AccueilAccueil  RechercherRechercher  S'enregistrerS'enregistrer  ConnexionConnexion  

Partagez
 

 Assassin(s) (1997, Mathieu Kassovitz)

Aller en bas 
AuteurMessage
X-Files_Arpanet
Mort Vivant!!!
X-Files_Arpanet

Masculin Nombre de messages : 3458
Age : 32
Localisation : Dans la Zone 51...
Date d'inscription : 15/09/2006

Assassin(s) (1997, Mathieu Kassovitz) Empty
MessageSujet: Assassin(s) (1997, Mathieu Kassovitz)   Assassin(s) (1997, Mathieu Kassovitz) EmptySam 28 Oct - 3:13

Assassin(s)1997
Assassin(s) (1997, Mathieu Kassovitz) Assassinsmf9


Écrit, réalisé, monté et interprété par Mathieu Kassovitz, auteur de La Haine en 1995, Assassin(s) se révèle être l’œuvre la plus poignante, la plus personnelle et la plus contre-médiatisée de Kassovitz.
Discréditée par les media, adulée par les fans, l’œuvre de ce réalisateur montant a reçu la pire réputation possible. Non pas à cause de la qualité du film mais à cause de la claque monstrueuse qu’ont reçu les journalistes en visionnant Assassin(s).
Assassin(s) (1997, Mathieu Kassovitz) Assassins4qs2
Tout d’abord parce qu’il bénéficie d’une réalisation particulière, d’une histoire originale et d’une violence sous-jacente, mais également parce que Kassovitz et Michel Serrault, campant ici le rôle principal du film, ne se sont pas gênés pour chier sur les media ne comprenant rien au cinéma et sur les journalistes - peu professionnels - ne cherchant qu’à remplir leur torche-cul.
Avec une pub pareille, il est aisé de comprendre la réputation navrante de ce métrage…

Mais qu’en est-il du film exactement ?
Pour ma part, Assassin(s) est, sans concession, LE meilleur film de Mathieu Kassovitz. Un véritable florilège de violence psychologique et physique, violence sous-jacente à une histoire peu commune et politiquement incorrecte.
Assassin(s) (1997, Mathieu Kassovitz) Assassins1eg5
Un jour, Max (Mathieu Kassovitz) rencontre Monsieur Wagner (Michel Serrault), un Assassin de renom désirant perpétrer son héritage d’ « artisan », selon ses termes, en la personne de Max. Peu à peu, Max accepte son nouveau travail, et découvre non seulement qui sont les vrais assassins de cette société contemporaine violente et dépravée, mais également que tuer a un prix. Max va alors enrôler l’une de ses connaissances, un adolescent de 13 ans (Mehdi Benoufa), et lui donner goût au métier.
Assassin(s) (1997, Mathieu Kassovitz) Assassins2hu8
Un film en deux parties qui relate l’histoire de Max puis celle de l’ado de 13 ans, et leur progression respective aux côtés de M. Wagner, vieillard endurci proche de sucrer les fraises.
À côté de cela, Kassovitz en profite pour tirer le portrait d’une société en dérive, obsédée par la Télévision qui elle-même ne fait que véhiculer des images de violence, de sexe et d’abus sociaux.
On pourra cependant reprocher à Assassin(s) de laisser certaines zones d’ombre comme de ne pas savoir qui sont les responsables et les monnayeurs des contrats que reçoit Monsieur Wagner, ou encore les facilités qu’empruntent les scénaristes concernant les meurtres (empreintes laissées sur les lieux du crime, preuves à tout va, etc.).
Assassin(s) (1997, Mathieu Kassovitz) Assassins3lb4
La réalisation est splendide : plans fixes pour montrer des scènes d’une véritable torture psychologique, travellings ingénieux, jeu avec les images, montage méticuleux et perfectionniste, mouvements de caméra magnifiques. Bref, une œuvre fouillée et très personnelle (Kassovitz affirme d’ailleurs qu’Assassin(s) fut le plus éprouvant des ses films) qu’on aimerait voir plus souvent. J’avoue avoir un petit faible pour la scène de la boîte de nuit, éclairée par un stroboscope, accompagnée d’un thème techno puissant (je vous rassure, je déteste ce pseudo genre musical en temps normal !), et nous exposant le malaise de Max et de Wagner.
N’oublions pas le caméo de Jean-Pierre Kassovitz, le père de Mathieu, en fin de métrage ; et l’hommage discret à Steven Spielberg quand la télé diffuse l’épisode de Colombo réalisé par Spielberg (la mention « Directed By Steven Spielberg » apparaît d’ailleurs un quart de seconde…).

La réalisation s’accompagne d’une musique évoquant la tension, le désarroi, le malaise, pour le plus grand plaisir de nos oreilles, et pour le plus grand malheur de nos nerfs…
Assassin(s) (1997, Mathieu Kassovitz) Assassins5vq0
Les personnages ne sont ni des clichés ni des stéréotypes ni des figures sans âme, mais des personnages complexes, très humains, réalistes, et pourvus d’une vraie personnalité. Tour à tour, on s’attache à eux, s’y identifie, les déteste, les comprend, ils nous rebutent comme ils nous attirent, on progresse – et régresse, à certains moments – avec eux. Les projecteurs plantés sur les personnages, nous sommes pris dans leurs tourments et leur complexité, parfois jusqu’à la nausée et jusqu’à l’horreur.
Mathieu Kassovitz, Mehdi Benoufa et particulièrement Michel Serrault nous offrent des prestations bluffantes et tenues à la perfection, via une interprétation à la fois réaliste, touchante et brutale.

En résumé, Assassin(s) est une œuvre impossible à résumer !
Assassin(s) doit être vu par tout cinéphile averti. Violent, politiquement incorrect, malsain, amoral, ce film de Mathieu Kassovitz est une œuvre unique et incontournable.


Réalisation : 5/5
Histoire : 3.5/5
Personnages/Acteurs : 4.5/5
Musique : 4/5



Note : 17/20
Revenir en haut Aller en bas
https://www.dailymotion.com/X-Files_ArPaNet
HorrorZone
Mort Vivant!!!
HorrorZone

Nombre de messages : 1360
Localisation : France
Date d'inscription : 12/01/2011

Assassin(s) (1997, Mathieu Kassovitz) Empty
MessageSujet: Re: Assassin(s) (1997, Mathieu Kassovitz)   Assassin(s) (1997, Mathieu Kassovitz) EmptyMer 13 Juin - 16:34

Bah, depuis ses remarques méprisantes envers les autres cinéastes français au festival de Cannes l'année dernière, son comportement imbu et son mépris pour la France, j'ai décidé de boycoter tous les films de ce monsieur.
Il n'est pas trés interressant.
Revenir en haut Aller en bas
 
Assassin(s) (1997, Mathieu Kassovitz)
Revenir en haut 
Page 1 sur 1
 Sujets similaires
-
» Création Perso Spé : Altaïr (Assassin's Creed)
» Assassin's Creed Brotherhood III - [Xbox360/PC/PS3]
» Avis , ville de Mathieu: restauration peinture d'art (...?)
» Ordre de lecture conseillé pour l'assassin royal
» Un assassin de chevaliers croisés

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Horreur Web :: AUTRES :: Cinéma en général-
Sauter vers: