AccueilAccueil  FAQFAQ  RechercherRechercher  S'enregistrerS'enregistrer  MembresMembres  GroupesGroupes  ConnexionConnexion  

Partagez | 
 

 The Beyond (1981, Lucio Fulci)

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
Aller à la page : Précédent  1, 2, 3, 4
AuteurMessage
Bob Boyle
Administrateur
avatar

Masculin Nombre de messages : 12026
Age : 25
Localisation : Montréal
Date d'inscription : 16/02/2007

MessageSujet: Re: The Beyond (1981, Lucio Fulci)   Mer 28 Mar - 15:43

Strappado a écrit:
J'avoue qu'il y'a des commentaires qui méritent la mort par ici Very Happy

Rares sont les membres qui n'ont jamais émis une opinion méritant un bon petit lynchage. Laughing

_________________
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://freddyforever.wordpress.com/
DARIO FULCI
Mort Vivant!!!
avatar

Masculin Nombre de messages : 1088
Age : 33
Localisation : Farnham, QC
Date d'inscription : 31/03/2010

MessageSujet: Re: The Beyond (1981, Lucio Fulci)   Mer 28 Mar - 15:46

Strappado a écrit:
J'avoue qu'il y'a des commentaires qui méritent la mort par ici Very Happy

Prenez-moi pas à coeur, prenez-moi à l'heure!! Mouahaha
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
HorrorZone
Mort Vivant!!!
avatar

Nombre de messages : 1350
Localisation : France
Date d'inscription : 12/01/2011

MessageSujet: Re: The Beyond (1981, Lucio Fulci)   Dim 17 Juin - 11:25

Personnellement, j'attends toujours de voir un film qui sera plus effrayant que celui-ci.
"The beyond/L'au-delà" reste l'oeuvre maîtresse du réalisateur, un poème morbide, une succession de "tableaux" macabres où il faut pas trop chercher à faire le lien (ceux qui disent que le scénario est faible car incohérent misent à côté de la plaque, puisque ce parti-pris est totalement voulu par son auteur).
Le spectateur est perdu puisqu'il n'a plus aucun repère narratif et spacio-temporel, ce qui accroît bien évidemment le malaise.
A cela s'ajoute une absence de réelle identité des protagonistes et entre les protagonistes (Liza ne dit-elle pas à un moment à John qu'elle ignore qui est Martha -la femme de ménage- et qu'elle ne peut pas la mettre dehors puisqu'elle était là AVANT).
De Martha, en effet, on ne saura rien, pas plus du lien qui l'unit à Joe (le plombier)...
Et de nombreux personnages sont comme cela dans le film, fantômatiques, sans "passé", étranges.

On remarquera aussi le côté éliptique de certaines séquences (la fillette qui est attaquée par un zombie ; le passage où sa mère à la morgue reçoit l'acide, sans que l'on sache le pourquoi du comment - on l'aura juste vu crier dans une séquence qui précédait)...
Un schéma narratif des plus déroutant par conséquent...

Bref, rien n'est véritablement "rationnel" dans le film, ni dans la trame, ni dans les personnages, ni dans les séquences...
Et c'est cela, entre autres choses, qui perturbe à sa vision.


Certes, on pourra sourire à propos de la séquence des araignées, un peu moyennement truquée, mais ce serait oublier la perfection de certains autres effets : le lynchage du peintre au début, l'impressionnante explosion crânienne de la fillette, le final où les 2 héros ont pénétré dans le tableau, les bris de verre dans le visage d'Al Cliver... Autant de passages qui impressionnent.
Certaines séquences sont absolument magnifiques, comme celle, filmée au ralenti et sous un éclairage bleuté du plus bel effet, où Liza se remémore la fuite d'Emily (Cinzia Monreale), sans entendre le bruits de ses pas, et réalise ainsi sa condition de "fantôme".

De nombreuses scènes, par leur suspense latent, la science du cadrage, soulignées qui plus est par la magnifique et perturbante musique de Fabio Frizzi (le meilleur score jamais entendu selon moi dans un film d'épouvante) sont totalement effrayantes : on retiendra plus particulièrement la scène de la baignoire ; celle où la femme de Bob vient voir son mari -Joe- à la morgue, ou encore la séquence où celui-ci fait des réparations dans la cave...);

Lucio Fulci, malgré quelques rares maladresses, nous a livré-là un livre d'images macabre sublime, à l'ambiance insoutenable.
Pour moi plus grand film d'épouvante jamais réalisé, et un des plus grands films d'horreur, assurément.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Bob Boyle
Administrateur
avatar

Masculin Nombre de messages : 12026
Age : 25
Localisation : Montréal
Date d'inscription : 16/02/2007

MessageSujet: Re: The Beyond (1981, Lucio Fulci)   Dim 17 Juin - 14:45

HorrorZone a écrit:
Personnellement, j'attends toujours de voir un film qui sera plus effrayant que celui-ci.

City of the Living-Dead?



Mais essentiellement, je comprends ce que tu veux dire.

Je rêve aussi d'un deuxième Fulci.




Il est Mater decadimento.

_________________
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://freddyforever.wordpress.com/
HorrorZone
Mort Vivant!!!
avatar

Nombre de messages : 1350
Localisation : France
Date d'inscription : 12/01/2011

MessageSujet: Re: The Beyond (1981, Lucio Fulci)   Mar 19 Juin - 12:04

Le problème c'est que, outre le fait que Fulci avait mis la barre trés haut à l'époque, on ne fait plus aujourd'hui ce genre de film, l'épouvante est différente, répond à des critères différents, plus modernes, et qui ne peuvent, enfin je trouve, rivaliser avec les films du genre des 70s/début des 80s.
De toutes façons, un film comme "The beyond" serait interdit par toutes les censures du monde aujourd'hui.

Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
HorrorZone
Mort Vivant!!!
avatar

Nombre de messages : 1350
Localisation : France
Date d'inscription : 12/01/2011

MessageSujet: Re: The Beyond (1981, Lucio Fulci)   Mar 5 Nov - 18:46

Baptiste Müller a écrit:
celticxoan a écrit:
Rien que ce passage de ta critique :

" À savoir un scénario poussif. Des scènes
traînant en longueur (l’arrivée des araignées, entre autres). Un
développement abominablement lent. Une séquence finale tellement
ridicule qu’elle pourrait passer pour du Jess Franco ! Une
bande-son magnifique mais inappropriée, envahissante, parfois kitsch et
vieillotte, dont le thème principal (bien que sublime) est répété à
outrance, jusqu’à lasser le spectateur. Des personnages à la
psychologie toujours aussi volatile et esquissée.
"

J'en suis complètement abassourdi....
En effet, pour le coup de "la séquence finale tellement ridicule qu’elle pourrait passer pour du Jess Franco", je pense que - fan ou non du film - t'as vraiment forcé sur les liqueurs à grand-papa avant de dire ça... ce final est l'un des plus beaux du cinéma d'horreur, Fulci nous expose une hallucinante vision allégorique de la mort, avec tout ce qu'elle a de plus sinistre, isolé et désenchanté, et ce le temps d'un seul plan. Comment ne pas le reconnaître ? Après, je veux bien comprendre que l'on soit hermétique à The Beyond dans son ensemble. C'est vrai, on peut "légitimement" trouver ça lent, parfois maladroit et moyennement interprété, mais un très bon journaliste spécialisé dans le genre, Francis Moury, a dit à propos de l'oeuvre: « L'Au-delà est un film fascinant par ses faiblesses et ses facilités mêmes, ce qui est rare dans l'histoire du cinéma ». Inutile de préciser que j'adhère à 100% à sa conception du film. Quant à la lenteur du récit, elle sert selon moi en grande partie à sécréter cette atmosphère lourde, morbide, glauque et suffocante propre au métrage, ce qui fait qu'elle ne me gêne pas le moins du monde.


Mais bon, je dois dire que j'étais persuadé il y a déjà presque un an de cela que lorsqu'X-Files verrait des films tels que The Beyond ou City of the Living Dead, ses notes ne dépasseraient pas le 14/20 et les "vieillots", "lent" ou autre "kitsch" meubleraient à peu près chaque fin de ligne dans ses critiques...  Laughing
Nous sommes certes loin de la qualité d'un Violent Shit, d'un Resident Evil: Apocalypse ou encore d'un X-Files, le Film, mais bon, certains films du père Fulci restent quand même pas si mal, non ? Razz
Au contraire de "City of the living dead/La paura/Frayeurs", je trouve que The beyond a un tempo rapide, renforcé par la durée assez courte du film.
Tout s'enchaîne assez rapidement ; le creschendo va très vite ; il y a très régulièrement des images marquantes...
Ca n'est pas ce que j'appellerai un film lent.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Invité
Invité



MessageSujet: Re: The Beyond (1981, Lucio Fulci)   Sam 15 Nov - 12:57

Surprise! Very Happy Et oui cela fait 2 ans que je possède le Blu-ray UK, je pensais l'avoir déjà vu depuis belle lurette, mais non... J'avais vu city of the living dead et non pas the beyond... Pour être franc je possède tous les films de Lucio Fulci en Blu-ray et DVD mais uniquement en import UK....Le hic c'est qu'au USA, en France et en UK il y a 3 titres différents donc il y a de quoi en perdre son latin!
J'ai trouver que The beyond était pas mal, l'ouverture est bien classique avec une image a la limite du noir et blanc qui nous emmène dans une sorte de chasse au sorcière bien glauque qui se finira a coup de burin. Par la suite le scenario suivra les codes du film d'horreur italien des années 70/80 avec beaucoup de suspens et de tension, avec une image bien crade est une OST en total décalage avec l'action. Le scenario tient la route même si il prend des dimensions/directions extraordinaire (c'est le genre de la maison). A noté des SFX assez glauque qui arrive presque a la cheville d'un day of dead 1985, voir même trop hardcore pour l'époque, des scènes assez violente, je ne parle pas des yeux exorbité mais de l'attaque du berger allemand (la scène la plus choquante a mes yeux). Le final est tout simplement magnifique... Non je ne parle pas de defouraillage en mode munition infini avec le colt 6 coups Laughing Bref, vraiment un très bon film d'horreur, avec des scènes assez crue pour l'époque, des SFX bien foutu et un scenario qui fait le boulot...
4,1/5
Revenir en haut Aller en bas
Mark Allan Poe
King des Zombies!
avatar

Masculin Nombre de messages : 8242
Age : 24
Localisation : Québec - St-Dominique
Date d'inscription : 06/05/2008

MessageSujet: Re: The Beyond (1981, Lucio Fulci)   Lun 29 Déc - 15:40


Bien qu'il avait débuter auparavant dans le genre horreur (plus précisément dans les terres du Giallo) avec A Lizard In A Woman's Skin et Don't Torture a Duckling, c'est vraiment avec le succès du film culte Zombie que Lucio Fulci vu sa popularité grandir et décide de continuer dans cette voie très rapidement. En moins de 2 ans, Fulci réalisait pas moins de quatre de ces classiques intemporels qui resteraient dans les annales encore maintenant! Pour être bien précis, il fit la "trilogie" non-officielle des portes de l’enfer, composé de The City of The Living Dead, The Beyond et The House by The Cemetery! Si ces trois films distincts font des débats encore de nos jours chez les fans, The Beyond demeure pour ma part la plus grande réussite de Lucio Fulci!

Louisiane, 1927, un homme se fait tuer brutalement dans les sous-sol d'un hôtel sans raison apparente. Il s'avère que son sacrifice à ouvert la septième porte de l'enfer qui n'attend que d'être découverte! En 1981, Liza Merril se fait léguer le fameux hôtel délabré par sa famille. Cet endroit n'est malheureusement pas accueillent très longtemps alors qu'un homme libère les forces maléfiques de la septième porte! Bien vite, Liza sera aidée par le Dr. John McCabe et une charmante aveugle, Emily, qui découvriront le mystère entourent le fameux hôtel et la septième porte de l'enfer qui est plus que dangereuse et libère non seulement des zombies, mais ouvre une dimension cauchemardesque!

Plus que jamais, The Beyond n'est qu'une pauvre excuse scénaristique pour du visuel succulent! Pour ceux qui veulent une histoire cohérente et qui se suit sans encombre... Lucio Fulci, Dardano Sacchetti et Giorgio Mariuzzo n'ont rien offert pour vous et ce n'est pas dans les habitudes de Fulci de le faire! En fait, Fulci à surtout le mérite avec ces histoires de savoir où il va, leurs donnent un avancement bien normal sans que ce soit logique. The Beyond serait peut-être l'oeuvre de Fulci, dans ces temps glorieux, qui en souffre le plus. Malgré tout ce n'est rien de moins qu'une poésie visuelle macabrement intéressante que l'on retrouve ici! Les coins sombres, les musiques stridentes, les zombies lents, les effets de suspense liés à la réalisation, la direction photo impeccable et les araignées dangereuses ne sont que quelques exemples de la réussite du cinéma de Fulci!

The Beyond est également un film que j'adore parce qu'avec un scénario banal, Fulci lui donne un up-grade assez surprenant. De par sa réalisation très dynamique, Fulci rend chaque scène surprenante et tendue! La passe où il reprend allègrement la scène culte du film Suspiria de Dario Argento est un must-see, et c'est à peine s'il ne bat pas celle de l'autre maître de l'horreur Italien! C'est aussi dans son traitement des zombies que Fulci mérite de grandes éloges. À partir de monstres codifiés et milles fois vues, le maître du macabre leur donne un look et un style très particulier. De plus, ceux-ci sont capables de ce déplacé à leur guise puisqu'ils sont surnaturels avant tout!

Les décors aident également à l'adhésion du film puisqu'ils sont soit hyper glauque et lugubre (le sous-sol, la chambre 36) ou éclairé et peu rassurant (l’hôpital au grand complet). Dans ces trois films cultes, les décors ont toujours été une grande particularité chez Fulci puisqu'ils concordent très bien avec sa vision horrifique des plus pessimistes! C'est grâce à ces pièces à l'apparence banale que Fulci peut se lâcher lousse et offrir des segments d'horreur des plus jouissifs qui restent encore en tête pour longtemps. La passe des araignées et celle où une jeune fille se retrouve dans une morgue sont très fortes en tension!

Dans toute cette ribambelle de folies horrifiques qui en donnent pour son argent, vous avez la scène finale qui fait office de revirement! Sous son apparence banale, Lucio Fulci donne tout son sens à son style livrant à la fois le non-sens, le poétique, le macabre et le côté pessimiste qui lui sont si cher! C'est dès lors que l'on remarque que le maître de l'horreur Italien avait une dernière réussite à offrir à son public et cette dernière scène touche la cible sans problème!

Bien entendu, Fulci ne pourrait être complet sans les incroyables personnes s'occupent du côté technique! Sergio Salvati (la plupart des films de Fulci) livre une direction photo succulente qui donne au film des couleurs impeccables! Fabio Frizzi (Zombie) et Walter E. Sear ne sont pas en reste, livrant mes compositions préférées d'un film de Fulci, mention honorable à la fameuse Oltre la soglia! Vincenzo Tomassi donne également du concret avec ce montage qui pour ma part me satisfait beaucoup! Comme à son habitude, Giannetto De Rossi (Haute Tension, Piranha II : The Spawning, Zombie) livre des effets gores d'une incroyable qualité qui méritent le visionnement de ce film à eux-seuls!

Mais si une qualité demeure plus que véridique dans The Beyond, c'est son actrice des trois films les plus populaires de Fulci, Catriona MacColl (The Theatre Bizarre). Cette actrice est très investie, très dynamique et au jeu parfait! Elle est bien secondé par Cinzia Monreale, qui bien que son personnage ne soit pas important, est attachante, pleines de mystères et effrayantes à la fois! David Warbeck est bon lui aussi, offrent du concret!

The Beyond n'est rien de moins que la perle rare de réussite dans le non-sens! Si vous voulez découvrir Fulci en grande forme tout en voulant découvrir toute les facettes de son style : The Beyond! C'est littéralement un film aux scènes d'horreur dans le tapis, offrent un visuel concret et une grande force du côté technique! Même si de nos jours le maître de l'horreur est mort, ces forces sont restées intactes sur les transferts Dvd/Blu-Ray pour les futures adeptes voulant découvrir ce qu'était à l'époque l'excellence du non-sens! Tout comme la peinture de ce film, The Beyond est sombre, n'à pas vraiment de sens, mais est beau à regarder... voilà sa plus grande force!

Note : 5/5
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://cinemasculin.com/
Pazuzu
Fraîchement mort!
avatar

Nombre de messages : 201
Date d'inscription : 27/06/2017

MessageSujet: Re: The Beyond (1981, Lucio Fulci)   Dim 6 Aoû - 12:29

Ce film ne brille guère par son scénario, plutôt bancal, ni par ses personnages relégués au rang de faire-valoirs. Le scénario par ailleurs n'est qu'un prétexte pour accumuler les scènes d'horreur qui s'avèrent toutefois fantastiques. Cependant Lucio Fulci ne cherche pas à raconter une histoire avec un luxe d'idées scénaristiques ou qui ait un sens crédible, mais à offrir une vision macabre et esthétique, faite pour être contemplé au lieu d'être compris. Par une mise en scène bien soigné, appuyé par une excellente bande-son, il nous dresse ici un véritable poème morbide, gore et baroque qui a de quoi satisfaire largement les amateurs de films d'horreur. Dès la scène d'introduction, on est immédiatement avertit : le film sera gore. Et il l’est : des yeux arrachés, un homme dévoré par des araignées, des zombies plus décrépis et putréfiés que jamais… le film est un carnaval d’atrocités toutes plus sanglantes les une que les autres… On y voit même une aveugle dévorée par son chien (référence évidente à Dario Argento, l’autre « maestro » de l’horreur italienne). L'éclatante réussite de ce film tient à son ambiance macabre, poisseuse et envoutante réalisée très efficacement et qui n'est pas sans rappeler Frayeurs. Malgré les défauts cités plus hauts, ce film reste une oeuvre unique en son genre dans le paysage de l'horreur. Le chef-d'oeuvre de Lucio Fulci.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur En ligne
Contenu sponsorisé




MessageSujet: Re: The Beyond (1981, Lucio Fulci)   

Revenir en haut Aller en bas
 
The Beyond (1981, Lucio Fulci)
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 4 sur 4Aller à la page : Précédent  1, 2, 3, 4
 Sujets similaires
-
» The House by the Cemetery (1981, Lucio Fulci)
» The Black Cat (1981, Lucio Fulci)
» Lucio Fulci
» Cat in the Brain (1990, Lucio Fulci)
» The Psychic (1977, Lucio Fulci)

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Horreur Web :: CINÉMA :: Films d'horreur-
Sauter vers: