AccueilAccueil  FAQFAQ  RechercherRechercher  S'enregistrerS'enregistrer  MembresMembres  GroupesGroupes  ConnexionConnexion  

Partagez | 
 

 Escape from L.A. (1996,John Carpenter)

Aller en bas 
AuteurMessage
X-Files_Arpanet
Mort Vivant!!!
avatar

Masculin Nombre de messages : 3461
Age : 31
Localisation : Dans la Zone 51...
Date d'inscription : 15/09/2006

MessageSujet: Escape from L.A. (1996,John Carpenter)   Dim 15 Avr - 16:20


Los Angeles 2013 (Escape From L.A.) – 1996

Réalisé par John Carpenter
Écrit par John Carpenter, Debra Hill & Kurt Russell
Musique de Shirley Walker & John Carpenter
Avec Kurt Russell, Steve Buscemi, Peter Fonda, A.J. Langer, George Corraface, Cliff Robertson, Pam Grier,  Stacy Keach , Bruce Campbell, Leland Orser, Robert Carradine

Synopsis :
En 2013, Snake Plissken débarque à Los Angeles devenue, après un grand tremblement de terre, une île où sont parqués les bannis. Sa mission : retrouver dans le décor apocalyptique de L.A. la « boîte noire » dont dépend l’avenir de la planète.



15 ans après New York 1997, Russell et Carpenter font surgir Snake Plissken des oubliettes. On pouvait s’attendre à du réchauffé et à un scénario mou de la fesse ; le fait est que Los Angeles 2013 supplante son prédécesseur. Ce qui n’était qu’une satire sociale sous-jacente dans le premier volet prend ici les traits d’un véritable pamphlet ravageur, accusant un pays en dérive. Ainsi, Los Angeles 2013 nous expose une Amérique où les SDF, les homosexuels, les athées, les musulmans, les contestataires, sont expulsés du territoire américain pour avoir transgressé les règles puritaines et fascistes d’un président devenu dictateur. Allant plus loin, les 3 scénaristes dénoncent une société dans laquelle l’alcool, la drogue, le tabac et le sexe hors-mariage sont des crimes fédéraux, passibles de mort. Qui plus est, Carpenter explique ouvertement que cette Californie abritant les rebuts de la société correspond à la vraie zone libre de ce monde ; où chacun est encore libre de faire ce dont il a envie, détaché de toute obligation et de tout devoir.




En avance sur leur temps, les auteurs vont jusqu’à mettre en branle la montée de la chirurgie esthétique dans les contrées états-unienne, avançant des êtres déformés et détraqués par nombre d’opérations chirurgicales ratées. Au passage, Carpenter, Hill et Russell se permettent une allusion à la Baie des Cochons (le transport des missiles de Cuba aux États-Unis) et en profitent pour égratigner leur maison de production – à savoir Universal, se foutant gentiment de sa gueule le temps d’une réplique. Et que dire de ce final ? Servant à la fois de clin d’œil au final de New York 1997, et d’hymne à l’anarchisme.



C’est en grande pompe que Kurt Russell renfile le costume de Snake Plissken, archétype de l’antihéros bodybuildé et rebelle jusqu’au bout du flingue. Mais il ne fait pas le voyage seul, amenant cette fois-ci Steve Buscemi (la taupe du Reservoir Dogs de Quentin Tarantino) en Eddie, l’ami des Stars, sorte de lèche-cul de service. Peter Fonda en surfeur déglingué. Pam Grier en transsexuel. Leland Orser (le Dr Dubenko de la série Urgences – E.R.) en génie de l’informatique (dont le doubleur n’est autre que George Caudron, la voix française de Fox Mulder, au passage). Et même Bruce Campbell en chirurgien-plasticien défiguré et dément. Tous les membres de cette joyeuse troupe se croisent à travers un scénario proche de la perfection – en effet, il ne faudrait pas non-plus oublier le paquet d’exagérations et de facilités que trimballe Los Angeles 2013.



Pour ce qui est de la réalisation, Carpenter nous convie à une manière de faire imprégnée de son sceau et d’une petite touche de modernité, nous surprenant tant par son attachement au passé (l’aspect kitsch des personnages, des décors, etc.) que par l’utilisation d’effets spéciaux tantôt ahurissants (le tremblement de terre) tantôt moyens (le tsunami, le vol en deltaplane…). Et il en va de même pour la bande-son, alliant les compositions mélodiques de Carpenter à des musiques rock nouvelle génération, en plus de thèmes additionnels malheureusement peu concluants. Mais, en définitive, on reste subjugué devant un tel résultat qui, avouons-le, tire son principal intérêt d’une satire sociale bruyante, peut-être encore plus retentissante de nos jours qu’à l’époque de sa sortie.



Note : 17.5/20
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur https://www.dailymotion.com/X-Files_ArPaNet
BloodSplash
Mort Vivant!!!
avatar

Masculin Nombre de messages : 3989
Age : 33
Date d'inscription : 26/02/2006

MessageSujet: Re: Escape from L.A. (1996,John Carpenter)   Dim 15 Avr - 16:46

Cette suite est bien inférieure à Escape From New-York mais elle en demeure quand même bien divertissante.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
celticxoan
Mort Vivant!!!
avatar

Masculin Nombre de messages : 2074
Age : 49
Localisation : YUTZ (France)
Date d'inscription : 09/11/2006

MessageSujet: Re: Escape from L.A. (1996,John Carpenter)   Dim 15 Avr - 18:13

BloodSplash a écrit:
Cette suite est bien inférieure à Escape From New-York mais elle en demeure quand même bien divertissante.

Je partage ton avis.....
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
chainsaw
Mort Vivant!!!
avatar

Masculin Nombre de messages : 2487
Age : 43
Localisation : québec
Date d'inscription : 30/09/2006

MessageSujet: Re: Escape from L.A. (1996,John Carpenter)   Dim 15 Avr - 20:32

celticxoan a écrit:
BloodSplash a écrit:
Cette suite est bien inférieure à Escape From New-York mais elle en demeure quand même bien divertissante.

Je partage ton avis.....
Moi aussi...
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
X-Files_Arpanet
Mort Vivant!!!
avatar

Masculin Nombre de messages : 3461
Age : 31
Localisation : Dans la Zone 51...
Date d'inscription : 15/09/2006

MessageSujet: Re: Escape from L.A. (1996,John Carpenter)   Mar 17 Avr - 4:31

BloodSplash a écrit:
Cette suite est bien inférieure à Escape From New-York mais elle en demeure quand même bien divertissante.

Et c'est bien ce que tout le monde me dit.
Je ne sais pas pourquoi je préfère LA à NY, peut-être est-ce dû au fait que les décors, les personnages sont moins kitsch et que le rendu est moins daté. Aussi que la satire sociale est plus explicite dans ce volet... Quoiqu'il en soit, je suis resté sur le cul devant LA alors que NY m'a simplement beaucoup plu, ce qui n'est déjà pas mal cela dit.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur https://www.dailymotion.com/X-Files_ArPaNet
Invité
Invité



MessageSujet: Re: Escape from L.A. (1996,John Carpenter)   Lun 24 Fév - 8:47

Copie exacte de new York 1997, los Angeles 2013 est un divertissement explosif et riche en couleur, qui a réussi a enchainer des scènes aussi fun que culte et cela sans se prendre au sérieux.
Snake plissken l'anti héros de l'amerique vu pas John Carpenter se retrouve encore une fois dans des situations absurde devenu culte avec le temps...
Le match de basket a mort en 3 points reste pour moi la meilleur scène du film!
Même si le budget du film pour les SFX a été réduit en plein milieu de la post-production par la Paramount (une honte), le film s'en est quand même tiré avec les honneur en l'empêchant de tomber dans le "b-movie".
4/5
Revenir en haut Aller en bas
JackieBoy
Modérateur
avatar

Masculin Nombre de messages : 9983
Age : 33
Localisation : Sherbrooke
Date d'inscription : 29/09/2005

MessageSujet: Re: Escape from L.A. (1996,John Carpenter)   Jeu 9 Nov - 9:13

Escape from L.A. de John Carpenter - 4,25/5

Loin d’être culte et aussi bon que Escape from New York, Escape from L.A. est une suite, que j’ai toujours bien aimé. Sorti 15 ans ans après l’original, pour le plus grand des plaisirs, Kurt Russell a rendossé le rôle de Snake Plissken, tandis que John Carpenter s’est de nouveau attelé à la réalisation et au scénario. Comme l’indique le titre, l’action se déroule désormais à Los Angeles, alors que c’est devenu une île, suite à un énorme tremblement de terre, et servant maintenant comme une énorme prison. Plissken se voit confier alors la tâche de récupérer une très importante boîte noire qu’a subtilisée la fille du Président sur l’île. Pas une histoire des plus sensas, mais quand même bien divertissante, avec une jolie critique des libertés américaines! Sinon, une super bande son! De bonnes scènes d’action, même si certaines frôlent le ridicule! Un Kurt Russell bien charismatique et une pléiade de guest stars! Bref, Escape from L.A. est un bon film de Carpenter.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://www.horreur-web.com/
Contenu sponsorisé




MessageSujet: Re: Escape from L.A. (1996,John Carpenter)   

Revenir en haut Aller en bas
 
Escape from L.A. (1996,John Carpenter)
Revenir en haut 
Page 1 sur 1

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Horreur Web :: AUTRES :: Cinéma en général-
Sauter vers: