AccueilAccueil  FAQFAQ  RechercherRechercher  S'enregistrerS'enregistrer  MembresMembres  GroupesGroupes  ConnexionConnexion  

Partagez | 
 

 Bubba Ho-tep (2002, Don Coscarelli)

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
Aller à la page : 1, 2  Suivant
AuteurMessage
loupiotte
Pas encore mort


Nombre de messages : 1
Date d'inscription : 12/02/2006

MessageSujet: Bubba Ho-tep (2002, Don Coscarelli)   Dim 12 Fév - 14:02

ben alors personne ne parle de ce petit bijou..ovni du cinema indépendant et en passe de devenir culte? (deja culte pour les autres continents)..ce film film a été pour moi un coup de coeur, une révélation..
fan de bruce campbell excellent acteur sous estimé a hollywood...quoi de mieux que de le retrouver dans un film au pitch déjanté attisant la curiosité..car oui si on veut etre étonné par un film, voir quelques chose que l'on n'a jamais vu, du neuf, du hors norme et du surprenant alors il faut aller voir ce Bubba Ho Tep...bubba ho tep que l'on n'entend parler depuis 3 ans un peut partout, présenté à Gerardmer l'année derniere avait deja eu droit a ses critiques enjouées..et voila que le film débarque enfin chez nous sur grand ecran..j'ai le dvd chez moi et je me le suis deja maté des dizaines de fois quoi de meilleurs que de le voir enfin sur ecran géant...entendre les dialogues cultes de Bruce en vieil Elvis de 70 ans qui ne peut marcher sans son déambulatoire...quoi de mieux que de voir Ossie davis inteprété un vieux noir qui s'ennuie tellement qu'il s'est inventé une vie et se prend donc pour le président kennedy (teint en noir pour ne pas être reconnu par ses ennemis...) quoi de mieux que de revoir sur grand ecran le combat entre ses deux vieux qui avancent au ralenti et qui buttent de la momie..cette putain de momie venue hantée leur maison de retraite et bouffant les petits vieux de celle ci par le trou du cul...

ARF sans vous en dire plus car les surprises seraient gachées je ne peux que vous conseiller d'aller voir ce film mythique interprété par deux acteurs mythique (dont le regretté ossie davis) et le fabuleux bruce campbell dans son meilleur role...

En plus d'etre extremment drole le film est aussi trés émouvant et certains en sortiront la larme a l'oeil en ayant était témoin du dernier combat de deux vieilles personnes abandonnés et finissant leur vie dans un mouroir, regagner leur dignité dans un dernier combat surréaliste...


pour finir un petit message de bruce campbell qui s'adresse au public (une suprise a la fin pour les fans d'evil dead)

http://www.bubbahotep-lefilm.com







Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Scary McLarry
Critique


Masculin Nombre de messages : 1814
Age : 33
Localisation : Longueuil
Date d'inscription : 10/10/2005

MessageSujet: Re: Bubba Ho-tep (2002, Don Coscarelli)   Dim 12 Fév - 15:02

Nous n'en parlons pas car premierement, il y a deja eu un post sur le sujet ici
deuxiemement, ici au canada, cela fait environ 2 ans qu'il est sorti
troisiemement
http://www.horreur-web.com/bubbahotep.html
je considere (a mon nom et aussi en celui de Mr.Web ) que ce film est excellent, comme tu veux nous demontrer!
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Mr. Horreur Web
Administrateur


Masculin Nombre de messages : 8610
Age : 36
Localisation : Canada
Date d'inscription : 29/04/2005

MessageSujet: Re: Bubba Ho-tep (2002, Don Coscarelli)   Dim 12 Fév - 21:46

Bonjour Loupiotte, bienvenue sur le forum. Effectivement, tu es un peu en retard puisque Bubba Ho-Tep est sortie au cinéma il y a plus de 2 ans. Le DVD est d'ailleurs disponible depuis 1 an et demi. N'empêche que Bubba Ho-Tep est effectivement un petit bijou formidable. Je me tanne jamais de regarder mon DVD !!! cool2

_________________
In heaven, everything is fine!
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://www.horreur-web.com
Mr. Coolman
Administrateur


Masculin Nombre de messages : 3695
Localisation : Città dei morti viventi
Date d'inscription : 29/04/2005

MessageSujet: Re: Bubba Ho-tep (2002, Don Coscarelli)   Dim 12 Fév - 21:49

Mr. Horreur Web a écrit:
Bonjour Loupiotte, bienvenue sur le forum. Effectivement, tu es un peu en retard puisque Bubba Ho-Tep est sortie au cinéma il y a plus de 2 ans. Le DVD est d'ailleurs disponible depuis 1 an et demi. N'empêche que Bubba Ho-Tep est effectivement un petit bijou formidable. Je me tanne jamais de regarder mon DVD !!! cool2

Le film vient tout juste de sortir au cinéma en France...

_________________
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://ladompeadvd.blogspot.com/
RoSS
Fraîchement mort!


Masculin Nombre de messages : 230
Age : 27
Localisation : Blainville
Date d'inscription : 13/07/2005

MessageSujet: Re: Bubba Ho-tep (2002, Don Coscarelli)   Mer 15 Fév - 15:35

Mr. Coolman a écrit:
Mr. Horreur Web a écrit:
Bonjour Loupiotte, bienvenue sur le forum. Effectivement, tu es un peu en retard puisque Bubba Ho-Tep est sortie au cinéma il y a plus de 2 ans. Le DVD est d'ailleurs disponible depuis 1 an et demi. N'empêche que Bubba Ho-Tep est effectivement un petit bijou formidable. Je me tanne jamais de regarder mon DVD !!! cool2

Le film vient tout juste de sortir au cinéma en France...

Voici une des raisons qui font que je suis heureux de vivre au Québec happy1
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
NécroMick
Mort Vivant!!!


Masculin Nombre de messages : 2916
Age : 27
Localisation : Terrebonne, Québec
Date d'inscription : 24/12/2005

MessageSujet: éééééé   Mer 15 Fév - 15:40

Oui mes au québec il étais quand anglais maintenant il est en francais c'est exellent, je l'ai eu à noel
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://www.fbi.gov
RoSS
Fraîchement mort!


Masculin Nombre de messages : 230
Age : 27
Localisation : Blainville
Date d'inscription : 13/07/2005

MessageSujet: Re: éééééé   Mer 15 Fév - 15:42

Alyssa Milano Fan a écrit:
Oui mes au québec il étais quand anglais maintenant il est en francais c'est exellent, je l'ai eu à noel

Ouais, mais moi j'écoute mes films en V.O. alors jme bat les couilles de la VF wak55
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
X-Files_Arpanet
Mort Vivant!!!


Masculin Nombre de messages : 3461
Age : 30
Localisation : Dans la Zone 51...
Date d'inscription : 15/09/2006

MessageSujet: Re: Bubba Ho-tep (2002, Don Coscarelli)   Lun 1 Oct - 2:29

BUBBA HO-TEP (2002)



Écrit & Réalisé par Don Coscarelli

D’après la nouvelle de Joe R. Lansdale
Musique de Brian Tyler
Avec Bruce Campbell, Ossie Davis, Bob Ivy, Ella Joyce, Heidi Marnhout, Edith Jefferson, Larry Pennell, Reggie Bannister






Plusieurs années avant de rejoindre la folle équipée des Masters of Horror, Don Coscarelli prenait le temps de marquer son public au fer rouge d’une comédie horrifique des plus déjantées. Bubba Ho-Tep, croisement linguistique entre le surnom donné aux bouseux de la campagne texane et le nom d’une dynastie égyptienne, nous invite à suivre le parcours de deux anti-héros délirants. L’un n’est autre que le King Elvis Presley – ayant retrouvé l’anonymat sous le pseudo de Sebastian Haff –, devenu un vieillard grincheux, impuissant et ankylosé depuis un accident à la hanche. L’autre un retraité noir se prenant pour JFK en personne (se cacher derrière une peau noire est la meilleure couverture qui soit, d’après lui). Alors qu’une vague de morts suspectes décime la population de la maison de repos qu’ils fréquentent, les deux patriarches découvrent qu’une momie vêtue d’une tenue de cow-boy aspire l’âme de leur entourage. Ni une ni deux, Elvis se saisit de son déambulatoire, Kennedy de son fauteuil roulant, et tous deux s’en vont bouter le cul de cette momie desséchée. Armé d’une charge conséquente de second degré et d’humour grassouillet, Bubba Ho-Tep s’avère être un délire savoureux, aux qualités tantôt discrètes tantôt éloquentes, mais où le spectateur en prend pour son plaisir à longueur de temps.





D’ailleurs, il suffit de piocher dans les répliques salaces des protagonistes pour saisir l’essence même du métrage de Don Coscarelli :

« Dans mon rêve, j’avais sorti ma bite et je vérifiais si le bubon infecté, situé au bout de mon gland, était toujours rempli de pus. Si c’était le cas, j’étais décidé à le baptiser Priscilla, comme mon ex-femme, et à l’exploser en me branlant. »

« Toi, t’es une saloperie de putain de gros cafard ! »

« Le Pharaon suce des couilles d’âne. […] Cléopâtre est une grosse cochonne. »

« Et merde ! En sortant du fond de sa rivière, Bubba Ho-Tep sera affamé et en pétard. Et quand je vais essayer de l’arrêter, il va me foutre cette sulfateuse dans le cul. Et puis il me foutra dans le cul de Jack avec sa chaise roulante… »

« Nom de Dieu ! Que je brûle en Enfer si je laisse cette espèce de fils de pute d’étranger de suceur de cul, avec ses boots en croco, faire des graffiti sur nos murs et voler l’âme de mes amis pour la chier dans les toilettes-visiteurs… »


Bref, inutile de préciser que les fous rires vont bon train et que l’on ne peut que se réjouir d’une comédie aussi délurée.



Pourtant, Bubba Ho-Tep est loin de combler toutes nos attentes. Le scénario de Coscarelli semble en effet se contenter d’un concept réussi (Elvis contre une momie, donc) pour l’étirer à outrance et atteindre, par ce biais, une durée d’1h25. Alors qu’un moyen-métrage d’1h (à la manière d’un épisode des Masters of Horror, en somme) aurait été plus judicieux et plus efficace. Ce qui aurait probablement évité à Bubba Ho-Tep un développement aussi longuet et un final aussi mou, nous laissant le temps de constater toute la banalité de sa réalisation. Quoiqu’il en soit, l’œuvre de Coscarelli constitue une agréable surprise. Tant sur le plan du script que sur celui du casting. Même si l’acteur ne convainc pas vraiment quand il danse le rock, comment ne pas sourire face à un Bruce Campbell métamorphosé en Elvis Presley sénile et injurieux ? Accompagné, qui plus est, d’un Ossie Davis hilarant et d’une Ella Joyce parfaite en infirmière faussement compatissante. Nanti d’une bande-son fort sympathique – alternant guitares (rappelant les westerns leoniens) et ambiances horrifiques (parfois proches de certains thèmes d’X-Files) -, Bubba Ho-Tep aurait très bien pu siéger aux côtés des meilleures comédies d’horreur de ces dernières années, s’il n’avait pas excédé les 60 minutes. Quoiqu’un peu décevant, le film de Don Coscarelli se doit d’être vu. Ne serait-ce que pour son concept dévastateur ou ses répliques assassines.



Note : 14.5/20



Un générique de fin très prometteur…
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://www.dailymotion.com/X-Files_ArPaNet
Empereur GHOULE
Mort Vivant!!!


Masculin Nombre de messages : 1362
Age : 37
Localisation : Sherbrooke (Sanglant Centre-Ville)
Date d'inscription : 06/07/2007

MessageSujet: Re: Bubba Ho-tep (2002, Don Coscarelli)   Lun 1 Oct - 9:07

Une excellente comédie, à regarder entre amis.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://www.sixbrumes.com
X-Files_Arpanet
Mort Vivant!!!


Masculin Nombre de messages : 3461
Age : 30
Localisation : Dans la Zone 51...
Date d'inscription : 15/09/2006

MessageSujet: Re: Bubba Ho-tep (2002, Don Coscarelli)   Lun 1 Oct - 13:57

Empereur GHOULE a écrit:
Une excellente comédie, à regarder entre amis.

Je l'ai trouvé très mollassonne dans l'ensemble mais il est certain qu'il mérite d'être vu.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://www.dailymotion.com/X-Files_ArPaNet
Mr. Horreur Web
Administrateur


Masculin Nombre de messages : 8610
Age : 36
Localisation : Canada
Date d'inscription : 29/04/2005

MessageSujet: Re: Bubba Ho-tep (2002, Don Coscarelli)   Lun 1 Oct - 15:43

X-Files_Arpanet a écrit:
Empereur GHOULE a écrit:
Une excellente comédie, à regarder entre amis.

Je l'ai trouvé très mollassonne dans l'ensemble mais il est certain qu'il mérite d'être vu.

Moi j'ai eu la chance de le vior au cinéma et "le party" était pogné dans la salle!!!

_________________
In heaven, everything is fine!
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://www.horreur-web.com
Jamie Lloyd
Définitivement Mort


Masculin Nombre de messages : 266
Age : 27
Localisation : France
Date d'inscription : 29/08/2007

MessageSujet: Re: Bubba Ho-tep (2002, Don Coscarelli)   Mar 2 Oct - 9:58

Je l'ai trouvé sympa mais très long et très mou... j'ai du m'y reprendre à 3 fois pour le voir !!
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
embuscade
Fraîchement mort!


Féminin Nombre de messages : 118
Age : 29
Localisation : Montréal, Québec, Canada
Date d'inscription : 29/09/2007

MessageSujet: Re: Bubba Ho-tep (2002, Don Coscarelli)   Mar 2 Oct - 10:05

J'pense que je suis dû pour le voir!
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
celticxoan
Mort Vivant!!!


Masculin Nombre de messages : 2074
Age : 47
Localisation : YUTZ (France)
Date d'inscription : 09/11/2006

MessageSujet: Re: Bubba Ho-tep (2002, Don Coscarelli)   Mar 2 Oct - 13:41

Moi j'ai passé un moment vraiment excellent avec le duo Kennedy/Elvis !!!
Pour moi une très belle réussite, pleine de tendresse et de drolerie....
Dommage que Bruce Campbell ne fasse pas la suite.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Picrotal
Mort Vivant!!!


Masculin Nombre de messages : 2121
Age : 40
Localisation : Grenoble, France, Europe, Terre, Voie Lactée, Univers.
Date d'inscription : 03/09/2007

MessageSujet: Re: Bubba Ho-tep (2002, Don Coscarelli)   Ven 5 Oct - 20:32

C'est vrai que ce Bubba Ho-Tep est un petit régal. A vrai dire, une comédie sur le mode horrifique (mais demeurant grand public, ou disons : familiale) aussi bien ficelée, on n'avait pas vu cela depuis Ghosbusters !
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://caligari.over-blog.com/
Jamie Lloyd
Définitivement Mort


Masculin Nombre de messages : 266
Age : 27
Localisation : France
Date d'inscription : 29/08/2007

MessageSujet: Re: Bubba Ho-tep (2002, Don Coscarelli)   Sam 6 Oct - 2:12

Familial je sais pas... Quand Elvis parle ça tourne pas mal autours de sa queue quand même !!!
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Pouilleuse mutante
Définitivement Mort


Féminin Nombre de messages : 327
Age : 35
Localisation : France
Date d'inscription : 27/06/2010

MessageSujet: Re: Bubba Ho-tep (2002, Don Coscarelli)   Dim 22 Aoû - 5:47

Déjà, même si je n’avais pas voté pour ce film, ce fut un pur bonheur de le revoir!
Même sans le vote, je l’aurais revu je pense, hé hé!

Alors désolée pour ceux qu'aiment pas la lecture, j'en ai fait une grosse tartine!!! tongue

Ca commence par un montage bizarre, avec des images ou des plans très courts, entrecoupés, montés comme des flashs. Mais ce n’est pas pour donner un effet de style ou faire peur. Ils symbolisent le fait que Elvis est continuellement sous tranquillisants, ou tellement vieux et fatigué, qu’il somnole toute la journée. Et comme toutes les journées se ressemblent, il ne sait jamais très bien s’il s’est assoupi 30 secondes, quelques heures ou toute une journée. On sent le temps filer, sans cohérence, mais dans une monotonie vide de sens.

Je trouve que toute la réalisation est plutôt efficace, relativement classique, sans esbroufe. La lumière est même carrément sympa dans les plans avec la momie. Le maquillage de la momie est plutôt sympa même si les cafards, eux, font un peu trop « carton pâte ».

Le rythme est relativement lent peut-être, mais la lenteur est tellement à propos dans un film où les courses-poursuites se font en déambulateur et fauteuil roulant!
Et puis la musique est super forte et soutient chaque plan, aucun n’est inutile et chaque scène fait avancer l’histoire. Il n’y a pas de temps mort, donc même si on a pas un rythme effréné, on a un rythme tout à fait efficace et percutant, servant le propos du film et prenant son temps pour nous lier intimement avec les personnages.

Il est assez rare, pour ma part, que j’accorde une grande importance à la musique dans un film. Mais là, il faut avouer que si le thème de la momie est assez classique, celui d’Elvis est transcendant. Il comporte juste ce qu’il faut de rock et de country pour rappeler la musique du King et juste assez de blues pour être poignant.

Les dialogues quant à eux, que ce soit en anglais ou en français (le film bénéficie d’une bonne traduction et d’un doublage sympa) sont savoureux, drôles, touchants, intrigants…

On pourrait trouver l’humour grivois, grossier, etc, mais en réalité, toutes les allusions sexuelles sont hautement symbolique. Il y a quelque chose de très freudien dans tout ça : le petit cul d’une minette de vingt ans ne réussit pas à faire bander Elvis, mais le cafard, oui. L’évocation d’un moment où il a eu un but (buter ce gros cafard), le mystère à résoudre… Comme il le dit lui-même, le fait de penser à quelque chose de nouveau, d’excitant au sens large… Tout cela excite sa « libido », mais « libido » au sens premier, au sens d’énergie moteur et créatrice, la libido qui sert pas qu’à baiser mais qui nous meut toute notre vie, l’envie de se sentir exister et de faire des choses, tout simplement.

Dans ce contexte, le gros furoncle représente le bourbier dans lequel il s’enfonce, la routine, la fainéantise et la lâcheté qui empoisonnent nos vies, nous poussent à ne pas être heureux de ce que l’on a mais sans avoir le courage de se battre pour que ça change.
On a tous un gros furoncle plein de pus dans notre vie et il faut réagir vite pour qu’il ne prenne pas le dessus!

Il faut avouer que Bruce Campbell est tout à fait royal dans cette scène, il fait passer tant d’émotions dans ses petites mimiques de fierté et d’incrédulité combinées!
Ses taquineries envers l’infirmière sont extrêmement attendrissantes.

Et dans la scène qui suit celle où il bande, il se retrouve de nouveau dans le réfectoire, entouré de vieux plus grabataires les uns que les autres, devant une assiette remplie de choses insipides.
Et oui, même quand on a décidé de réagir, c’est pas si facile de s’extirper de sa routine, elle nous rattrape rapidement!

A force de s’efforcer d’être ce que l’on est pas, parce qu’on assume pas, parce qu’on ne se sent pas à notre place dans la société, parce que la société ne nous accepte pas tel que nous sommes ou que le contexte nous force à endosser des rôles, on finit par oublier soi-même qui on est.
Les autres se forgent également une image de nous toute différente de la perception que l’on a de soi-même et, surtout, très différente de la façon dont on aimerait être perçu.

Kennedy alias Jack passe pour un illuminé au début. L’histoire d’Elvis semble plus possible et comme il est le héros et qu’on lit dans son esprit, on a tendance à le croire plus facilement. Elvis lui, possède de sérieux doutes sur l’histoire de Jack, mais tout bascule quand il se fait attaquer par le cafard et qu’Elvis voit la cicatrice derrière sa tête. Ca pourrait très bien être n’importe quelle opération ou un accident, pas forcément un échange de cerveau, mais quand on se retrouve face à des cafards géants et une momie habillée en cow-boy, est-ce qu’on n’est pas mûr pour croire que le gouvernement serait capable de teindre un homme?!

Alors Elvis l’appelle « Président » quasiment tout le restant du film. D’ailleurs, le plan où il lui téléphone et ou Kennedy décroche son téléphone rouge est tout à fait savoureux. Kennedy a l’air super sérieux tout le temps, même quand il déballe à Elvis des théories fumeuses sur la momie cow-boy qui tague dans les chiottes « Cléopâtre est une grosse cochonne. » parce qu‘elle s‘ennuie le temps de démouler son étron plein de résidus d‘âmes.

Elvis, lui, à force d’avoir fait semblant d’être un autre, a aussi perdu son identité. Plus personne ne reconnaît Le King dans ce vieillard grabataire à la hanche pétée et à la bite putréfiée. L’ironie veut que d’avoir voulu fuir la vie qu’on voulait lui faire vivre, il n’est devenu qu’une caricature de lui-même parce qu’il « ne savai(t) rien faire d’autre ».
Il s’est trompé de route en voulant fuir sa vie au lieu de se battre de l’intérieur pour la changer, et il s’est retrouvé pris au piège de son mensonge.

Il doit repartir à la conquête de sa dignité, d’une bonne image de soi. D’ailleurs, Elvis fait mention du rôle de héros qu’on lui faisait jouer dans les films (médiocres) que le Colonel lui a fait tourner. « Il est temps de devenir un héros », dans la vraie vie, devenir ce qu’il a toujours voulu être, sans artifice.

Ses fans aussi lui ont fait jouer un rôle de « héros », d’idole, ce qui l’a fait fuir parce qu’il se sentait oppressé par tout ce qu’on attendait de lui.

En réalité, il aurait aimé être un héros parce qu’il se serait bien occupé des gens, de sa femme, de sa fille… Et il se rattrape maintenant en sauvant la vie et surtout les âmes de ses compagnons de maison de retraite.

A la fin, il remercie la momie, ou les égyptiens antiques, on ne sait pas trop, mais un message apparaît dans le ciel pour le féliciter et il meurt comme on s’endort, paisiblement, avec le sentiment du devoir accompli après une bonne journée de travail.

En effet, tous les pensionnaires « ont encore leur âme, tous » . Ils n’en ont plus pour longtemps, tous autant qu’ils sont, alors ils ne se battent pas réellement pour prolonger leur vie, mais pour « sauver leurs âmes ».
Ce n’est pas parce que leurs familles les abandonnent, qu’ils sont impotents et soumis à la condescendance du personnel et qu’ils bouffent la même nourriture insipide tous les jours à la cantine qu’ils ont perdu leur âme. Ils ont tous vécu, ils ont une âme qui a encore de la valeur et ça vaut le coup de se battre pour conserver sa dignité.

En conclusion, c'est un film que je trouve magnifique et qui me touche profondément en plus de me faire mourir de rire.
C'est tellement rare les films qui nous montrent quelque chose de neuf et singulier alors quand en plus c'est superbement bien fait et tout en finesse, ce serait idiot de bouder son plaisir! ^__^

Si je dois mettre une note, ce sera 18/20.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
le nemesis
Fraîchement mort!


Masculin Nombre de messages : 204
Age : 55
Localisation : Haddonfield Illinois USA
Date d'inscription : 13/02/2010

MessageSujet: Re: Bubba Ho-tep (2002, Don Coscarelli)   Dim 22 Aoû - 6:22

après écoute complète j ai bien aimé ce film.

bruce campbell est très crédible dans son rôle de vieillard sénile

ma note 4/5
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
freddyforever
King des Zombies!


Masculin Nombre de messages : 6720
Date d'inscription : 29/09/2008

MessageSujet: Re: Bubba Ho-tep (2002, Don Coscarelli)   Dim 22 Aoû - 7:52

le nemesis a écrit:
après écoute complète j ai bien aimé ce film.

bruce campbell est très crédible dans son rôle de vieillard sénile

ma note 4/5

N'étais-ce pas toi qui t'étais endormie lors de ton premier visionnement. Moi je me suis également endormie lors de mon premier visionnement il y a quelque année. Le film est terriblement lent et les dialogues (quoi que profonde) manque beaucoup de dynamisme. C'est comme si le film m'avait vidé de toute énergie vitale. C'est sans doute le pix à payer quand on a deux p'tits vieux comme personnages principaux. Il n'y a pas assez d'attaque de la momie. Voir deux p'tits vieux chialer sur leur sort, durant tout la durée du film, devient ennuyant à la longue.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Pouilleuse mutante
Définitivement Mort


Féminin Nombre de messages : 327
Age : 35
Localisation : France
Date d'inscription : 27/06/2010

MessageSujet: Re: Bubba Ho-tep (2002, Don Coscarelli)   Dim 22 Aoû - 9:44

Comment peut-on trouver que ces dialogues manquent de dynamisme?! Shocked
Enfin, je suppose que le fait d'être sensible à la finesse de la réflexion sous forme d'humour aussi graveleux est tout à fait personnel...

Par contre, objectivement, ils sont très loin de "chialer sur leur sort"...
C'est pas du tout ce qu'ils font.

C'est fou quand même comme on peut avoir à ce point l'impression de pas avoir vu le même film quand on lit les impressions de chacun.

Cela dit, par essence, une opinion est indiscutable et s'il n'y a pas d'analyses formelles ou d'exemple précis de construction bien ou mal faite, c'est carrément impossible de discuter du film en fait... ^__^'
Il faut forcément des analyses appuyées sur des éléments concrets du film pour confronter vraiment deux visions du film, même si elles sont opposées.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Gregg
Artiste de la médiation


Masculin Nombre de messages : 4200
Age : 37
Localisation : Atro City (312 Lusman Arms)
Date d'inscription : 19/07/2010

MessageSujet: Bubba Ho-Tep (2002, Don Coscarelli)   Dim 22 Aoû - 14:28

Pouilleuse mutante a écrit:
Comment peut-on trouver que ces dialogues manquent de dynamisme?! Shocked
Enfin, je suppose que le fait d'être sensible à la finesse de la réflexion sous forme d'humour aussi graveleux est tout à fait personnel...

Par contre, objectivement, ils sont très loin de "chialer sur leur sort"...
C'est pas du tout ce qu'ils font.

C'est fou quand même comme on peut avoir à ce point l'impression de pas avoir vu le même film quand on lit les impressions de chacun.

Cela dit, par essence, une opinion est indiscutable et s'il n'y a pas d'analyses formelles ou d'exemple précis de construction bien ou mal faite, c'est carrément impossible de discuter du film en fait... ^__^'
Il faut forcément des analyses appuyées sur des éléments concrets du film pour confronter vraiment deux visions du film, même si elles sont opposées.

Tu parles "d'analyses formelles ou d'exemple de construction mal faite", mais méme dans de tels cas, ils y en aura toujours pour défendre ce qui ne peut pas l'étre.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
freddyforever
King des Zombies!


Masculin Nombre de messages : 6720
Date d'inscription : 29/09/2008

MessageSujet: Re: Bubba Ho-tep (2002, Don Coscarelli)   Dim 22 Aoû - 16:15

Pouilleuse mutante a écrit:
Comment peut-on trouver que ces dialogues manquent de dynamisme?! Shocked

Non, j'ai trouvé que les dialogues était sensationnel. C'est seulement que les deux acteurs prennent un ton de voix qui reste toujours au même niveau c'est ce qui m'a fait m'endormir la première fois que j'ai vu le film il y a quelques années. C'est pour cette raison que j'ai trouvé que les dialogues manquent de dynamisme. Je dis ça parce que je ne suis pas du genre à m'endormir en regardant un film, surtout avec le grand Bruce Campbell.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Strappado
Repose en paix


Masculin Nombre de messages : 921
Age : 30
Localisation : Toulouse
Date d'inscription : 06/04/2009

MessageSujet: Re: Bubba Ho-tep (2002, Don Coscarelli)   Dim 22 Aoû - 17:28

Pour l'avoir vu 3 fois en tout j'ai grandement apprécié Bubba Ho-Tep également et je ne me suis pas limité à son seul aspect comique, qui est ma foi franchement réussi également.

Bon, je ne suis pas doué pour les critiques mais voilà ce que je retiens de ce film :

ATTENTION LEGER SPOILER INSIDE :

Au niveau des thèmes abordés Coscarelli se sert principalement de la mythologie comme un élément de démystification.
Les différentes références à l'Egypte antique et ses éléments clés momie et pharaon renvoient au mythe de l'immortalité qui est ici démystifié pas à pas pendant tout le film.
On peut ajouter également l'étymologie du mot Memphis qui a inspiré Coscarelli, en rapprochant des élements de la Memphis Egyptienne à celle de Memphis aux Usa, berceau du mythe d' Elvis.

La majorité des êtres humains vivent pour laisser une trace par un moyen ou un autre ... Elvis y est arrivé à un moment donné mais renonce au poids de l'immortalité pour différentes raisons. Le film nous montrera qu'il n'est jamais trop tard pour laisser une trace de soi en ce monde.


Le scarabée dans le film transfiguré en cafard pour brouiller les pistes et qu'affronte Elvis représente son hésitation d'un éternel retour, d'un recommencement, son choix assumé mais non moins nostalgique de ne laisser aucune trace de lui même en ce monde. Il hésitera à nouveau en souhaitant redevenir un héros, une figure emblématique à sa façon.
La momie laisse également sa chance aux personnes éveillées car leur vie n'est pas terminée, ils ont toujours le choix de s'accomplir et de laisser une trace d'eux mêmes, je le vois de cette façon.

Les agents des pompes funèbres sont également des éléments démystifiant la mort. Ils la fréquentent quotidiennement, elle est devenue pour eux un élément banal, ce qu'elle est vraiment au final, peu importe dans leur regard ce que les gens ont accompli ou non. Ils servent de transition réaliste et brute au film, toujours teintée d'humour qui aide à faire passer la pillule ...
La récitation en latin de l'incantation ridiculise également le caractère sacré donné à la mort.

Bubba ho-tep joue donc sur ces deux tableaux de façon amusante.

Bref, ce film porte un regard franc et attendrissant sur des sujets tels que la solitude, l'oubli, l'immortalité et la question de laisser ou non une trace de soi sur cette terre.
Le final selon moi montre que le principal est d'avoir l'impression de s'être accompli soi même que de laisser une trace aux autres et de s'oublier.
Je trouve au final que les transitions entre les élements réalistes (le renfermement sur soi, la sénilité, les regrets, la célébrité, la mort) et surréalistes (la momie, le scarabée, les différents élements symboliques) sont ici très finement abordées.

Bien sûr, c'est une oeuvre loin d'être parfaite et souffrant de quelques longueurs et de problèmes d'accessibilité. Ceci dit je trouve ce film relativement complexe et riche au sujet des thèmes abordés, ses imperfections en deviennent presque touchantes. Coscarelli à l'instar du fabuleux PHANTASM se laisse aller et nous livre une oeuvre atypique, un nouvel ovni dans le paysage fantastique, ce qui fait franchement plaisir.



16/20

Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Pouilleuse mutante
Définitivement Mort


Féminin Nombre de messages : 327
Age : 35
Localisation : France
Date d'inscription : 27/06/2010

MessageSujet: Re: Bubba Ho-tep (2002, Don Coscarelli)   Lun 23 Aoû - 3:43

Gregg a écrit:

Tu parles "d'analyses formelles ou d'exemple de construction mal faite", mais méme dans de tels cas, ils y en aura toujours pour défendre ce qui ne peut pas l'étre.

Je ne vois pas comment pouvoir défendre un film dans lequel on ne trouve rien de bien fait..?

Il y a toujours une part de sensibilité personnel qui fait que l'on adhère ou pas, mais lorsqu'on reste objectif, on peut toujours reconnaître les qualité d'un film qu'on a pas aimé.
Au contraire, une oeuvre peut nous toucher tellement que même en y reconnaissant et admettant ses défauts formels, on les pardonne parce que l'aspect émotionnel est très puissant.

A mes yeux "aimer", "comprendre" et "trouver réussi" sont des choses différentes qui vont parfois ensemble et parfois pas.


Très intéressante intervention, Strappado! ^__^

Je préfère d'habitude prendre plus de temps et regarder le film une fois "à blanc" et plusieurs fois avec prise de note pour tout repérer, mais là on a pas le temps alors c'est pratique d'être plusieurs, huhu...

Peut-être est-ce à cause de ce que je vis en ce moment professionnellement, mais cette dernière vision en date de Bubba Ho Tep m'a énormément émue et j'ai un mal fou à mettre de l'ordre dans mes idées.

J'suis sûre qu'il y a encore pas mal de trucs qu'on a pas notés alors qu'ils apportent encore du sens.


Peut-être que le manque "d'accessibilité" ressenti par certains vient aussi en partie de la qualité qu'on peut pas lui nier : c'est insolite et original! ^^
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Strappado
Repose en paix


Masculin Nombre de messages : 921
Age : 30
Localisation : Toulouse
Date d'inscription : 06/04/2009

MessageSujet: Re: Bubba Ho-tep (2002, Don Coscarelli)   Lun 23 Aoû - 4:10

Merci bien, je me suis pas attardé sur le film en lui même et à son histoire / musique / façon de filmer etc mais plus sur son sens et ses symboliques, voir même mon ressenti à son sujet.

Je pense que tu as très bien fait le reste Wink

Après pour la réflexion comme quoi le film est chiant c'est vrai qu'il est assez hermétique mais je trouve que ça le plonge dans une ambiance comique et décrépite décidément spéciale. Puis bon Coscarelli n'a jamais été un violent. Les deux seuls films dans lesquels il s'est essayé à un truc plus dynamique et orienté action boucherie (PHANTASM II & III) ne sont pas vraiment réussis ...

EDIT : il va me falloir le revoir encore aussi car je suis sûr que des élements m'ont également échappé, par exemple pour le cafard j'étais presque sûr que la taille n'est pas anodine et que dans le fond c'est un scarabée de la résurrection selon la volonté de Coscarelli tongue
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Contenu sponsorisé




MessageSujet: Re: Bubba Ho-tep (2002, Don Coscarelli)   Aujourd'hui à 11:19

Revenir en haut Aller en bas
 
Bubba Ho-tep (2002, Don Coscarelli)
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 2Aller à la page : 1, 2  Suivant
 Sujets similaires
-
» Bubba Ho-tep (2002, Don Coscarelli)
» Devdas: Cannes 22 mai 2002
» Revell 1/24 Panasonic Toyota Racing TF102 (2002)
» Foyle's War (2002-2008)
» PX 125e , bleu nuit de 2002 paris

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Horreur Web :: CINÉMA :: Films d'horreur-
Sauter vers: