AccueilAccueil  FAQFAQ  RechercherRechercher  S'enregistrerS'enregistrer  MembresMembres  GroupesGroupes  ConnexionConnexion  

Partagez | 
 

 Rapture-Palooza (2012, Paul Middleditch)

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
Mark Allan Poe
King des Zombies!
avatar

Masculin Nombre de messages : 8242
Age : 24
Localisation : Québec - St-Dominique
Date d'inscription : 06/05/2008

MessageSujet: Rapture-Palooza (2012, Paul Middleditch)   Jeu 1 Jan - 21:13


La comédie, en voilà un genre qui est devenu mon nemesis avec le temps! Pas que je déteste tant ce sous-genre cinématographique, mais il m'apparaît clair que plus je vieilli, plus j'ai de la misère à dealer avec la comédie. Faut juste me voir démolir avec passion The Hangover II, We're The Miller ou Identity Thief! Pourtant, je reste quand même un gars qui regarde quelques comédies de temps-en-temps pour avoir le cerveau à "off"... mais le nombre de comédies qui ne me font pas crier au meurtre se comptent sur les doigts d'une main! C'est donc avec la plus grande méfiance que j'ai mis le dvd de Rapture-Palooza dans mon lecture, me disant à chaque 2 minutes "Ostie, j'veux bien passer une soirée de marde ce soir...". Alors, que vaut cette comédie sur l'apocalypse et Satan en personne ?

Rapture-Palooza suit les personnages de Lindsey et Ben qui, lors d'une partie de Bowling dans l’endroit adapté pour cela, sont témoins du Rapture tant annoncer par la bible. En effet, des gens disparaissent de leur vêtement pour aller directement au paradis, mais d'autres comme eux restent sur terre, endurant le calvaire suivant. Après ce terrible drame, la vie de ces deux adolescents changera à jamais. La climat de la terre change, la pluie devient en sang, les corbeaux crient des insanités, des météorites tuent du monde, un zombie est revenu des morts et des démons sont arrivés sur terre! Un vrai foutoir en résumer... mais ce ne serait sans compter que l'antéchrist est parmi eux, il se nomme Earl "The Beast' Gundy, un être calamiteux qui a fait sauter Seattle avec son missile personnel. Alors que Lindsey et Ben vont à un travail avec le père de Ben chez Beast, Beast tombe amoureux de Lindsey et veut en faire sa femme. La suite sera une succession ininterrompue de folies!

Même s'il est loin de la perfection, Rapture-Palooza aura été un sacré vent de fraîcheur dans une pluie de comédies pâles et intéressantes! Dès le début, le film aspire vers la narration d'une Anna Kendrick à la voix charismatique qui donne plusieurs commentaires qui donnent le sourire. Le monde est devenu apocalyptique et déroutant, pourtant elle prend le tout en sarcasme et en ironie, et c'est plus que bienvenue! Pour couronner le tout, Rapture-Palooza possède juste assez d'éléments horrifiques pour devenir la troisième comédie d'horreur sur l'apocalypse en 2013 avec This is The End et The World's End! Bien que les gimmick horrifiques soient avant-tout destiné à l'état comique, il est intéressant de voir des météorites tuées du monde, des corbeaux crier des "Fuck" et tous autre-mot à tour de rôle et j'en passe! C'est du bonbon!

Mais même si l'humour de Rapture-Palooza est très facile et léger, le tout a fonctionné sur moi. Je pense à cette scène out-of-nowhere où le père de la famille se fait piquer par une chenille qui cri des "suffer" à tout bout de champs et que celui-ci pogne les nerfs, saute partout et lui lance des oranges! Je ne pense pas avoir ri comme ça depuis Cop Out de Kevin Smith! Autrement, j'adore par exemple le zombie, Mr.Murphy, qui a comme passe-temps de tondre son gazon avec une tondeuse imaginaire... c'est tout con, mais ça marche! Puis, la passe où le chum de Kendrick vire insulter parce qu'un corbeau l'à traité de "Motherfucker", c'est le genre de jokes qui fonctionnent si on l'applique correctement.

Même s'il s'agit simplement d'une comédie, Rapture-Palooza possède un côté technique assez surprenant. Pour un débutant, Paul Middleditch donne une réalisation soutenue et juste assez énergique et distrayante pour rendre le spectacle intéressant. La scène du Bowling au début, le générique, au ralentit avec l'excellente musique You Better Run de Gospel Classics Singes, est un véritable délice visuelle qui vaut la chandelle! Robert C. New donne aussi une direction photo juste assez colorée pour attiré l'attention.

Mais Rapture-Palooza prend une folie supplémentaire quand Ken Jeong (la trilogie The Hangover, Vampires Suck, Community) arrive tout bonnement dans le rôle de Dieu pour venir foutre une merde déjà bien épaisse et offrir une volée à Earl "The Beast' Gundy et rendre l'univers de cette comédie encore plus déjanté et qu'elle ne l'était auparavant! Même si on pourrait croire que Rapture- Palooza est une comédie prévisible qui va aller dans un chemin précis... il va à droite de ce qu'on pourrait croire. C'est surtout visible avec le plan machiavélique que Lindsey et Ben font pour essayer de piéger The Beast pendant 1000 ans dans une cage... tout ce qui était prévu foire et la conclusion de tout ceci est pissant!

La distribution est juste étincelante, outre Anna Kendrick (Scott Pilgrim vs. The World, 50/50, Pitch Perfect), John Francis Daley (Bones) et Ken Jeong qui sont excellents d'autres acteurs connus se greffent à eux. Thomas Lennon (A Very Harold and Kumar 3-D Christmas) est très drôle dans son rôle de son zombie fou. Rob Corddry (Harold & Kumar Escape from Guantanamo Bay) possède un charisme qui me donne encore plus envie de découvrir plus amplement sa filmographie. John Michael Higgins (Yes Man) a beau ne pas être longtemps à l'écran, il donne la meilleure joke du film. Même si certains apprécient Craig Robinson (Pineapple Express, This is The Ed), je le trouve ultra ordinaire et lourd, il a le mérite d'avoir un personnage coloré. La présence de Tayler Labine (Tucker and Dale vs. Evil, Cottage Country) est appréciable.

Rapture-Palooza a beau ne pas être si spécial que ça, il faut croire que j'en avais besoin! C'est une comédie horrifique très corsé, avec des éléments d'horreur qui fonctionnent très bien et un humour qui fait mouche. Même si c'est loin d'être parfait, le scénariste Chris Matheson (Bill & Ted's Excellent Adventure, Evil Alien Conquerors) a mis les épices correctement pour que j'embarque dans le délire. Même si cette comédie a de très mauvaises critiques et une visibilité assez moindre, tenter votre chance pour un achat à moindre coût ou une location... ce sera une bonne dose de rire!

Note : 3.5/5
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://cinemasculin.com/
 
Rapture-Palooza (2012, Paul Middleditch)
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1
 Sujets similaires
-
» Dark Circles (2012, Paul Soter)
» Challenge Classique 2012
» Resident Evil: Retribution (2012, Paul W.S. Anderson)
» Bait (2012, Paul Schrader)
» Open Air St-Gall - 28 juin au 1er juillet 2012

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Horreur Web :: CINÉMA :: Films d'horreur-
Sauter vers: