. On pourra citer My Soul to Take


Tu viens de poser le pied sur une mine! My Soul To Take est le premier film qui m'est venu à l'esprit en regardant It Follows et je ne crois définitivement pas que nous tenons ici du cinéma de qualité. Après, puisque c'est dans l'air du temps, on dira que "c'est subjectif". Confused

Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Hans-Landa
Mort Vivant!!!
avatar

Masculin Nombre de messages : 1386
Age : 30
Localisation : St-Foy/Québec
Date d'inscription : 01/01/2010

MessageSujet: Re: It Follows (2014, David Robert Mitchell)   Jeu 23 Juil - 8:49

Une vraie bombe ce film! Enfin un film d'horreur original, bien filmé, bien « sonorisé ». J'ai failli me pisser dessus deux fois à cause de la bande sonore!
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Arthas_117
Mort Vivant!!!
avatar

Masculin Nombre de messages : 2586
Age : 22
Localisation : DERRIÈRE TOI !!!
Date d'inscription : 02/12/2009

MessageSujet: Re: It Follows (2014, David Robert Mitchell)   Jeu 27 Oct - 23:50



Lors de l’année de 2014, un film au nom de It Follows prit l’audience du genre de l’horreur. Tous disaient que ce film était un des meilleurs à avoir sorti depuis des grands tels que Le Cercle, The Descent ou The Conjuring. Disant que tout était maitrisé à la perfection et que la terreur imprégnait l’ADN de ce chef-d’œuvre envers son audience. Depuis une essence qui nous suit sans arrêter, tel le danger de la menace dans ce film.
Moi je suis content que pour plusieurs, vous avez vus cela mais honnêtement. J’ai juste vu un bon film d’horreur indépendant…

L’histoire se passe durant les années 70…80? 2000 ? Ce n’est pas clair (et je sais que c’est voulu mais je suis toujours confondu à chaque visionnement). Jay, une nana de 19 ans, a un rendez-vous avec un mec au cinéma. Ce dernier n’arrête pas de regarder s’il est traqué ou non et il décide avec elle de sortir de la salle. Ne sachant pas le pourquoi de cela. Jay accepte quand même de le revoir. Lors d’une nuit intime dans son véhicule, elle a alors une aventure passionnée avec le jeune homme qui tout de suite après, l’endort avec du chloroforme !
En se réveillant attachée après une chaise. Jay se demande ce qui se passe et son « one night partner » lui montre au loin une silhouette s’approcher. Lui disant que seuls ceux qui ont et ont eu la malédiction peuvent voir ce qui les traque pour tuer la personne ayant en soit-ce qui fait d’eux une cible. Ça suit alors là ou Jay est et elle toute terrifiée. Cette dernière se fait reconduire chez elle. Sachant que quelque chose la traque, loin mais tout en approchant pas à pas…

It Follows est ce que j’appelle cela un film original. Le concept du danger dans ce film est du jamais vu et s’en est cauchemardesque. Tel la mort qui nous traquent tous et dont nous savons qu’elle nous rattrapera un jour ou l’autre. Puisqu’en vivant, nous sommes toujours en train de fuir. En mangeant, en se guérissant, ect. Nous prenons toujours un détour pour éviter ce qui nous traque derrière et à un moment. Elle nous rattrapera…


Ça est probablement l’un des meilleurs antagonistes qui existe dans le panthéon du genre de l’horreur. Ça ne parle pas, Ça ne se lit pas dans son regard neutre des formes que Ça « porte ». Ses mouvements sont lents et respectent la norme sociale des lieux urbains (marcher sur le trottoir, cogner à la porte, ect). Le cinéaste du film, David Robert Mitchell a même commenté que Ça pouvait prendre l’avion si nécessaire. De tous les personnages dans ce film, son antagoniste silencieux est le plus intriguant et le meilleur de tous. La jeune Jay l’est aussi en tant que simple étudiante qui est dans le pire cauchemar de sa vie. Mais le prédateur est juste fascinant par son idée de base. Moi-même écrivain, je me fais des idées sur ce que Ça pourrait prendre comme parcours avec d’autres types de proies tellement les possibilités sont grandes (un vétéran de guerre, un Président, Chuck Norris, ect). Je suis surpris et soulagé que ce film n’ait pas connu de suite ou d’un autre chapitre dans son univers.

Hormis pour l’introduction, nous sommes témoins de la phase que Jay traverse. Avec tout ce qui se passe de sa simple vie basculée par une mort qui la poursuit dans un Détroit déjà rongée par cette dernière à la moitié. Nous la suivons et voyons ce qu’elle vit comme cauchemar (plans de caméras à la première personnes, 80% du film est visuellement sur elle, ect). On ne s’identifie pas pour elle mais on a de la compassion pour cette jeune demoiselle.
On veut qu’elle s’en sorte. J’avais plus peur pour elle que n’importe quoi d’autre dans ce film. Encore là, avec la fin et des éléments en détails dans le film. Je me doute qu’ils s’en soient sortis…


Un autre élément qui rajoute le côté unique à l’univers du film, c’est que rien n’a de sens. Au début, notre Y’a se baigne dans la piscine tel un bon passe-temps durant un été chaud. La journée d’après, tout le monde dans file au cinéma (et par tout le monde je dis bien TOUT LE MONDE) porte des vêtements épais d’hiver ! Deux jours plus tard, c’est l’automne et ses feuilles mortes. Une autre encore et c’est l’été. Les saisons sont complètements désorganisés et sans sens. Et comme tout cauchemar, rien n’a de sens !


Mais si l’oscar doit aller à quelqu’un dans ce film. C’est Richard Vreeland, mieux connu au nom d’artiste de Disasterpeace. Avec sa musique chaotique et électronique de sons rétros des années fin 70, milieu 80. Il nous signe ici une symphonie unique et hantante au style jamais entendu dans un film comme tel. Aucun son de jumpscare, juste une montée d’effroi dans le cœur à la surprise d’une grandeur dangereuse qui traque toujours sans s’arrêter. Avec ses certains moments de calmes et de vie sur l’environnement entourant notre Jay dans un cauchemar à la fin ambiguë. Je comprends pourquoi tant veulent écouter ce genre de musique électronique en format vinyle et croyez-moi. Je pense que s’ils auraient enregistrés le son de la musique en se format pour le film. Ça aurait encore mieux renforcée le climat « sans sens » de l’univers de de rêve.


Je peux comprendre pourquoi tant ont adorés ce film. Moi-même j’en fait partie. Malgré que je ne vois pas le « phénoménal » que dégage l’essence de cette œuvre chez tant de passionés. Je peux quand même comprendre et soutenir le fait qu’It Follows soit un des meilleurs films d’horreurs sortis depuis ses dix dernieres années.








Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Pazuzu
Fraîchement mort!
avatar

Nombre de messages : 201
Date d'inscription : 27/06/2017

MessageSujet: Re: It Follows (2014, David Robert Mitchell)   Lun 7 Aoû - 8:13

L'idée de base du scénario était plutôt bien pensé : une malédiction touchant la jeunesse américaine et se transmettant par relation sexuelle. Hélas le potentiel n'est pas exploité. Le scénario est confus, répétitif et surtout lent. On attend des explications qui ne viennent pas (d'où vient cette malédiction ? Comment est-elle apparu ?). Malgré la présence de quelques moments horrifiques plutôt bien mis en scène, on n'est jamais réellement captivé La psychologie des personnages est pour ainsi dire inexistante et malgré une certaine angoisse, on ne ressent jamais de réelle frayeur. Le cinéaste dit s'inspirer d'Halloween, mais n'est pas Carpenter qui veut. Un film qui laisse un sentiment à la fois de frustration et d'inachèvement.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur En ligne
Contenu sponsorisé




MessageSujet: Re: It Follows (2014, David Robert Mitchell)   

Revenir en haut Aller en bas
 
It Follows (2014, David Robert Mitchell)
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 3 sur 3Aller à la page : Précédent  1, 2, 3
 Sujets similaires
-
» It Follows (2014, David Robert Mitchell)
» It Follows (David Robert Mitchell)
» Fury (2014,David Ayer)
» Wolves (2014, David Hayter)
» MALEFICENT - Robert Stromberg (Mars 2014)

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Horreur Web :: CINÉMA :: Films d'horreur-
Sauter vers: