AccueilAccueil  FAQFAQ  RechercherRechercher  S'enregistrerS'enregistrer  MembresMembres  GroupesGroupes  ConnexionConnexion  

Partagez | 
 

 24 Exposures (2013, Joe Swanberg)

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
Mark Allan Poe
King des Zombies!


Masculin Nombre de messages : 8242
Age : 24
Localisation : Québec - St-Dominique
Date d'inscription : 06/05/2008

MessageSujet: 24 Exposures (2013, Joe Swanberg)   Sam 27 Déc - 13:28


Qu'on n'adhère ou pas à leur démarche artistique, il n'en reste pas moins que les trois accords de l'horreur, Adam Wingard, Simon Barrett et Joe Swanberg, forment une équipe de choc!  Ainsi donc, depuis l'apparition de A Horrible Way to Die, je suit avec attention la démarche de Wingard et son équipe. L'an dernier, lors du festival Fantasia 2013, Wingard avait surpris tous le monde avec son You're Next. La même année, on présentait 24 Exposures, un long-métrage de Joe Swanberg (qui avait offert auparavant un segment de V/H/S et Autoerotic) qui mettait en vedette Wingard et Barett eux-mêmes! Bien qu'étant passé inaperçu, ce projet à changement de rôles m'intriguais. Ce n'était plus qu'une question de temps, malgré les critiques négatives, pour que je découvre ce projet expérimental intéressant!

24 Exposures suit la vie de Billy, un photographe célèbre qui se spécialise dans les photos de femmes mortes, avec de jolies demoiselles top-modèles! Son travail le passionne et il a la change de collaborer avec Rebecca, sa copine. En même temps, nous suivons la vie d'un policier dépressif et devenu célibataire, Michael Bamfeaux, qui travail sur le cas d'une femme morte qui était modèle pour Billy! Ce cas nébuleux et sordide amènera Billy et Michael à devenir de grands amis. Alors que Billy continu son travail avec sa femme, il s'avère que d'autres cadavres s'ajoutent et que le tueur semble lier à Billy!

Bien que je sois un fidèle défenseur du travail de Adam Wingard, il s'avère que quand le jeune cinéaste accompli n'est pas réalisateur d'un projet... nous ne sommes pas dans la même ligue de hockey! Bien qu'excellent acteur (il le prouve même dans 24 Exposures avec un caméo de 5 minutes),  Joe Swanberg n'est pas si talentueux que ça derrière la caméra! Non pas que son scénario soit si mauvais que ça, c'est juste que le manque d'opportunités et le sur-place font légion, c'est surtout le cas face à l'enquête des femmes mortes ou les plateaux de tournage de Billy qui n'avancent à rien. D'un autre point, la réalisation de Swanberg est très mauvaise et les plans de caméras sont d'une banalité affligeante!

Il n'y a aucun doute, Swanberg est un cinéaste avec le cœur au ventre et aux intentions louables, mais son style tient difficilement la route. Au-travers de l'avancement de ces personnages, on sent une répétition évidente dans leur parcours. Bien que Swanberg tente de faire grandir et mûrir ces personnages au-travers de leur déboire et dépression, il s'avère que le traitement prend beaucoup trop de places dans un long-métrage de 77 minutes et que, lorsque le générique arrive, le réalisateur n'à malheureusement plus le temps d'offrir une finale enlevante ou un parcours grandiose à ces personnages. C'est surtout le cas de Billy qui n’évoluera pas et restera un photographe de bas étages!

Puis, bien que se voulant très importante au départ, l'intrigue des meurtres de mannequins collaboratrices de Billy est bâclée! Le problème se fait sentir dès le départ, le travail morbide de Billy et tout ce qui touche le côté horrifique de l'oeuvre est secondaire et anecdotique. Autant on apprécie découvrir le quotidien de Billy et de ces collaborateurs, autant, au bout de 3/4 d'heure, cela devient redondant. En oubliant sa réalisation mauvaise, c'est surtout le scénario de Sawnberg qui manque cruellement de finition, de renouvellement et de punchs! On peut dire ce qu'on veut de Wingard, mais ces A Horrible to Die ((niveau style 24 Exposures s'en rapproche beaucoup!)), V/H/S 2 ou même You're Next avaient bien plus de mordants!

D'un autre côté, c'est à force d'offrir des personnages charismatiques et un quotidien ordinaire à ceux-ci que Swanberg fini par toucher la cible. Bien qu'ils ne soient pas tous attachants, on ri et on apprécie découvrir leur cheminement et leur motivation. Bien que devenant moins important au fur et à mesure de l'intrigue, Billy est définitivement le personnage le plus charismatique! Photographe en apparence morbide et anti-social, il s’avéra un personnage tendre et aux blagues attachantes qui aident à apprécier son personnage. C'est surtout lors de ces longs monologues avec Michael qu'on sent toute la tendresse du personnage!

Même si la réalisation de Swanberg me laisse indifférent, il n'en reste pas moins que le style qu'il offre à 24 Exposures est génial, couillus et intéressant dans sa démarche! Tel un drame comique indépendant, nous suivons l'envers du décor des shoting de Billy. Ceux-ci sont particulièrement détendus, mais aussi avec une nudité prédominante. Bien que celle-ci va paraître accessoire aux premiers abords, elle aide grandement à s'habituer au train-train de vie du personnage principal (qui voit tellement de nudités chaque jour qu'il est indifférent!), mais également à voir toute crue la réalité de tels shoting! C'est surtout en suivant le romantisme entre Billy et Rebecca que 24 Exposures prend un côté réaliste et "normal" bien accueillant... ils semblent être un vrai couple!

Même si contenant bien des qualités, 24 Exposures ne serait pas aussi intéressant sans l'impeccable distribution qui l'accompagne! Dans le rôle du sympathique Billy, nous avons Adam Wingard et son charisme surprenant. Déjà très convaincant dans son segment de V/H/S 2 et celui de The ABC's of Death, Wingard offre ici sa meilleure performance jusqu'ici! De l'autre côté de la médaille vous avez Simon Barrett dans le rôle de Michael. Sans vouloir le dénigrer, Barett est à l'image de son personnage : minable, vide, creux,  ennuyeux et antipathique! Bien que j'adore Wingard, mon coup de cœur ultime va à Caroline White qui est époustouflante et réaliste dans le rôle de la copine de Billy.

Pour ce qui est du côté technique, c'est très potable! Adam Pinney offre une direction photo réaliste et qui donne sans cesse l'impression de vivre dans la réalité et non de regarder un long-métrage.Tout comme la réalisation ou le scénario, Swanberg donne un résultat très inadéquat avec le montage. C'est surtout le cas avec des fondues hasardeuses ou des coupures brusques. Puis, bien que j'adore la musique, elle ne fonctionne pas toujours avec le visuel, c'est surtout le cas de cette musique entraînante pendant que Michael regarde des dossiers dans son bureau!

24 Exposures possède bien des défauts et est parfois plus ennuyeux que fascinant, mais on reste attentif devant nôtre téléviseur à vivre l'expérience et en sortir avec un avis solide! Bien que j'adore l'idée du changement de rôles entre Wingard, Swanberg et Barett, il n'en reste pas moins que les trois accords de l'horreur sont à leur meilleur dans leur domaine respectif (sauf Wingard qui excelle en acteur!). Peut-être est-il pour bien des gens un grand réalisateur (il possède près de 30 films à son actif), mais pour ma part Swanberg reste assez mineur. Malgré tout, si vous avez apprécié le moindrement You're Next, The Sacrament ou A Horrible to Die avec la même équipe, je ne peux que vous conseillez 24 Exposures avec des attentes bien bases!

Note : 2/5
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://cinemasculin.com/
 
24 Exposures (2013, Joe Swanberg)
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1
 Sujets similaires
-
» [Disney] Le Monde Fantastique d'Oz (13 mars 2013)
» [Efteling] Projets futurs dont Hartenhof, pour 2013!
» Orlando Thrill Park (2013) : un parc 100% sensations en Floride
» [Marvel] Thor : Le Monde des Ténèbres (2013)
» Albator, le long métrage pour 2013

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Horreur Web :: CINÉMA :: Films d'horreur-
Sauter vers: