AccueilAccueil  FAQFAQ  RechercherRechercher  S'enregistrerS'enregistrer  MembresMembres  GroupesGroupes  ConnexionConnexion  

Partagez | 
 

 Fatal Frame 劇場版零 (Mari Asato, 2014)

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
Arthas_117
Mort Vivant!!!
avatar

Masculin Nombre de messages : 2586
Age : 22
Localisation : DERRIÈRE TOI !!!
Date d'inscription : 02/12/2009

MessageSujet: Fatal Frame 劇場版零 (Mari Asato, 2014)   Mar 2 Juin - 9:37


La série Fatal Frame est l’une des plus populaires dans le genre du Survival-horror. Classé avec les Silent Hill et les Resident Evil comme étant les meilleurs, cette série est unique en son genre. Elle prend place dans l’ancien monde japonais depuis un élément moderne. Comme par exemple des adolescentes jumelles dans un village médiéval oublié. Ou encore, une journaliste dans un immense château perdu.
En voir un film se dérouler dans le même univers est alors quelque chose de très intéressant et sachant qu’il en a un. Je me senti hyper existé, surtout après avoir vaincu le deuxième pour la je-ne-sais-plus-combien-de-fois la même journée. Alors, qu’est-ce que ce volet de la saga nous dit?

L’histoire commence alors dans une école catholique pour filles (pour une adaptation d’un monde aussi médiéval et japonais que Fatal Frame, FAIL !!!). Michi, une jeune étudiante commence à alors à enquêter sur les différentes disparitions et les morts de ses camarades de classes. Au même moment, Aya, la meilleure chanteuse de l’école est enfermée physiquement dans sa chambre, mais pas spirituellement. Donc au lieu de parler normalement aux autres en forme de fantôme. Elle va communiquer avec eux au style d’épouvante puisqu’elle est hors de son corps (ouuuuhhhhhhh !!!). Au fil du temps, des événements se feront et…C’est ça, c’est tout. Ces deux filles là enquêtent, trouvent la raison, blablablalabla, fin du film.

Si on compare Fatal Frame aux jeux (surtout le deuxième qui possède un scénario du tonnerre) c’est un bidon vide tout court. Si on le prend comme un film à part entière, c’est un drame avec quelques moments de surnaturels tout court! J’ai presque rien à dire sur ce film puisqu’il n’y a pas grand-chose à raconter sur son sujet. Mis à part que c’est d’un ennui, que le film n’essaie pas de faire peur ou de faire vivre un certain malaise chez le spectateur. Ou pire encore, que chaque seconde du film soit baigné de la lumière du Soleil. Contrairement aux jeux-vidéos totalement glauques et avec une essence japonaise féodale.

Le film se situe toujours en plein jour dans une école catholique. Deux éléments contraires à l’environnement de la source original. Les jeux sont toujours durant la nuit dans des conditions météo laissés à désirer. Donnant alors un certain malaise au joueur. Ça peut très bien se produire avec un film, regarder The Ring de Gore Verbinski. Jamais il ne fait beau, le mystère reste toujours là depuis le danger, ce qui le rend encore plus inquiétant.
Dans le film de Fatal Frame, on s’en fiche pas mal de ce qui arrive. On ne s’attache pas aux personnages et/ou on ne se s’identifie pas à eux. Comme Rachel dans The Ring, on ferrait comme elle dans une telle situation. Tout le long du film, on ressent alors la pression, la terreur qu’elle vit. Dans le film que je critique. Y’a peut-être Aya qu’on se souvient mais c’est tout.

Mais le pire du film réside dans le fait qu’il ne fasse pas peur et qu’il n’essaye pas de faire peur. Y’a aucune musique, aucune. C’est ça qui rend 80% du film effrayant bon sang !!!! Aussi, l’image n’a rien d’intimidant ni de terrifiant, ce qui se rapproche le plus de cela. C’est l’image d’une fille qui flotte dans l’intérieur d’une église alors que les jeunes écolières catholiques s’évanouissent. Déjà que si le lieu aurait été un temple shinto, sa aurait donné plus de chance. Mais non, c’est comme si on comparait Terl de Battlefield Earth livre/film. L’un est un personnage qu’on ressent son côté intimidant dans la source original. Dans le film, c’est Travolta à son pire qui s’est déguisé en un Bob Marley extraterrestre.
Ici, on voit à 90% des filles en costume d’écolières catholiques sous la lumière du jour. Je vais vous montrez des images d’un des jeux originaux qui est considéré comme étant un chef-d’œuvre. Je vais vous laissez déduire;


Je vous répète qu’il n’y a AUCUN truc de « sombre » dans le film. C’est comme si tu enlevais la folie de Jack, la musique horrifique et ainsi que toute trace de violence dans Shining de Kubrick. Imaginez la platitude que ça donnerai, bah vous avez « l’adaptation » de Fatal Frame. Je ne peux pas croire qu’une adaptation produite par Spielberg a failli voir le jour. Le pire, c’est que la dernière fois qu’un projet comme tel est arrivé, on a eu le droit à Poltergeist. Dommage, puisque ce dernier aurait pu facilement avoir eu une œuvre qui l’aurait détrôné.

Au final, Fatal Frame est le contraire ce que fait vivre sa source d’origine envers le joueur/spectateur. C’est pas intéressant, c’est long, y’a aucune tension (je l’ai regardé à minuit dans le noir avec mes écouteurs merde) et y’a beaucoup trop de lumière. D’ailleurs c’est le film d’horreur le plus éclairé que j’ai vu de ma vie jusqu’à maintenant. Vous voulez une adaptation de jeu plus terrifiante que ça, je vous suggère fortement Alone in the Dark de Uwe Boll. Quand je suis rendu à le suggérer à quelqu’un ce gars-là, c’est parce que le film que je critique en ce moment à tout simplement foiré!

0,01/5 (quoi? Au moins avec toute cette lumière, on voit bien les actrices japonaises)
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
 
Fatal Frame 劇場版零 (Mari Asato, 2014)
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1
 Sujets similaires
-
» Saga Fatal Frame
» Une femme jalouse blesse grièvement son mari.
» Résultat Fatal four way
» hihih mon mari priait...
» Gundam Astray Red Frame 1/144

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Horreur Web :: CINÉMA :: Films d'horreur-
Sauter vers: