AccueilAccueil  FAQFAQ  RechercherRechercher  S'enregistrerS'enregistrer  MembresMembres  GroupesGroupes  ConnexionConnexion  

Partagez | 
 

 The Twilight Saga : Eclipse (2010, David Slade)

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
Aller à la page : Précédent  1, 2, 3
AuteurMessage
freddyforever
King des Zombies!
avatar

Masculin Nombre de messages : 6829
Date d'inscription : 29/09/2008

MessageSujet: Re: The Twilight Saga : Eclipse (2010, David Slade)   Lun 15 Avr - 23:56

Vu à l'instant. Qu'elle film de merde. Pire que les deux premiers!!!!! Il ne se passe rien. Même la bataille à la fin est plate, plate, plate.

Comme Bella, j'hésite... entre un 1/5 et 1.5/5
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Invité
Invité



MessageSujet: Re: The Twilight Saga : Eclipse (2010, David Slade)   Dim 4 Aoû - 21:10

pour tous ceux qui n'ont pas aimer cette saga: cheers 


Revenir en haut Aller en bas
Gregg
Mort Vivant!!!
avatar

Masculin Nombre de messages : 4447
Age : 38
Localisation : The future perfect land!
Date d'inscription : 19/07/2010

MessageSujet: Re: The Twilight Saga : Eclipse (2010, David Slade)   Lun 22 Fév - 22:49

Le lundi soir va finir par devenir mon rendez-vous avec Twilight! Razz

Bien plus qu'une simple histoire d'amour, ce troisième volet met au grand jour la rivalité entre deux prétendants pour notre héroïne, Bella étant tiraillée par son amitié trouble pour Jacob, le loup-garou bodybuildé et gros comme un camion après transformation, et ses sentiments pour Edward au teint d'argent, le vampire dont l'apparence physique ne pourrait être que le fruit d'un plaisir orgiaque entre David Bowie, Madonna et Boy George!

Lequel des deux Apollons saura définitivement faire chavirer le cœur de notre jouvencelle? Bella (rôle une fois de plus magnifiquement interprété par l'excellente Kristen Stewart, véritable Vivien Leigh du XXIe siècle) semble bien plus aimer le vampire. Pourquoi donc, d'autant que l'odeur du loup-garou, souvent évoqué dans le film, ne semble pas la gêner? Cette question résonne dans l'esprit de tous les "beaux gosses" qui ont tout pour eux, mais qui se sont déjà fait éconduire par l'objet de leurs fantasmes qui leur préférait le pouilleux du coin. Le cœur a ses raisons que la raison ignore, dit-on fort justement. Les adolescentes, elles, comme le langage féminin universelle au sexe faible mais imperceptible pour l'homme, comprennent certainement ce choix, néanmoins dans leur for intérieur (mais non, enfin, il n'est pas question de démangeaison au niveau du vagin) puisqu'elle ne peuvent l'exprimer! L'âge a ses tourments et les tourments ne s'ignorent!

Mais Bella, qui a bien vieilli en l'espace de deux films, au point qu'on lui donnerait dix ans de plus, la faute probablement au maquillage, cela peut-être dans l'intention de paraître plus mâture et donc de s'adresser à un public plus "vieux" ou "vieille" devrais-je plutôt dire (forcément, la belle, comme les spectatrices accusant l'âge avancé des seize printemps, rêve secrètement de mettre ses deux prétendants, en même temps cela va sans dire, dans son lit) ne peut se résoudre à abandonner Jacob (ce n'est pas uniquement une question de "partie à trois", vous ne comprenez rien et avez l'esprit mal placé).

Les deux hommes, eux, sont de grands sentimentaux. Ce n'est sûrement pas eux qui, à dix-huit ans, ferait boire une fille pour se la "pécho" dans le bosquet à côté du lycée (vous vous reconnaissez bande de salopards? Forcément, voilà qui est par contre universel au "langage" du sexe fort). Bref, si Jacob a bien volé un baiser à la douce Bella, il n'aurait pu aller plus loin et pas uniquement parce que la belle sait jouer de sa droite, se foulant le poignet au passage sur la joue musclée du gaillard. Non, il est simplement follement épris et, tout comme Edward, ne saurait la contraindre à plus. Alors pour ce qui est des fantasmes de threesome de la jeune fille... Dans Twilight, les loup-garou et les vampires sont de vrais gentlemen! Peut-être dorment-ils sur la béquille mais ce sont des gentlemen... ou peut-être se cherchent-ils! Après tout, le scénario n'a pas jugé bon (et on le remercie) de faire de nous des intimes de Jacob et de sa meute au fort musc, ni du clan albinos de ce bon Edward. Loup-garou ou Vampire, la jeune femme ne peut être satisfaite! Aurait-il fallu convier, à défaut d'une créature mythique de l'horreur, un extra-terrestre? Peut-être, d'autant que E.T., lui, aurait su où mettre son doigt!

Bella est incomprise. Et ce n'est sûrement pas son père qui pourra guider cette âme torturée. Fin psychologue, son discours commence par "tu veux un sandwich?" Avant de se poursuivre avec "tu sais, il faut te protéger!" Non pas que le sheriff (suivez un peu, le père de Bella c'est le Sheriff de Forks. "Forks Alamo", je vous ai entendus, vous trouvez ça drôle? "Parce que Bella est une citadelle imprenable", c'est encore plus drôle! On se passera de vos commentaire, la prochaine fois!) soit inquiet de la pâleur morbide d'Edward et, par conséquent, du caractère tout autant morbifique d'une relation sexuelle avec le jeune homme pour sa fille adorée (quoique ce cher papa sait peut-être qu'il s'agit d'un vampire. Je n'ai pas été assez assidu, en plus de ne pas avoir vu le deuxième film de la saga pour le savoir, et j'avoue, de la même façon, ne pas avoir l'érudition des adolescentes de notre pauvre monde pour pouvoir répondre à cette question existentielle). Non, il y a plus grave, comme le fait que notre brave homme ne se voit pas élever le gosse de sa fille, ni devoir la marier si jeune! Mais Bella ne s'en laisse pas conter, elle met les choses au poing, sans toutefois lui asséner une droite comme avec Jacob mais affirmative tel un uppercut au menton, lui klaxonne qu'il débarque dix ans après son ex-femme pour aborder avec elle ce genre de sujet. Et de conclure par un "je suis vierge" qui met tout le monde d'accord (voir paragraphe précédent pour saisir le pourquoi du comment).

Une remise de diplômes plus tard, notre joli monde (exception faite du sheriff) se retrouve à faire la fête dans une soirée organisée en l'honneur des récipiendaires du précieux sésame ouvrant les portes des plus prestigieuses universités du pays. On se souviendra que Kristen Stewart, toujours très expressive, aura esquissé un sourire lors du discours minable d'Anna Kendrick (désolé, connait pas le nom de son personnage. Déficit d'attention, encore une fois) et aura obtenu son diplôme également. Parce que j'ai omis de mentionner (en fait, c'est pas très important pour l'histoire ou disons plutôt que ce n'est pas le sens premier du film) que des vampires veulent tuer Bella! Alors, prévoyante, elle s'est quand même dit qu'il serait utile d'avoir son diplôme si d'aventure elle ne passait pas à trépas.

Les vampires en question appartiennent à un autre clan, enfin... je crois! Demandez à une adolescente que vous croiserez dans la rue (pour l'aspect universel de Twilight) ou une jeune adulte (22 ans d'aujourd'hui... c'est 16 ans de 2010, hé hé!) et vous serez mieux renseigné! (mais pourquoi lisez-vous donc cette critique? Razz) Bref, on en apprend sur la mythologie des vampires et contrairement à ce qu'on pouvait penser, ce sont les plus jeunes d'entre eux les plus puissants! Et ouais, Twilight doit nous présenter des jeunes pour plaire aux jeunes! Ils n'allaient quand même pas nous mettre un vieux au look de Nosferatu au milieu de ce casting d'une grande fraîcheur. Et puis dans Twilight, le cahier des charges impose une certaine esthétique: certains vampires sont mauvais mais aucun ne doit être moche. Le contraire serait nuisible à l'entreprise et l'idée d'attirer un public bien ciblé. De même, si les décapitations et démembrements sont nombreux, cela se passe sans la moindre effusion de sang! Les personnages s'apparentant ainsi à des statues de pierre!

Ce troisième volet de Twilight est tellement passionnant qu'on en oublie des points importants, sautant immédiatement à l'affrontement final qui se déroule en montagne (je ne sais pas pour quelle(s) raison(s), désolé de ne pouvoir vous éclairer, une fois de plus). Les vampires passant finalement à l'attaque (il était temps, on arrivait pas loin du terme du film) en sortant d'un lac pour un passage nous rappelant les chefs-d'oeuvre que sont Shockwaves et Le lac des morts-vivants. Mais avant cela, Bella se voit faire du camping sur l'Everest (enfin, une montagne du genre qui serait située dans l'Etat de Washington) et peu prévoyante sur ce coup (c'est déjà bien d'avoir pensé à obtenir son diplôme, faut pas tout lui demander non plus) se retrouve presque en hypothermie. L'habile scénario vient alors déchaîner les passions et susciter mille et une questions chez nos jeunes spectatrices, tandis que l'héroïne est sauvée par Jacob, lequel la réchauffe en se collant contre elle (dans la position des cuillères (la spoon, pour les plus anglophones), cela doit parler à certains) puisqu'en tant que loup-garou, le sang humain coule dans ses veines, tandis Edward, qui a le fluide corporel froid ne peut que se résoudre à cette vision pour ne pas voir disparaître "son unique raison de vivre". La joute verbale, dans cette scène, est un grand moment de cinéma et on devinerait presque que certaines ont dû alors avoir la larme à l’œil que Bella n'ait pas eu une jumelle pour contenter nos duellistes.

C'est le contraire qui se produit en fait, alors que toutes prôneraient sans aucun doute un virage visant à apaiser les tensions, ces vils scénaristes convoquent l'auditoire à un coup bas d'Edward lorsque celui-ci évoque son mariage prochain avec madame Cullen, comprendre Bella. Le fougueux Jacob ne pourra que se résigner et, partant combattre auprès de son clan, plus bas dans la vallée, laissera nos tourtereaux qui se verront être attaqués par les ennemis principaux, un couple de vampires. Les choses, suspense haletant oblige, tourneront mal jusqu'à ce que Bella ne s'entaille (mais non, Arthas, je n'ai pas dis Hentaï) le bras ("tranche les veines", si vous voulez), mettant ainsi en pratique ce qu'elle entendît plus tôt dans le film (à ce moment-là, on pouvait même lire un certain dépit sur le visage de Kristen Stewart, si si je vous jure), détournant ainsi l'attention des agresseurs pour permettre à Edward et un autre loup-garou venu en renfort (je ne me souviens plus ce que tu as fait l'été dernier son nom) de les vaincre et d'imaginer enfin pouvoir vivre ensemble (mais non pas le loup-garou, enfin... que viendrait-il foutre au milieu? Evidemment qu'il est question de Bella et d'Edward) pour l'éternité puisque notre héroïne (j'ai oublié de le dire, mais vous l'avez probablement deviné) veut être transformée en vampire!

Des loups-garou, des vampires, de l'action, de l'amour, des cascades, d'excellents acteurs, de superbes dialogues, de formidables trucages... n'en jetez plus... quel spectacle mes amis!

5/5.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Contenu sponsorisé




MessageSujet: Re: The Twilight Saga : Eclipse (2010, David Slade)   

Revenir en haut Aller en bas
 
The Twilight Saga : Eclipse (2010, David Slade)
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 3 sur 3Aller à la page : Précédent  1, 2, 3
 Sujets similaires
-
» The Twilight Saga : Eclipse (2010, David Slade)
» The Twilight Saga: Eclipse
» The Twilight Saga: New Moon
» The Twilight Saga : Breaking Dawn - Part II (2012, Bill Condon)
» Affiche officielle d'Eclipse

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Horreur Web :: CINÉMA :: Films d'horreur-
Sauter vers: