AccueilAccueil  FAQFAQ  RechercherRechercher  S'enregistrerS'enregistrer  MembresMembres  GroupesGroupes  ConnexionConnexion  

Partagez | 
 

 Dreamaniac (1986, David DeCoteau)

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
Mark Allan Poe
King des Zombies!


Masculin Nombre de messages : 8242
Age : 24
Localisation : Québec - St-Dominique
Date d'inscription : 06/05/2008

MessageSujet: Dreamaniac (1986, David DeCoteau)   Lun 29 Déc - 15:11


Si vous avez parler une fois avec moi, vous le savez : Je déteste David DeCoteau! En fait, je trouve que depuis son "coming out" cinématographique, David DeCoteau à perdu totalement de son talent et, plus on avance, plus c'est pénible de suivre un long-métrage de son cru (sa série 1313 est une vraie purge)! Pour autant, je dirais que David DeCoteau à plus ma confiance avec des productions Full Moon avec le créateur Charles Band. Ne faîtes dont pas semblent, on a tous été surpris de voir Puppet Master III : Toulon's Revenge! C'est donc avec aucune attente que j'ai découvert le premier vrai film d'horreur de DeCoteau : Dreamaniac. Ce petit film est sa première collaboration avec Band qui aura duré près de 13 ans (et plus de 30 films!) avant que Band refuse de sortir Voodoo Academy!

L'histoire suit Adam, un musicien fan de Heavy Metal, qui vit sa vie en ermite et voulant percer. Bien entendu, il ne serait totalement heureux sans le support de Pat, sa petite amie. La soirée sera mouvementée pour Adam puisque Pat insiste pour faire un party dans sa maison, que sa sœur de sororité, Jodi, organise. Alors que Adam devient de plus en plus étrange avec des cauchemars excentriques et des visions d'horreur, la soirée est un véritable succès! Pendant que certains font l'amour de tout bord tout côté, un tueur semble avoir pris place dans le party pour éliminer chacun de ces adolescents stupides!

Trop en révéler ne rendrait pas justice à certains revirements diablement délectables que vous devez découvrir par vous même! Vous l'aurez compris, Dreamaniac est une autre exemption qui confirme la règle dans la filmographie extrêmement vaste de DeCoteau. Dès le début, Dreamaniac surprend dans son générique d'ouverture grâce à une musique Heavy Metal/Rock qui aurait été composé par Iron Maiden, sous la supervision du groupe The Goblin, puis retouché par John Carpenter pour son Halloween! En fait, toute les compositions musicales de Don Great ont la particularité d'avoir ces airs Heavy Metal qui donnent une ambiance particulière à Dreamaniac. Peut-être est-ce à cause que le personnage principal est un fan de Heavy Metal, mais c'est l'intention qui compte après tout!

Par après, on voit une séquence onirique digne d'un A Nightmare on Elm Street 2 : Freddy's Revenge où le personnage principal est nu comme un vers et découvre sa copine ensanglantée dans son bain. On réalise à ce moment-là que oui, le film contient toutes les thématiques douteuses de DeCoteau, mais avec un côté professionnel dans la balance! C'est ce professionnalisme mélangé aux clichés 80's qui fait qu'on pardonne entièrement les maladresses que DeCoteau traîne depuis plus de 30 ans maintenant! De par ces répliques stupides, sa direction photo coloré comparable à du Dario Argento, les mauvais acteurs et le scénario over-the-top, Dreamaniac est un excellent mauvais film!

À l'instar d'un Slumber Party Massacre II, Dreamaniac nous explose à la figure un gros n'importe quoi réparti sur 1h30! Ça ne prend pas grand temps disons pour découvrir à la fois une intrigue de slasher, une succube (du moins, selon le scénario!), un zombie, un petit copain schizophrène et des scènes cauchemardesques! Bien que cela deviendrait un défaut majeur de nos jours, c'est grâce à son contenu décousu que Dreamaniac ne nous ennuie jamais et prends une tournure extrêmement divertissante dans la balance. Nécessairement habitué à ce genre de délire scénaristique à l'époque (c'était la marque de fabrique de Band!), DeCoteau tourne la totalité des délires de Helen Robinson avec un enthousiasme contagieux qui ne cesse de nous mettre dans le bain avec confort!

De plus, les effets gores de Tom Schwartz sont très réussis! Ce sera peut-être mal fait pour les fans de CGI, mais il reste que rien ne bat un effet pratique fait avec amour et "cheapesque"! Cela devient presque une perfection en soit quand vient le dernier 10 minutes où le/la méchant(e) reçoit à deux reprises une perceuse en pleine gueule! En fait, le tout rappel les excellents jours de Slumber Party Massacre! Cette soif de gore aide beaucoup Dreamaniac pour rendre chaque exécution plus mémorable que la précédente alors que le tueur fait tomber ces victimes comme des mouches!

Pourtant, c'est vraiment des ces gros clichés des années 80 que Dreamaniac fait sourire! Que ce soit le fameux macho déguisé en Michael Jackson, avec ces grosses lunettes, qui fait une danse, en passant par la musique rock ou les vêtements datés... Dreamaniac donne le sourire fendu jusqu'en arrière de la tête! Le côté David DeCoteau est aussi fascinant à voir éclore timidement (et de façon suggérée) pendant des scènes de sexe hétéros banales ou des scènes de meurtres que DeCoteau va reprendre pendant sa période "after-coming out".

Soyons d'accord, Dreamaniac est un film médiocre au visuel très discutable, à la réalisation ordinaire et au budget fauché! Pour autant, c'est dans sa médiocrité et son manque de budget que Dreamaniac est aussi divertissant! De toute façon, il n'était pas du tout rare que Charles Band offrait des productions excentriques fait avec le minimum, mais que la passion était dans le tapis! Bien que ce n'était que sa première collaboration avec Band, DeCoteau semblait enthousiasme et voulait offrir un résultat potable sans que sa mère ne sache rien! Je suis conscient que DeCoteau est médiocre et que ces films plus récents sont mauvais, mais sous la bannière de Band, ils ont au moins un certain professionnalisme... je serais curieux de voir Creepozoids, Sorority Babes in the Slimeball Bowl-O-Rama , Nightmare Sisters , Murder Weapon et The Killer Eye!

P.S : Au moment où cette critique sera publiée, j'aurais probablement déjà Dreamaniac en Dvd!

Note : 3.5/5
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://cinemasculin.com/
 
Dreamaniac (1986, David DeCoteau)
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1
 Sujets similaires
-
» Dreamaniac (1986, David DeCoteau)
» Le Sens du Devoir - Royal Warriors - 1986 - David Chung
» Leeches (2003, David Decoteau)
» Final Stab (2001, David DeCoteau)
» Parlons un peu de... David De Coteau

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Horreur Web :: CINÉMA :: Films d'horreur-
Sauter vers: