AccueilAccueil  FAQFAQ  RechercherRechercher  S'enregistrerS'enregistrer  MembresMembres  GroupesGroupes  ConnexionConnexion  

Partagez | 
 

 Lights Out (2016, David F. Sandberg)

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
Aller à la page : 1, 2  Suivant
AuteurMessage
Invité
Invité



MessageSujet: Lights Out (2016, David F. Sandberg)   Jeu 14 Juil - 10:50

Revenir en haut Aller en bas
adrien666
Repose en paix
avatar

Masculin Nombre de messages : 810
Age : 36
Localisation : Dans une grotte
Date d'inscription : 14/10/2014

MessageSujet: Re: Lights Out (2016, David F. Sandberg)   Jeu 14 Juil - 13:18

Ça marche beaucoup ce type de cinema.. à tel pont qu'ils ne produisent plus que ça.
Ma soeur me demande de lui dégoter ce genre de films à chaque fois, comme elle sait que je suis adepte des films d'horreur, et je lui repete sans cesse que les films sur les esprits et tout c'est pas tellement ce que je regarde, à part quelques uns à l'occasion.. donc encore un film de plus qui devrait beaucoup plaire à ma jeune soeur. Moi j'attend qu'ils nous ressortent des films plus dans mon genre...
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
crazy babysitter
Repose en paix
avatar

Féminin Nombre de messages : 877
Age : 36
Date d'inscription : 29/09/2011

MessageSujet: Re: Lights Out (2016, David F. Sandberg)   Ven 15 Juil - 6:07

Bonjour.
Entièrement d'accord avec toi, Adrien. Il n'y a quasiment plus que ça. Et qu'il s'agisse de productions mainstream ou de séries Z dont les affiches sont punaisées un peu partout dans les marchés du film ou dont les dvd sont proposés à foison sur des sites de vente en ligne, c'est toujours du pareil au même.
Une famille dans la tourmente, des enfants possédés par des démons mal intentionnés (pléonasme), des mères célibataires battantes qui répondent à l'adversité, tantôt des scientifiques avec des caméras, tantôt des prêtres avec des crucifix...alors je sais bien que ce sous-genre doit répondre à des impératifs mais il n'empêche que c'est devenu tellement redondant !
Ce film, tiré d'un court-métrage qui fonctionnait évidemment de par sa courte durée et son absence d'explication, sera peut-être sympathique, qui sait ? Mais rien que la bande-annonce laisse penser à un clone de "Mister Babadook" et consorts ou à un remake de l'excellent "Nuits de terreur" ("Darkness falls") datant maintenant d'il y a déjà treize ans ! Et c'est produit par James Wan, cinéaste recyclant à outrance ses idées et celles des autres. Mais quand on recycle, il y a l'idée de cycle et celui des fantômes/esprits/démons vengeurs PG13 arrivera bien à terme un jour prochain pour laisser place à un autre. Il y a eu les néo-slashers, les zombies/infectés, les vampires, aujourd'hui les événements surnaturels...bientôt le retour des loups-garous ?
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Gregg
Artiste de la médiation
avatar

Masculin Nombre de messages : 4288
Age : 38
Localisation : In a gadda da... merda!
Date d'inscription : 19/07/2010

MessageSujet: Re: Lights Out (2016, David F. Sandberg)   Ven 15 Juil - 12:15

crazy babysitter a écrit:
Mais quand on recycle, il y a l'idée de cycle et celui des fantômes/esprits/démons vengeurs PG13 arrivera bien à terme un jour prochain pour laisser place à un autre.


Certes, mais nous sommes encore loin d'en avoir terminé!

Le problème qui se pose, c'est que ce sous-genre, plus que tout autre, s'adresse à un public très large. Et plus encore que le classement PG13, Les fantômes/esprits/démons sont potentiellement plus "réalistes" dans l'esprit collectif que le mort-vivant qui, lui, n'est que pure fiction. Par ailleurs, nombre d'artisans du cinéma de genre, qu'ils soient des producteurs réputés, comme peut l'être Jason Blum, ou d'autres jeunes cinéastes représentant l'avenir, comme donc David Sandberg, ont bien saisi la valeur marchande du sous-genre et ne proposent plus que ça. Ainsi, ce n'est pas près de s'arrêter puisqu'il y a l'offre et la demande!
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Bob Boyle
Administrateur
avatar

Masculin Nombre de messages : 12016
Age : 25
Localisation : Montréal
Date d'inscription : 16/02/2007

MessageSujet: Re: Lights Out (2016, David F. Sandberg)   Ven 15 Juil - 17:18

La demande, c'est très relatif.

Les films de fantômes performent de moins en moins bien au box-office américain. Cette année, d'ailleurs, l'offre de films d'horreur en salles s'est fortement diversifiée.

_________________
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://freddyforever.wordpress.com/
crazy babysitter
Repose en paix
avatar

Féminin Nombre de messages : 877
Age : 36
Date d'inscription : 29/09/2011

MessageSujet: Re: Lights Out (2016, David F. Sandberg)   Ven 15 Juil - 18:39

Bonsoir.
Tu trouves vraiment que l'offre de films d'horreur en salle s'est diversifiée de manière exponentielle en 2016, Bob ?
"The boy", "The other side of the door", "The conjuring 2 : le cas Enfield", "The forest", "Before I wake" ou "The darkness" ce n'est pas un peu toujours du pareil au même à divers degrés de qualité ? Si l'on met de côté "The neon demon" et "The witch" (deux propositions "horrifiques" auteurisantes et différentes même si le film de Eggers traite une fois encore de démonologie et compagnie), je ne trouve pas, en ce qui me concerne, que l'offre soit si diversifiée que ça.
Le film d'horreur "Hard R" n'a plus vraiment sa place depuis plusieurs années à présent et même un film de morts-vivants comme "Price, prejudice + zombies" est classé PG13. L'année dernière, il y a bien eu "The green inferno" mais ça reste une sortie très limitée en salle et le film d'Eli Roth a bien mis deux ans à trouver un distributeur et c'est pareil pour sa production "Clown", déjà disponible depuis le premier semestre 2015 en vidéo en Europe.
Dans ce qui reste à venir, à part éventuellement le "31" de Rob Zombie, on conserve une sorte de ligne de conduite similaire avec les "Lights out", "Rings" ou "Ouija 2". Même "Amityville", bien qu'éternellement repoussé, est fait du même bois.
Après, il y a les œuvres hybrides comme "The shallows", "10 Cloverfield lane", "The purge : election" ou "Don't breathe" qui, je pense, tiennent plus du film d'aventures et du thriller que de l'horreur ou de l'épouvante pure et même sur le marché de la vidéo, on ne compte plus les "The possession of...", "The machinchose case" ou "The whatever experiment". Alors ça reviendra peut-être l'année prochaine ("Saw legacy", "Leatherface" ?) mais j'en doute franchement. En salles et même si un jour ou l'autre ça se tassera, nous sommes bien partis pour avoir du jump scare fantomatique ou démoniaque pendant encore un bon moment.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Bob Boyle
Administrateur
avatar

Masculin Nombre de messages : 12016
Age : 25
Localisation : Montréal
Date d'inscription : 16/02/2007

MessageSujet: Re: Lights Out (2016, David F. Sandberg)   Ven 15 Juil - 19:19

The Other Side of the Door et The Darkness ont connu des sorties limitées et n'ont même pas été présentés dans les cinémas canadiens. The Other Side of the Door n'a été exploité que dans 500 salles aux États-Unis (The Green Inferno en a fait 1600, à titre de comparaison). La sortie de The Darkness était quant à elle un ménage de printemps pour Blumhouse, le film traînant dans les coffres du studio depuis des années. Même chose pour Before I Wake, qui par ailleurs est toujours inédit en Amérique du Nord.

Il demeure donc The Forest, qui a été un flop abyssal largué au cinéma dans l'indifférence collective au début de janvier, The Boy, qui sous ses couverts d'émule d'Annabelle s'efforce de proposer quelque chose de différent, et bien entendu The Conjuring 2, dont le succès financier enjoindra probablement les studios à produire d'autres films du même genre, dont ce Lights out (par le réalisateur du futur Annabelle 2).

Le succès financier a été au rendez-vous cette année pour The Boy, The Witch, 10 Cloverfield Lane, The Shallows, The Purge 3, Green Room, Ghostbusters... Certes, on peut nier l'appartenance au genre de plusieurs de ces films si l'on veut, n'en demeure que les foules se déplacent massivement pour aller voir ces "thrillers" au cinéma, alors qu'elles ont boudé la plupart des sorties de 2015, année où Blumhouse dominait le calendrier avec des productions étrangement semblables les unes aux autres.

Et ce n'est pas terminé! Les productions à venir au cinéma se démarquent elles aussi les unes des autres: Don't Breathe, The Woods, 31, Morgan, The 9th Life of Louis Drax, The Girl With All the Gifts, A Monster Calls, Underworld 5, Don't Hang Up et bien sûr le fameux Ouija 2...


Franchement, c'est la première fois depuis longtemps que j'ai du plaisir à aller voir les films de genre qui sortent au cinéma! Variété et qualité sont au menu cette année.

_________________


Dernière édition par Bob Boyle le Ven 15 Juil - 19:43, édité 2 fois
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://freddyforever.wordpress.com/
Bob Boyle
Administrateur
avatar

Masculin Nombre de messages : 12016
Age : 25
Localisation : Montréal
Date d'inscription : 16/02/2007

MessageSujet: Re: Lights Out (2016, David F. Sandberg)   Ven 15 Juil - 19:29

Les modes dans le cinéma d'horreur semblent durer environ une décennie. De la même manière dont nous avons jadis été enterrés sous un déluge de slashers, de thrillers sauce Fatal Attraction ou de torture porn, c'est maintenant les found footages et les néo-Insidious qui abondent.

Tenez bon, dans 1263 jours on sera en 2020 et si ce forum existe encore je déterrerai ce sujet pour y affirmer "Je vous l'avais bien dit, nous sommes passés à autre chose!"

_________________
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://freddyforever.wordpress.com/
Gregg
Artiste de la médiation
avatar

Masculin Nombre de messages : 4288
Age : 38
Localisation : In a gadda da... merda!
Date d'inscription : 19/07/2010

MessageSujet: Re: Lights Out (2016, David F. Sandberg)    Ven 15 Juil - 20:26

Bob Boyle a écrit:
Les modes dans le cinéma d'horreur semblent durer environ une décennie... Tenez bon, dans 1263 jours on sera en 2020 et si ce forum existe encore je déterrerai ce sujet pour y affirmer "Je vous l'avais bien dit, nous sommes passés à autre chose!"


Malheureux seront alors ceux qui n'aiment pas les slashers?!


Malgré la démonstration que le cinéma d'horreur tendrait à se diversifier, je crois que nous sommes englués pour encore un bon moment dans cette mode du PG13 du film de fantômes/esprits/démons. Malgré tout, et comme nous l'a montré John Carpenter avec son Halloween, lequel fut le véritable point de départ de la vague du slasher des années 80, ou encore Wes Craven, qui avec Scream donnait presque vingt ans plus tard une nouvelle jeunesse au même sous-genre, cela ne prend qu'un gros succès commercial pour complètement redéfinir le paysage horrifique. Ainsi, il n'est pas à exclure que la tendance puisse évoluer rapidement, mon exemple, quant à lui, n'étant absolument pas anodin!
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Bob Boyle
Administrateur
avatar

Masculin Nombre de messages : 12016
Age : 25
Localisation : Montréal
Date d'inscription : 16/02/2007

MessageSujet: Re: Lights Out (2016, David F. Sandberg)   Ven 15 Juil - 20:46

Je suis d'accord.

À lui seul, Paranormal Activity a complètement redéfini le paysage horrifique en 2009.

_________________
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://freddyforever.wordpress.com/
adrien666
Repose en paix
avatar

Masculin Nombre de messages : 810
Age : 36
Localisation : Dans une grotte
Date d'inscription : 14/10/2014

MessageSujet: Re: Lights Out (2016, David F. Sandberg)   Sam 16 Juil - 0:57

Je suis plutot d'accord avec Crazy babysitter et Gregg, sans etre totalement en desaccord avec Bob Boyle quand il dit que d'ici 2020 on sera passé à autre chose, j'en doute pas.. Mais le probleme justement il est la. C'est tout ces realisateurs qui tirent sur le filon plutot que de nous proposer des oeuvres originales. Et pour revenir à ce que dit Gregg plus haut:
Les fantômes/esprits/démons sont potentiellement plus "réalistes" dans l'esprit collectif que le mort-vivant
Il a totalement raison et c'est pour ça que ce genre de cinema a toujours eu le monopole sur le reste, même si il y'a eu la mode du slasher entre temps... Tu regardes toute les emissions qu'ils font actuellement sur le paranormal et les chasseurs de fantomes.. je pense qu'on en as pour un bon bout de temps, et que effectivement comme les gens y croient enormement c'est un filon qui sera exploité encore et encore jusqu'à peut-etre une certaine lassitude à un moment du fait de voir toujours un peu la même chose...
Ce qui est extraordinaire le plus souvent avec ce genre de film c'est que c'est toujours tiré d'une histoire vraie, donc les gens s'offrent avec ça le grand frisson. La ou ça devient gênant c'est quand ça laisse moins de place aux autres genre, et la c'est un peu le sentiment que j'ai. En plus comme les gens sont dans une consommation de plus en plus excessive, j'ai limite le sentiment qu'ils nous en sorte un tout les 15 jours ^^ .. Bon j'exagere un peu, mais il faut que le cinema d'horreur continu à nous offrir de la diversité, qu'il puisse y'en avoir pour tout les goûts.. donc il faudrait d'avantage de Rob Zombie, qui lui a prit des risques finalement en faisant des films très differents les uns des autres.. Impatient au passage de voir ses autres et prochains films.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Bob Boyle
Administrateur
avatar

Masculin Nombre de messages : 12016
Age : 25
Localisation : Montréal
Date d'inscription : 16/02/2007

MessageSujet: Re: Lights Out (2016, David F. Sandberg)   Sam 16 Juil - 6:13

adrien666 a écrit:
Mais le probleme justement il est la. C'est tout ces realisateurs qui tirent sur le filon plutot que de nous proposer des oeuvres originales.

Ce problème ne se limite pas au genre horrifique. Le pire ennemi du cinéma novateur est le producteur hollywoodien assoiffé d'argent!

_________________


Dernière édition par Bob Boyle le Sam 16 Juil - 7:04, édité 1 fois
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://freddyforever.wordpress.com/
crazy babysitter
Repose en paix
avatar

Féminin Nombre de messages : 877
Age : 36
Date d'inscription : 29/09/2011

MessageSujet: Re: Lights Out (2016, David F. Sandberg)   Sam 16 Juil - 6:23

Alors là, nous sommes bien d'accord.
D'ailleurs, le même problème se pose en France où des réalisateurs de "films de genre" se voient contraints de tourner des comédies familiales ou populaires (réussies ou non, c'est une autre histoire) s'ils veulent continuer d'exercer leur métier. Ainsi Florent-Emilio Siri, Fred Cavayé ou Jean-François Richet se retrouvent à la mise de scène de "Pension complète", "Radin !" et "Un moment d'égarement" Parce que depuis plusieurs années maintenant, le thriller francophone ne fait plus vraiment recette.
Après, on peut aussi "contrebalancer" en se demander si les projets originaux sont viables ou non. Personnellement et évidemment cela n'engage donc que moi mais si les projets originaux ressemblent à "The neon demon", c'est à se demander s'il ne vaudrait pas mieux des "Conjuring 3" ou des "Ouija 12" !^^
Plus sérieusement, le fait est qu'il n'y a plus vraiment place pour l'originalité dans le milieu horrifique de nos jours. Actuellement, il y a beaucoup de films de fantômes démoniaques pas trop violents et pas trop effrayants ainsi que quelques slashers qui veulent imiter les années quatre-vingt. Le problème, à mon avis, ce n'est pas tant que ces long-métrages manquent d'originalité (qu'entend-on par originalité, réellement ?) mais surtout que, subjectivement, la majorité d'entre-eux n'est pas bien bonne.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
DieSydney
Définitivement Mort
avatar

Masculin Nombre de messages : 343
Age : 26
Localisation : Paris
Date d'inscription : 22/09/2014

MessageSujet: Re: Lights Out (2016, David F. Sandberg)   Sam 16 Juil - 8:12

Vous oubliez pourtant quelques films dans vos listes. Krampus, qui n'est ni un film de fantômes, ni un copié collé dépourvu d'originalité a surpris tout le monde à Noël en faisant un score plus qu'honorable. Alors que tout le monde s'attendait à des chiffres dans la veine du remake de Black Christmas sorti à la même époque et qui fut un flop complet, Krampus a réussis l'exploit de faire presque 3 fois son budget.
Il y a aussi Zombieland, comédie horrifique, un peu plus "vieille" certes mais qui a bien marqué la jeune génération. Ca, le clown maléfique imaginé par Stephen King est un des projets les plus hype du moment, la première photo du clown circule partout sur les réseaux sociaux. Pareil pour Ghostbusters. Puis Netflix est là. Huish de Flanagan récemment, qui a un succès fou sur Netflix avec un super bouche à oreille, et Creep ou The Invitation sont disponibles sur la plateforme et squattent facilement le registre "Tendance populaire" au détriment des Ouija Experiment.

Comme Bob Doyle disait, il est important de signaler que The Door, qui a profité d'une grande distribution en France grâce à son producteur Alexandre Aja, The Darkness ou encore Before I Wake - inexorablement reporté - ne sont que des petites gouttes d'eau comparé à la distribution de The Witch, Krampus, The Gift, même, dans un registre plus thriller mais qui a fait un carton au box office, ou encore The Visit, l'un des films les plus rentables de l'année dernière !
Il serait par contre bête d'ignorer la mode dans films à fantômes/esprits et il est vrai que, vu les chiffres et la popularité de Conjuring 2, et de James Wan en générale, les films "copié-collé" sans originalité sont présents dans le paysage. Mais comme toujours, à toutes époques confondues. Et pas que dans l'horreur.

crazy babysitter a écrit:
Après, on peut aussi "contrebalancer" en se demander si les projets originaux sont viables ou non. Personnellement et évidemment cela n'engage donc que moi mais si les projets originaux ressemblent à "The neon demon", c'est à se demander s'il ne vaudrait pas mieux des "Conjuring 3" ou des "Ouija 12" !^^

Hahaha Very Happy surtout que Ouija 2 se présente bien !
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
crazy babysitter
Repose en paix
avatar

Féminin Nombre de messages : 877
Age : 36
Date d'inscription : 29/09/2011

MessageSujet: Re: Lights Out (2016, David F. Sandberg)   Sam 16 Juil - 8:34

J'ai bien compris ton message, DieSydney, mais il ne faudrait pas non plus tout mélanger tout de même. "The gift" ce n'est pas de l"horreur et ça date de 2015, pareil pour "The visit" (found footage en plus, genre hautement représenté depuis des années maintenant et qui fait donc preuve d'une grande facilité en plus de démontrer que son réalisateur lui-même est obligé de s'adapter aux modes s'il veut continuer à tourner).
"Krampus", pareil, c'est 2015. Et les autres films dont tu parles, ils sont limités pratiquement mondialement à des sorties vidéo ou sur plateformes numériques. Et je ne reviendrai pas sur "Zombieland" (2009).

A l'origine, nous parlions de films qui sortent en salles à plus ou moins grande échelle en 2016 et force est de constater que le genre "horrifique" (un genre sujet à bien des interprétations), la plupart des œuvres distribuées ces derniers temps au cinéma de manière mainstream parlent d'histoires de fantômes PG13. Franchement, quels sont les derniers films d'horreur saignants distribués en salle sur une grande quantité d'écrans ? "Evil dead" et "Texax chainsaw 3D", et c'était en 2013 !

Alors comme le dit Bob, ce sous-genre ectoplasmique/satanique/peu importe finira par lasser et sera remplacé par un autre. Et évidemment, il n'y a pas uniquement que des films de fantômes pour la famille mais ils sont la majorité actuellement dans les salles, c'est tout. Et le marché de la vidéo n'est pas plus reluisant ou fourni. Même les habitués des marchés du film de festivals reconnaissent qu"on trouve surtout de la série B d'esprits frappeurs, de la bébête de synthèse style The asylum et parfois un peu de slashers tentant de faire comme il y a trente ans. Après si certains d'entre-eux sont bons ou plaisent, tant mieux, mais la variété est cependant assez faible.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
DieSydney
Définitivement Mort
avatar

Masculin Nombre de messages : 343
Age : 26
Localisation : Paris
Date d'inscription : 22/09/2014

MessageSujet: Re: Lights Out (2016, David F. Sandberg)   Sam 16 Juil - 12:02

C'est plutôt Green Inferno, non ? 1 500 écrans si mes souvenirs sont bons.

Sinon, oui, je comprends ton message. Mais pour moi, Netflix, avec ces films "originaux", sont dans la "tendance" actuelle au même titres que les films proposés en salles.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
crazy babysitter
Repose en paix
avatar

Féminin Nombre de messages : 877
Age : 36
Date d'inscription : 29/09/2011

MessageSujet: Re: Lights Out (2016, David F. Sandberg)   Sam 16 Juil - 12:27

Oui, mille cinq-cent écrans pour "The green inferno" mais uniquement sur le territoire américain. Pour ma part, étant française, j'essaye de me baser sur des sorties en salles mondiales ce qui était le cas pour "Evil dead" (trois-milles copies US, sortie quasi mondiale au cinéma) et "Texas chainsaw 3D" (deux-mille six-cent copies, distribution en salles globalement aussi) il y a trois ans, contrairement au film de Roth qui s'est majoritairement vu distribué directement en vidéo ou vod dans le reste du monde.
En plus de cela, "The green inferno" était terminé depuis déjà deux ans avant de sortir dans les cinémas de son pays d'origine où il fut un gros échec en salle. "Green inferno" c'est l'exception qui confirme la règle en place depuis plusieurs années maintenant : le gore ne fait plus recette sur grand écran. Les producteurs hollywoodiens l'ont senti et ne proposent donc que du spectre ou du démon PG13 ou très vaguement R comme pour "Conjuring" (dont on peut encore légitimement se demander pourquoi la MPAA lui a donné ce classement). Ca passera, on le sait. Mais ça reste un fait tout comme celui que la proposition horrifique actuelle est vraiment faible et peu inspirée.
Bon, afin d'éviter un total hors-sujet, voici le court-métrage original de trois minutes ayant inspiré le film "Lights outs" :

Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Le_croquemitaine
Phase terminale
avatar

Masculin Nombre de messages : 47
Date d'inscription : 15/05/2016

MessageSujet: Re: Lights Out (2016, David F. Sandberg)   Lun 18 Juil - 12:18

crazy babysitter a écrit:
Mais quand on recycle, il y a l'idée de cycle et celui des fantômes/esprits/démons vengeurs PG13 arrivera bien à terme un jour prochain pour laisser place à un autre. Il y a eu les néo-slashers, les zombies/infectés, les vampires, aujourd'hui les événements surnaturels...bientôt le retour des loups-garous ?

euh on signe ou???????????? Twisted Evil Twisted Evil Twisted Evil

ma bestiole préférée !!!!!!!!!!!
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Arthas_117
Mort Vivant!!!
avatar

Masculin Nombre de messages : 2586
Age : 22
Localisation : DERRIÈRE TOI !!!
Date d'inscription : 02/12/2009

MessageSujet: Re: Lights Out (2016, David F. Sandberg)   Mer 3 Aoû - 0:10

Lights Out

Un film que je me demande bien comment ils allaient en faire un long-métrage alors qu'au début. En regardant les deux, on remarque un coup de génie de son créateur David F. Sandberg qui a fait sans le savoir un petit film se déroulant en même temps que le gros. Le reste du film est très bon mais je dois avouer que l'intrigue à été mal écrite, que la méchante tombe dans le mauvais cliché du "victimisation" et que certains éléments ont étés mal ficelés.
Meh...Moi j'ai bien aimé.
4/5
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
A
Repose en paix
avatar

Masculin Nombre de messages : 506
Age : 28
Date d'inscription : 30/06/2011

MessageSujet: Re: Lights Out (2016, David F. Sandberg)   Mer 10 Aoû - 1:56

Le film qui fera aux interrupteurs de lumières ce que Jaws a fait à la baignade en mer? Non.

Une gimmick qui s'essouffle après 5 minutes.

Un monstre surexposé dès la scène d'ouverture.

Un scénario qui peut être écrit sur un post it (et il resterait de la place pour faire des petits dessins. Pourquoi ne pas dessiner Diana? On l'a tellement bien vu sous toutes ses coutures pendant Une heure et quart).

Un personnage dont les seules consignes de jeu étaient: Essaie d'avoir un vibe pirate Johnny Depp. (Crédit de la blague à Bob Boyle, Je l'ai juste trouvé trop drôle, et je me disais la même chose pendant le film.)

Une morale qui ferait repousser les cheveux d'un chauve uniquement pour qu'ils puissent se dresser sur son crane.


La gimmick de la lumière (à part la scène de l'enseigne tattoo néon, et de la voiture) est très mal utilisée, gros manque d'originalité sur ce point. Quand 99% de ton film repose sur l'idée de la lumière/noirceur, il y aurait tellement eu 101 autres façons d'être plus créatif que ce que l'on a vu. Crinquer des lampes de poches et allumer des interrupteurs, ça a ses limites.

Malgré tout, j'ai été diverti jusqu'à un certain point et je ne suis pas sorti du cinéma en ayant le goût d'aller cambrioler des banques pour me venger de ce que la vie venait de me faire subir. J'ai juste vu un film auquel je ne pensais plus déjà en marchant dans le stationnement.

2.5/5


Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Bob Boyle
Administrateur
avatar

Masculin Nombre de messages : 12016
Age : 25
Localisation : Montréal
Date d'inscription : 16/02/2007

MessageSujet: Re: Lights Out (2016, David F. Sandberg)   Mer 10 Aoû - 18:35

A a écrit:

Un personnage dont les seules consignes de jeu étaient: Essaie d'avoir un vibe pirate Johnny Depp. (Crédit de la blague à Bob Boyle, Je l'ai juste trouvé trop drôle, et je me disais la même chose pendant le film.)

Razz

Je n'ai pas l'impression que les réalisateurs sont toujours très au fait des modes vestimentaires courantes. Je dis ça en étant fucking trop Asperger pour porter autre chose que des T-shirts gris!

_________________
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://freddyforever.wordpress.com/
A
Repose en paix
avatar

Masculin Nombre de messages : 506
Age : 28
Date d'inscription : 30/06/2011

MessageSujet: Re: Lights Out (2016, David F. Sandberg)   Jeu 11 Aoû - 1:30

Bob Boyle a écrit:
A a écrit:

Un personnage dont les seules consignes de jeu étaient: Essaie d'avoir un vibe pirate Johnny Depp. (Crédit de la blague à Bob Boyle, Je l'ai juste trouvé trop drôle, et je me disais la même chose pendant le film.)

Razz

Je n'ai pas l'impression que les réalisateurs sont toujours très au fait des modes vestimentaires courantes. Je dis ça en étant fucking trop Asperger pour porter autre chose que des T-shirts gris!

D'un Asperger à l'autre, on se comprend.


Ses cheveux, sa nonchalance minutieusement volontaire, sa chemise déboutonnée jusqu'à l'abdomen, ses colliers, ses bracelets, ses bagues. Dis-moi sans rire qu'ils n'avaient pas Johnny Depp en tête en écrivant ce personnage là.

Spoiler:
 
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Arthas_117
Mort Vivant!!!
avatar

Masculin Nombre de messages : 2586
Age : 22
Localisation : DERRIÈRE TOI !!!
Date d'inscription : 02/12/2009

MessageSujet: Re: Lights Out (2016, David F. Sandberg)   Jeu 11 Aoû - 1:41

J'suis autiste aussi et je ne voyais rien d'anormal avec ses deux personnages là.
Un fait mi-hors sujet; j'avoue envier le gars pour s'être tapé une nana aussi canon que Teresa Palmer et j'envie celle-ci pour s'être chevauchée un mec avec un tel charme.

Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
JackieBoy
Modérateur
avatar

Masculin Nombre de messages : 9715
Age : 32
Localisation : Sherbrooke
Date d'inscription : 29/09/2005

MessageSujet: Re: Lights Out (2016, David F. Sandberg)   Dim 16 Oct - 11:47

Lights Out de David F. Sandberg - 4/5

Film classique! Une petite famille, avec multiples problèmes, est victime d’un démon, dont seul la lumière peut stopper. De plus, la grande soeur et le jeune frère ont tous deux peur dans le noir. Sans oublier la mère, qui a tout d’une cinglée. Pas le film le plus orignal, mais il offre quand même un bon suspense, quelques petites scènes flippantes et des rebondissements vraiment sympa, dont celui du final. Teresa Palmer est excellente dans son rôle, tout comme Maria Bello. Au final, Lights Out m’a globalement bien plu.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://www.horreur-web.com/
Gregg
Artiste de la médiation
avatar

Masculin Nombre de messages : 4288
Age : 38
Localisation : In a gadda da... merda!
Date d'inscription : 19/07/2010

MessageSujet: Re: Lights Out (2016, David F. Sandberg)    Mar 14 Fév - 20:25

Le moins que le l'on puisse dire, c'est que le dénommé David F. Sandberg n'aura pas été très éclairé pour écrire et réaliser un film tel que Lights Out!

S'il est vrai que le concept en tant que tel, avec un film d'horreur jouant sur l'obscurité et donc les difficultés évidentes à distinguer ce qui se passe à l'écran, avait de quoi rebuter, c'est bien plus le scénario qui handicape de façon outrageuse le film, en même temps qu'il insulte son spectateur!

Très clairement, la métaphore de la dépression qui devient un monstre est une idée brillante, mais elle est tellement mal exploitée que c'en est gênant au vu des appréciations positives entourant ce déchet cinématographique.

Si le point de départ du scénario et son exposition subséquente auraient pu faire de Lights Out un film d'horreur psychologique de haut vol, l'écriture de l'oeuvre se délite très rapidement, autant par ce qu'on devinerait être un manque de talent chez son auteur qu'une faible disposition d'un court-métrage à être étiré sur quatre-vingt minutes. Ainsi, symptomatique de ce que le genre horreur a à nous offrir ces dernières années, Lights Out est convenu, cliché et complètement raté!

Concrètement, le problème majeur du film réside dans le traitement du monstre. Lui donner un nom, puisqu'il s'appelle Diana, est une première erreur qui donne un caractère personnel à la créature alors que celle-ci était censé représenter la dépression de la mère de famille, interprétée par une Maria Bello qu'on a déjà vu plus à son avantage par le passé. Mais loin de s'arrêter là, David F. Sandberg expose beaucoup trop son monstre, lequel prend une place centrale dans le développement de l'oeuvre, tandis que la première concernée, la mère de famille donc, disparaît peu à peu pour céder la place à ses deux enfants qui deviennent les personnages principaux! Il en résulte ainsi un film totalement décharné, la maladie mentale de la mère devenant une créature à part entière à laquelle le scénariste et réalisateur suédois a, en plus, jugé bon de donner un passé! Lights Out change alors complètement de catégorie et en même temps que la créature s'affranchie de la dépression de la mère de famille, le film se débarrasse de son intéressante idée de départ pour n'être plus qu'un vulgaire film de monstre sans grande inspiration, ce qui est paradoxal tant Sandberg donne l'impression de vouloir donner plus de profondeur à son métrage!

Lights Out c'est aussi un film au développement assez minimaliste, mais en même temps très ludique puisqu'il accentue le fond et principalement les rapports entre les différents personnages pour favoriser la compréhension du spectateur. De la sorte, il apparaît évident que le film s'adresse bien plus à un jeune public, comme le démontre également le changement de cap "horreur psychologique/film de monstre" qu'au véritable amateur, érudit du cinéma de genre. Et bien qu'il ne connaisse pas de véritable temps morts ou qu'il évite le piège d'affreux CGI pour privilégier une créature "organique", Lights Out ne représente que peu de motifs de satisfaction.

Si afin de ne pas trop accabler le film, on passera aussi sur le personnage incarné par Teresa Palmer, qui manque beaucoup trop d'empathie pour paraître crédible, ou les multiples lacunes d'un scénario qui prend ses distances avec tout sens logique, on peut difficilement accepter la conclusion de Lights Out. Pour quelqu'un comme moi, qui vente souvent la richesse du cinéma d'horreur et les multiples réflexions qu'il amène à travers des œuvres de différentes natures, le final du film de Sandberg, même s'il ose prendre des risques comme rarement, ce qui lui donne un caractère définitivement original, résonne comme une véritable insulte. C'est que le message délivré est profondément négatif, et pour en arriver là, le film aurait tout aussi bien pu ne pas exister puisque le personnage de Maria Bello aurait dû opter pour cette solution bien avant! Bref, c'est facile et minable!

On ne jettera pas encore David F. Sandberg au fond d'un puits sombre et humide, mais si d'aventure le bougre revenait avec un autre projet, espérons qu'il puisse entrevoir la lumière!

1,5/5.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Contenu sponsorisé




MessageSujet: Re: Lights Out (2016, David F. Sandberg)   

Revenir en haut Aller en bas
 
Lights Out (2016, David F. Sandberg)
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 2Aller à la page : 1, 2  Suivant
 Sujets similaires
-
» Suicide Squad (2016, David Ayer)
» The Legend of Tarzan (2016, David Yates)
» Les frères Peter et David Paul (pour notre Barbare)
» Witches vs. Vampires - Convention Buffy/Charmed [19 et 20 Mars 2016]
» Programme des publications The Black Library 2016 - UK

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Horreur Web :: CINÉMA :: Films d'horreur-
Sauter vers: