AccueilAccueil  FAQFAQ  RechercherRechercher  S'enregistrerS'enregistrer  MembresMembres  GroupesGroupes  ConnexionConnexion  

Partagez | 
 

 Halloween (2018, David Gordon Green)

Aller en bas 
Aller à la page : Précédent  1, 2, 3 ... , 10, 11, 12  Suivant
AuteurMessage
Gregg
Mort Vivant!!!
avatar

Masculin Nombre de messages : 4611
Age : 39
Localisation : The future perfect land!
Date d'inscription : 19/07/2010

MessageSujet: Re: Halloween (2018)   Jeu 21 Déc - 7:07

...Et le tournage, qui devait initialement débuté en octobre, a été repoussé à la mi-janvier!

Toujours d'après Bloody Disgusting, la raison avancée pour expliquer ce retard serait la difficulté à réunir un casting satisfaisant!!
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Eric Chagnon
Définitivement Mort
avatar

Masculin Nombre de messages : 327
Age : 35
Localisation : Canada
Date d'inscription : 21/06/2005

MessageSujet: Re: Halloween (2018, David Gordon Green)   Mer 31 Jan - 17:51

Et voilà, le tournage de ce nouvel Halloween est commencé à Charleston en Caroline du Sud et nous avons droit à plusieurs photos du tournage sur les réseaux sociaux et àa date je trouve que ca m'a l'air satisfaisant. Par contre, je suis toujours autant sceptique quant à la raison qui poussera Michael à traquer Laurie et sa famille si la raison frère/soeur est abandonnée. J'ai hâte de découvrir le film en salles. La raison que j'ai trouvé la plus logique est qu'ils nous expliquent que Michael ait été retrouvé et enfermé dans un centre à sécurité maximum et qu'il s'évade pour revenir à Haddonfield. Sinon, ou était-il pendant 40 ans ? Et svp pas d'histoire de copycat, par pitié. Pour ma part la seule grosse déception est qu'ils ignorent encore une fois le reste de la saga mais en même temps soyons logiques... qu'auraient-il pu trouver pour faire suite a Resurrection ? Il est évident que beaucoup de spectateurs seront confus, sauf les fans de la saga qui ont réussi à suivre depuis toutes ces années. Entre suites, suites en alternative et remakes... cette saga est dure à suivre si on ne s'y colle pas véritablement. A suivre le 19 octobre 2018.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Jérémie
Mort Vivant!!!
avatar

Masculin Nombre de messages : 1600
Age : 25
Localisation : France
Date d'inscription : 26/08/2009

MessageSujet: Re: Halloween (2018, David Gordon Green)   Mer 31 Jan - 17:58

J'avoue que je suis septique vis à vis du concept. Mais j'avoue aussi que les quelques photos qui tournent sur les réseaux sociaux font sacrement envie !
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Eric Chagnon
Définitivement Mort
avatar

Masculin Nombre de messages : 327
Age : 35
Localisation : Canada
Date d'inscription : 21/06/2005

MessageSujet: Re: Halloween (2018, David Gordon Green)   Mer 31 Jan - 18:14

Jérémie a écrit:
J'avoue que je suis septique vis à vis du concept. Mais j'avoue aussi que les quelques photos qui tournent sur les réseaux sociaux font sacrement envie !

Oui mets-en ! Les photos des maisons, des rues, des décors... en plus l'ambiance Halloweenesque semble bien présente et ça me rassure !
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Bob Boyle
Administrateur
avatar

Masculin Nombre de messages : 12036
Age : 26
Localisation : Montréal
Date d'inscription : 16/02/2007

MessageSujet: Re: Halloween (2018, David Gordon Green)   Mer 31 Jan - 19:57

Halloween - Halloween 2 - Halloween 4 - Halloween 5 - Halloween 6
Halloween - Halloween 2 - Halloween 7 - Halloween 8
Halloween - Halloween (2018)
Halloween (2007) - Halloween (2009)
Halloween 3

Bonne chance pour expliquer ça à un néophyte!

_________________
Les dix meilleurs films d'horreur de 2017 selon moi.

Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://freddyforever.wordpress.com/
Gregg
Mort Vivant!!!
avatar

Masculin Nombre de messages : 4611
Age : 39
Localisation : The future perfect land!
Date d'inscription : 19/07/2010

MessageSujet: Re: Halloween (2018)   Jeu 1 Fév - 3:59

Comme beaucoup, je suis assez septique quant à la qualité, autant que l'intérêt, de ce nouveau volet d'Halloween et l'idée d'abandonner les suites de la saga, surtout la première, n'est évidemment pas étrangère à ce ressenti.
Cependant, c'est bien le délai entre la mise en chantier du film et sa sortie en salle qui me semble être, néanmoins à l'heure actuelle, le plus gros handicap de cet "Halloween 2018". Alors, il est vrai qu'il n'y aura pas de gros travail de promotion à effectuer puisque les amateurs de la saga suivront inévitablement et que d'autres seront facilement appâtés avec une ou deux bandes-annonces montées à peine le tournage terminé, mais malgré cela, tout est à faire entre la mi-janvier et la mi-octobre, ce qui revient à travailler dans l'urgence pour respecter ce délai très court du 19 octobre. Alors qu'Halloween compte déjà quelques vilains petits canards, les neuf mois impartis seront-ils suffisant pour engendrer autre chose que le bébé trisomique de la saga?

Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Jérémie
Mort Vivant!!!
avatar

Masculin Nombre de messages : 1600
Age : 25
Localisation : France
Date d'inscription : 26/08/2009

MessageSujet: Re: Halloween (2018, David Gordon Green)   Jeu 1 Fév - 8:21

Si on part du principe que le tournage sera terminé fin février, ça leur laisse environ 7 mois pour monter le film, ce qui est largement suffisant (sachant que ce n'est pas le type de prod qui nécessite des VFX hypers élaborés à faire en post production). Je suis sur qu'un premier montage sera prêt d'ici cet été.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
jeanjean du 7-6
Repose en paix
avatar

Masculin Nombre de messages : 849
Age : 39
Localisation : Rouen-France
Date d'inscription : 30/06/2014

MessageSujet: Re: Halloween (2018, David Gordon Green)   Mar 12 Juin - 3:31

Un trailer est sorti!!

Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Gregg
Mort Vivant!!!
avatar

Masculin Nombre de messages : 4611
Age : 39
Localisation : The future perfect land!
Date d'inscription : 19/07/2010

MessageSujet: Re: Halloween (2018)   Mer 13 Juin - 5:45

...Et il est sacrément engageant!

Pourtant, les dernières nouvelles n'étaient pas très encourageantes, la fin du film ayant été retournée suite à des projections-tests peu convaincantes!

Alors, certes, il ne s'agit que d'une bande-annonce, mais on devine aisément au vu de ces premières images que le film sera brutal, tout en conservant cet aspect atmosphérique propre au Halloween original de 1978. Par ailleurs, cette bande-annonce est un véritable condensé des différentes suites puisque chaque scène ou presque nous renvoie à un volet de la saga et on comprend mieux ainsi le fait de les ignorer pour ne pas tomber dans la redite. L'idée de base autour de cet Halloween 2018 ne serait-elle pas de proposer un "best of" des différentes suites compilé en un seul et même film?
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Jérémie
Mort Vivant!!!
avatar

Masculin Nombre de messages : 1600
Age : 25
Localisation : France
Date d'inscription : 26/08/2009

MessageSujet: Re: Halloween (2018, David Gordon Green)   Jeu 14 Juin - 14:15

Quel bonheur d’entendre à nouveau ce thème musical ! Le film n’a pas l’air hyper transcendant, mais qu’est ce que ça fait plaisir de revoir Michael Myers !
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Gregg
Mort Vivant!!!
avatar

Masculin Nombre de messages : 4611
Age : 39
Localisation : The future perfect land!
Date d'inscription : 19/07/2010

MessageSujet: Re: Halloween (2018)   Jeu 6 Sep - 4:23

Voici un deuxième trailer pour la sortie événement de l'automne: https://youtu.be/dIXKyWirPIM

Very Happy
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
jeanjean du 7-6
Repose en paix
avatar

Masculin Nombre de messages : 849
Age : 39
Localisation : Rouen-France
Date d'inscription : 30/06/2014

MessageSujet: Re: Halloween (2018, David Gordon Green)   Ven 7 Sep - 5:55

Un mot me vient à l'esprit:

Brutal !!

C'est bon ça ^^
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
DieSydney
Définitivement Mort
avatar

Masculin Nombre de messages : 419
Age : 27
Localisation : Paris
Date d'inscription : 22/09/2014

MessageSujet: Re: Halloween (2018, David Gordon Green)   Dim 9 Sep - 8:58

J'ai plutôt hâte aussi. Mais je ne comprends pas, et je suis curieux de voir, cette scène avec les dents. Elle dénote un peu avec le reste des images, le ton aussi. Je suis curieux.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Gregg
Mort Vivant!!!
avatar

Masculin Nombre de messages : 4611
Age : 39
Localisation : The future perfect land!
Date d'inscription : 19/07/2010

MessageSujet: Re: Halloween (2018)   Lun 8 Oct - 8:42

Alors que nous ne sommes plus qu'à une dizaine de jours de la sortie américaine, ce sont maintenant des séquences prises sur le tournage du film qui nous sont proposées: https://youtu.be/zoCnGawA_E0
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
JackieBoy
Modérateur
avatar

Masculin Nombre de messages : 10047
Age : 34
Localisation : Sherbrooke
Date d'inscription : 29/09/2005

MessageSujet: Re: Halloween (2018, David Gordon Green)   Dim 21 Oct - 21:30

Quelqu'un l'a vu en fin de semaine?
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://www.horreur-web.com/
jeanjean du 7-6
Repose en paix
avatar

Masculin Nombre de messages : 849
Age : 39
Localisation : Rouen-France
Date d'inscription : 30/06/2014

MessageSujet: Re: Halloween (2018, David Gordon Green)   Lun 22 Oct - 3:00

Prévu pour moi cette semaine.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
freddyforever
Modérateur
avatar

Masculin Nombre de messages : 6846
Date d'inscription : 29/09/2008

MessageSujet: Re: Halloween (2018, David Gordon Green)   Lun 22 Oct - 10:36

JackieBoy a écrit:
Quelqu'un l'a vu en fin de semaine?

Moi si.

J'ai jamais été un grand fan de Michael Myers, j'ai même donné 4/10 au film de Big John. Ce que je retiens de ce Halloween (J'ai pas encore compris pourquoi juste le titre Halloween, sans numéro et sans rien d'autre), quelques plans bien trouvé
Spoiler:
 
Michael Myers est légère plus violent que dans le film original. Les personnages sont bien développé, notamment pour les 3 femelles Strodes. Le Loomis Bis est mieux que l'ancien Loomis (J'ai jamais aimé Loomis au départ). La b.o de John Carpenter est toujours aussi bien (une des rares qualités dans le film de Big John). Au final, c'est un bon Halloween, même si je me pose la question si enlever le lien familiale entre Laurie Stodes et Michael Myers était franchement nécessaire. On peut définitivement dire que Halloween n'est qu'un simple Reboot dans le but de repartir la franchise sur de "bonnes" base, même si objectivement, le film n'a rien à envier des épisodes précédent. Ça expliquerait le sobre titre et le fait qu'il exploite les 40 ans de la sortie de l'original. D'ailleurs, il reste quelques part d'ombre dans le film, comme le fait du comment ils ont capturé Michael Myers à la fin du premier film, alors que la fin ouverte de Big John laissant vraiment sous entendre qu'il s'était enfuit. Mais non, ils l'ont capturé et puis basta ! Ah les facilités scénaristiques... What the fuck ?!? Et puis la raison pourquoi Michael Myers veut absolument retrouver Laurie Strodes même après 40 ans d'internement, j'ai jamais compris... Il a la grosse rancune le Michael. Laughing

Au final, j'ai donné 6/10. Moins chiant que l'original (OUI J'OSE BLASPHÉMER), mais je préfère encore les remakes de Rob Zombie (2e BLASHPHÈME)
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Gregg
Mort Vivant!!!
avatar

Masculin Nombre de messages : 4611
Age : 39
Localisation : The future perfect land!
Date d'inscription : 19/07/2010

MessageSujet: Re: Halloween (2018, David Gordon Green)   Mar 23 Oct - 4:07

Projeté dans 3928 salles, Halloween a réalisé un démarrage exceptionnel puisqu'il a déjà cumulé 76 millions de dollars de recettes à son premier week-end d'exploitation en Amérique du Nord, dont 33 millions pour les avant-premières et la journée de vendredi! Sachant que le budget de production n'était que de dix millions, le film pourrait devenir très rentable alors qu'il est déjà le plus gros succès de la saga.


Voici le tableau récapitulatif des classements et profits engendrés par les différents volets d'Halloween: https://www.boxofficemojo.com/franchises/chart/?id=halloween.htm
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
jeanjean du 7-6
Repose en paix
avatar

Masculin Nombre de messages : 849
Age : 39
Localisation : Rouen-France
Date d'inscription : 30/06/2014

MessageSujet: Re: Halloween (2018, David Gordon Green)   Mar 23 Oct - 8:40

freddyforever a écrit:
JackieBoy a écrit:
Quelqu'un l'a vu en fin de semaine?

Moi si.

J'ai jamais été un grand fan de Michael Myers, j'ai même donné 4/10 au film de Big John. Ce que je retiens de ce Halloween (J'ai pas encore compris pourquoi juste le titre Halloween, sans numéro et sans rien d'autre), quelques plans bien trouvé
Spoiler:
 
Michael Myers est légère plus violent que dans le film original. Les personnages sont bien développé, notamment pour les 3 femelles Strodes. Le Loomis Bis est mieux que l'ancien Loomis (J'ai jamais aimé Loomis au départ). La b.o de John Carpenter est toujours aussi bien (une des rares qualités dans le film de Big John). Au final, c'est un bon Halloween, même si je me pose la question si enlever le lien familiale entre Laurie Stodes et Michael Myers était franchement nécessaire. On peut définitivement dire que Halloween n'est qu'un simple Reboot dans le but de repartir la franchise sur de "bonnes" base, même si objectivement, le film n'a rien à envier des épisodes précédent. Ça expliquerait le sobre titre et le fait qu'il exploite les 40 ans de la sortie de l'original. D'ailleurs, il reste quelques part d'ombre dans le film, comme le fait du comment ils ont capturé Michael Myers à la fin du premier film, alors que la fin ouverte de Big John laissant vraiment sous entendre qu'il s'était enfuit. Mais non, ils l'ont capturé et puis basta ! Ah les facilités scénaristiques... What the fuck ?!? Et puis la raison pourquoi Michael Myers veut absolument retrouver Laurie Strodes même après 40 ans d'internement, j'ai jamais compris... Il a la grosse rancune le Michael. Laughing

Au final, j'ai donné 6/10. Moins chiant que l'original (OUI J'OSE BLASPHÉMER), mais je préfère encore les remakes de Rob Zombie (2e BLASHPHÈME)


J'ai lu un interview de réal et de J Carpenter qui expliquaient qu'en fait, c'etait plutot celui là à prendre comme la vraie suite du 1er Halloween. D'ou le fait de retrait du lien de parenté et autre trucs passé à la trappe (bien qu’apparemment, il y aurait des caméos propres aux autres franchises dedans).
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
JackieBoy
Modérateur
avatar

Masculin Nombre de messages : 10047
Age : 34
Localisation : Sherbrooke
Date d'inscription : 29/09/2005

MessageSujet: Re: Halloween (2018, David Gordon Green)   Ven 9 Nov - 13:06

Halloween de David Gordon Green - 4,5/5

Nouvel opus de la saga Halloween qui se veut la suite directe de l’oeuvre de John Carpenter. Une suite qui ne me fera pas crier au chef-d’oeuvre, mais que j’ai globalement trouvé très bonne. Tout d’abord, Jamie Lee Curtis personnifie toujours aussi bien le personnage de Laurie Strode, qui, dans ce cas-ci, est à la fois une femme traumatisée par les évènements d’il y a 40 ans, mais qui est plus que jamais déterminée à éliminer la menace. Michael Myers est de retour vieilli, mais toujours extrêmement sans pitié et brutal. La musique, composée par John Carpenter, Cody Carpenter et Daniel A. Davies[/i], est excellente, rendant chaque scènes de meurtres davantage terrifiantes et permettant d’intensifier le suspense. La réalisation de David Gordon Green est efficace, faisant tantôt grimper la tension, tantôt nous surprenant avec ses meurtres très violents. J’ai adoré le plan-séquence de quelques minutes. Niveau histoire, bien que le tout fasse très bien suite au film original, il ne se veut pas très original. C’est quand même assez prévisible, que ce soit le déroulement de l’intrigue ou les agissements des personnages. Bien que légèrement déçu sur ce point, cela ne m’a pas empêché de passer un très agréable moment devant cette oeuvre mettant à nouveau en vedette mon croque-mitaine favori, ce cher Michael Myers.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://www.horreur-web.com/
Gregg
Mort Vivant!!!
avatar

Masculin Nombre de messages : 4611
Age : 39
Localisation : The future perfect land!
Date d'inscription : 19/07/2010

MessageSujet: Re: Halloween (2018, David Gordon Green)   Dim 18 Nov - 6:26

Jamie Lee Curtis l’affirmait en entrevue, se montrant même très insistante, l’actrice clamait haut et fort que les amateurs du Halloween original seraient très contents du résultat de cette version produite quarante ans après. Et nul besoin de faire de grand mystère, on ne peut qu’acquiescer, cette suite aux accents de remake fait honneur au classique de John Carpenter au point de s’en inspirer grandement pour accoucher sans mal d’un des meilleurs films de la saga.


Pourtant, le challenge semblait ardu et le combat pas gagné d’avance, puisqu’au-delà de se lancer dans l’épreuve casse-gueule de réaliser un énième volet traitant des méfaits de Michael Myers, deux noms à l’origine du projet faisaient bien plus peur que celui du tueur d’Haddonfield, ceux de Green et McBride. Oui… David Gordon Green et Danny McBride, ces deux mêmes à l’origine, dix ans plus tôt, d’un "Pineapple Express" qui ne pouvait laisser que perplexes, voire inquiets, les fans d’Halloween quant à leur capacité à respecter le matériau d’origine, et plus généralement ceux du genre horreur pour ce qui était de produire un film un tant soit peu sérieux!

A vrai dire, le retour de Jamie Lee Curtis dans son rôle iconique de Laurie Strode ou l’implication elle-même du maître John Carpenter, à un degré peu évaluable qui plus est, n’incitait pas plus à la confiance alors que Nick Castle était confirmé à la distribution pour redonner vie à The Shape (pour un Michael Myers de 71 ans!) et que le triste sire de Jason Blum, dont le sens des affaires est inversement proportionnel à la notion de bon goût, l’était, lui, en qualité de producteur.

A ces prémices peu engageantes, il fallait également ajouter par la suite les difficultés rencontrées par la production quant à réunir un casting satisfaisant pour tenir certains seconds rôles, puis l’épreuve de projections-test qui ne s’avéraient guère concluantes, amenant notamment l’équipe de tournage à repenser la fin du film!

Et s’il était ainsi difficile dans un tel contexte d’imaginer la bonne tenue qu’aurait l’œuvre, la présence des Jamie Lee Curtis, John Carpenter, et autre Nick Castle étaient pourtant un premier indice que ce nouveau Halloween serait au moins fidèle au classique de 1978. Dans le même ordre idée, il est permis de penser que s’il était encore vivant, Moustapha Akkad, puisque le film lui est dédié, aurait pu avancer quelques pions pour percevoir de juteux retours; et pour ce qui aurait été de Donald Pleasence et d’un caméo du docteur Sam Loomis, l’idée n’aurait pas semblé ubuesque malgré l’âge très avancé de l’acteur.


Annoncé comme une suite directe du premier volet, ce qui ne manqua pas de faire débat auprès des fans, David Gordon Green et Danny McBride font ainsi avec Halloween un choix fort qui se révèle avisé, bien qu’il ne trouve tout son sens que lors du visionnement de l’œuvre. Et loin de séquelles parfois dispensables ou de remakes trop personnels du sieur Rob Zombie, c’est par le biais de la suite rétroactive que les scénaristes ramènent d’entre les morts l’impassible Michael Myers. Le procédé n’est certes pas nouveau puisque Kevin Williamson l’avait déjà fait en 1998 pour H20, mais cette nouvelle version, qui rend de par sa qualité bien plus grâce à la saga que le pauvre teen movie façon "Scream" que nous proposa Steve Miner à l’époque,  prend en plus le pari d’écarter le "Halloween 2" de Rick Rosenthal!

Ainsi, gommer le deuxième volet de la saga permet de rattraper les mauvaises directions prises au fur et à mesure des épisodes et écarter définitivement le lien de parenté qui unit Michael et Laurie. Si, dans cette version 2018, cela est avancé par une simple et peu habile réplique comme quoi 'les gens ont inventé cette histoire" que le tueur serait le frère de la cadette de la famille Strode, les agissements du tueur d’Haddonfield reprennent une part d’ombre plus importante et paraissent encore plus gratuits en l’état. L’horreur réside ainsi dans l’absence de réponse puisque c’est le caractère aléatoire de la menace qui la rend terrifiante.

L’original de Carpenter et ce nouveau volet forment, de fait, un vrai diptyque d’ordre sociétal, chacun des deux films développant des maux d’époques distinctes. Là où l’œuvre de 1978 évoquait la fin d’une période d’insouciance régit par la liberté sexuelle, le film de 2018 marque une réalité plus dure encore avec son tueur qui ne s’en prend plus à des proies isolées mais opèrent sans véritablement se cacher, à la vue de tous. Une symbolique nouvelle de l’Amérique d’aujourd’hui et ses démons comme la représentation de potentiels tueurs de masse que l’on ne repère que trop tard, une fois que le drame a eu lieu.

C’est ainsi que nous (re)faisons connaissance avec Michael Myers dans une introduction qui, comme de coutume, sert à nous présenter les protagonistes et qui s’applique donc, en priorité, à nous montrer un tueur vieillissant, démasqué et attendant patiemment l’heure de son retour à Haddonfield depuis son internement au centre psychiatrique de Smith’s Grove après qu’il fut arrêté par la police suite aux événements tragiques de la nuit du 31 octobre 1978 dépeints dans le premier film de la saga.

Michael Myers affiche certes quarante ans de plus, mais on le retrouve dans sa forme originelle, dénué de toute humanité et décrit comme "le mal à l’état pur" tel un personnage qui, bien que vivant dans notre monde, existerait à la frontière du surnaturel sans jamais véritablement la franchir. The Shape n’a rien perdu de sa nature abstraite, il est également particulièrement massif et, dans un premier plan où on ne le voit pourtant que de dos, impose son aura terrifiante! Et si certains pourront dire que le personnage n’est pas repensé et encore moins réinterprété, Rob Zombie l’avait revu, lui, et cela avait mené à un Michael Myers clochard de deux mètres dix bien loin de ce que se doit d’être le boogeyman d’Halloween.

Myers est l’objet d’une enquête effectuée par deux journalistes cherchant à faire la lumière sur les meurtres perpétrés en 1978, mais pas plus que Loomis et ses consorts ils n’auront de réponse. Et, il va sans dire que la méthode peu inspiré de lui crier dessus tout en lui montrant son masque n’aura fait qu’attiser le mal. Après s’être évadé lors d’un transfert de prisonniers et s’être offert un beau carnage dans une station service, The Shape, lequel apparaît encore plus violent qu’auparavant comme si sa brutalité avait été contenue pendant toutes ses années de captivité et qu’il pouvait enfin se libérer, reprenait son chemin, semant la mort pour des scènes de meurtres à l’image du personnage: froides, mécaniques et d’une rare violence. Ses victimes ne répondent à aucun schéma ni profil particulier, si ce n’est l’infortune de croiser sa route: hommes, femmes et même enfants, les corps s’empilent derrière lui, tandis qu’il poursuit sa traque de l’objet de son désir macabre: Laurie Strode.

Une Laurie Strode rendue grand-mère, vivant recluse dans une demeure sécurisée après le traumatisme vécu durant son adolescence, et dont les rapports avec sa fille Karen s’avèrent particulièrement difficiles. Seul le lien qu’elle entretient encore avec Allyson, sa petite-fille, subsiste mais menace de se briser au regard de son instabilité. Malade au point de détruire sa vie de famille, mais aussi la jeunesse de sa fille qui aura été placée en famille d’accueil à l’âge de huit ans, Laurie, femme brisée, aura passé quarante années dans l’attente que Michael s’échappe et lui donne l’occasion d’en finir une bonne fois pour toutes, car elle le sait… il reviendra.


Et puisqu’il est question de personnages féminins, cet Halloween 2018 se voulant un film féministe, accuse cependant un relatif paradoxe pour ce qui représente son plus sérieux défaut, symbolisé par le traitement de la descendance Strode. Entre une fille uniquement définie par son opposition à sa mère et une petite-fille par ses déboires sentimentaux (et cela sans compter le mari de la première qui ne sert que de victime pour Michael), seul le personnage de Laurie bénéficie d’une certaine profondeur d’écriture, sublimée à l’écran par l’interprétation très juste d’une Jamie Lee Curtis une nouvelle fois excellente.

Si on aurait pu également craindre la teneur de l’œuvre, vu les scénaristes impliqués dans le projet, il n’en est rien fort heureusement. Ceux-ci ne dénaturent pas le fond du film pour le faire dévier vers la comédie, et si quelques notes d’humour parsèment le métrage, elles se font cependant très subtiles.

On notera toutefois comme point négatif de ce nouveau volet d’Halloween que certaines séquences, souvent superbes, sont hélas trop furtives pour avoir un réel impact. La scène, par exemple, où Allyson se retrouve par terre, encerclée par les mannequins dans lesquels sa grand-mère s’entraîne au tir, est la juste illustration d’un montage trop rapide pour rendre ce moment efficace.

Mais c’est une impression des plus positives qui accompagne le film, qui aurait dû cependant se trouver un titre moins générique que "Halloween", lorsqu’il convient dans faire la critique.  David Gordon Green offre un métrage angoissant et généreux en ce qui concerne la violence, le body count étant d’ailleurs important avec une bonne quinzaine de victimes imputables à The Shape. L’ambiance est glaçante, les meurtres sauvages et Michael Myers sans concession malgré que le film ne soit finalement pas très sanglant et qu’il use également de hors-champs pour accompagner le massacre.

Le scénario, certes classique, mais attendu en l’état, propose aussi quelques belles idées comme l’inversion proie/chasseur entre Michael et Laurie pour bien nous montrer que, quarante ans après, Laurie Strode n’est plus une adolescente et que les rapports de force sont désormais différents. Et si Michael Myers décime tout ce qui bouge ou presque avec une implacabilité incroyable, le mimétisme de certaines séquences du final par rapport au classique de John Carpenter, comme notamment lorsque Laurie tombe du toit pour disparaître de la vue du tueur, contrebalancent l’idée d’un combat joué d’avance pour le boogeyman qui aura bien du mal à achever ce qu’il n’a pu quarante ans plus tôt. La mise en scène de David Gordon Green, par ailleurs inventive et dynamique (le plan-séquence, visible dans la bande-annonce, est juste remarquable), suit parfaitement ce bouleversement avec Michael Myers se retrouvant dans le rôle du chassé plutôt que celui, habituel, du chasseur.

Halloween est un hommage prononcé au film original et jamais réalisateur et scénaristes ne cherchent à mentir sur la nature de l’œuvre. Les références au classique de 1978 peuplent le métrage et ceux-ci permettent l’adhésion des fans, on n’est pas dupe, mais cela fonctionne tant les différents clins d’œil s’insèrent parfaitement dans le récit. Et si certains pourraient penser qu’en matière de suite référencée, le film en fait trop, cela fonctionne également parce que l’original a quarante ans et qu’après une si longue période, Green réussit sans mal à instaurer une vraie complicité avec un public ravi de se remémorer l’œuvre de John Carpenter. Le réalisateur peut ainsi multiplier les références sans craindre que les fans en arrivent à comparer les deux films, les quarante ans qui les séparent empêchant naturellement une trop grande connexion. Green, d’ailleurs, ne se limite pas à rendre hommage qu’à l’original, il distille ici et là de quoi nourrir les allusions aux différents films de la saga.

Il serait enfin impossible de parler d’Halloween sans en évoquer la musique. Malheureusement, elle est peu présente dans ce nouveau volet et on aurait aimé entendre un peu plus le thème principal. Cela dit, la trame sonore, composé par John Carpenter, son fils Cody et Daniel Davies compte de superbes pièces comme "Prison Montage", "The Shape Returns" ou "The Shape Hunts Allyson", laquelle accompagne ma scène préférée du film -pour un grand moment de cinéma d’horreur- lorsque la petite-fille de Laurie découvre son ami, Oscar, empalé sur le portail et que Michael sort de derrière le mur.

Malgré ses cent-six minutes, Halloween passe très vite. On ne s’ennuie pas un instant tandis qu’il n’y a pas de véritables temps morts et ça, c’est bien le signe d’un film réussi. La citrouille qui se reforme peu à peu lors du superbe générique de début ne serait-elle pas un sous-entendu de David Gordon Green pour nous faire comprendre qu’avec son film il redonnerait de sa splendeur à la saga Halloween après qu’elle eut été malmenée par nombre de suites indigentes?

4/5.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Mark Allan Poe
King des Zombies!
avatar

Masculin Nombre de messages : 8245
Age : 26
Localisation : Québec - St-Dominique
Date d'inscription : 06/05/2008

MessageSujet: Re: Halloween (2018, David Gordon Green)   Jeu 29 Nov - 12:31


Je dois l'avouer assez vite, j'étais septique en ce qui concerne ce nouveau Halloween! Pas que le film ne semblait pas bon (Rien que le fait que John Carpenter revienne, que Jaimie Lee Curtis revienne, que ce soit une nouvelle suite à la saga originale, que Nick Castle revienne étaient des éléments bons!), mais le fait qu'il oublie toutes les suites originales et qu'il se veuille la vraie suite de l'original était un élément qui me fessait légèrement tiquer, même avec les bonnes intentions de la production.

Au final, cela aura été probablement la meilleure chose qui pouvait arriver à cette suite, puisque ce nouveau Halloween est non seulement la meilleure suite de l'original, mais demeure également un solide retour aux sources, mais aussi un solide nouveau départ pour la franchise depuis 16 ans (Pour moi, les deux films merdiques de Rob Zombie n'existent pas). Dès le départ, le film commence avec aplomb avec cette séquence hyper malaisante et oppressante où deux journalistes viennent interviewver Michael Myers, 40 ans après son évasion. Dès lors, ce nouveau Halloween ne s'arrête jamais, remet les pendules à l'heure et redonne les lettres de noblesses à Michael Myers, qui n'aura jamais été aussi effrayant depuis l'original. On notera aussi son solide opening, qui repend très bien ceux de Halloween 1 & 2, qui possède une symbolique assez claire et excellente où on comprend que les journalistes ont "ramener à la vie" Michael.

J'apprécie tout autant le développement de personnages offert pour Laurie Strode. Non seulement le personnage possède un background inventif et plutôt original dans son traitement, mais on retrouve une similitude plutôt satisfaisante avec Halloween H20 : 20 Years Later, tout en ayant rien à voir dans le produit fini. D'ailleurs, cette idée de vouloir en faire une femme recluse et brisée, qui se prépare depuis 40 ans à affronter Michael Myers, donne un cachet intéressant au personnage mythique, tout en demeurent une brillante direction. De l'autre côté du spectre, Jaimie Lee Curtis offre probablement la performance de sa vie dans le rôle, semblent même offrir une prestation finale avant de partir, tellement elle est excellente. Je dois l'avouer, l'actrice n'était pas nécessairement excellente dans l'original ou Halloween 2 (1981), mais dans H20 et H40 (On va s'entendre, ce nouveau Halloween est pratiquement ça!), le métier lui aura rentrer dans le corps et n'aura jamais été aussi excellente!

Dans tout cela, ce nouveau volet de la saga Halloween tient également la route grâce aux nouveaux personnages offerts ici. Bien qu'ils ne soient pas si importants à l'intrigue, les deux journalistes sont plutôt attachants, tout en étant jouer par des acteurs très compétents, et possèdent des couches intéressantes à leurs personnages. D'ailleurs, c'est probablement l'une des grosses qualités de ce nouveau chapitre, il réussit à rendre attachants certains personnages, avec simplement quelques séquences ou développements de personnages. C'est par exemple le cas de la babysister et de son petit copain qui, en prime d'abord, ne sont pas intéressants, mais le deviennent de manière très significative avec les quelques scènes avant le destin qui les attendent. Pour autant, le meilleur atout de ce nouveau volet demeurent Karen et Allyson. Bien que le personnage de Karen manque un peu de développement dû à sa courte présence (J'aurais bien voulu plus de flashbacks sur sa condition d'entraînement et la voir un peu plus avant le troisième acte), il demeure que l'actrice lui donne du charismes et que le personnage possède ces moments de gloire. Pour autant, c'est réellement Allyson qui est la brillante nouveauté de ce nouveau chapitre, étant attachante, avec une personnalité dynamique et plusieurs moments intéressants. D'ailleurs, j'ai déjà hâte de voir ce que le personnage vivra dans une éventuelle suite.

L'oeuvre possède aussi une brillante remise en place pour Michael Myers. Dès le moment où il s'échappe une nouvelle fois de Smith's Grove, Michael libère 40 ans de rage dans son corps et ne se gène pas pour commettre un carnage immense. Ce nouveau chapitre à même l'excellence d'avoir plusieurs meurtres intéressants entre la séquence de la toilette, celle de la babysister ou deux mères d'Haddonfield qui finissent brutalement assassinées. La créativité de ce nouveau chapitre ne fait aucun doute et ce nouveau chapitre parvient à être graphique, sans pour autant sacrifier ce qui fessait la gloire de l'original. On retrouve d'ailleurs un Michael Myers très proche de celui de l'original avec les fameuses mimiques que Michael utilise quand il regarde dans un miroir, comment il agit quand il se réveille (La scène en plan-séquence est un bon exemple) ou sa manière d'être en tant que tel. C'est également dans ce chapitre que le personnage est le plus effrayant avec une peur et une oppression constante dans sa manière d'être, même quand celui-ci ne possède pas de masque. Même la séquence où il retrouve son masque n'est pas mythique comme elle devrait l'être, elle est juste oppressante et terrifiante avec ce que Michael dégage dans son aura. Il ne possède même pas les 7 pieds que peut avoir un Tyler Mane et, pourtant, il me fait bien plus peur que lui!

Une autre grosse qualité de ce nouveau chapitre est qu'il n'oublie pas le passé pour autant. Bien qu'au départ les scénaristes avaient prévu de recréer la séquence finale de l'original avec Sam Loomis qui mourrait des mains de Michael à la manière de Bob, il s'avère que la trajectoire de ce nouveau chapitre à été entièrement remise autrement. En effet, on remarque à plusieurs reprises des hommages exceptionnels aux chapitres précédents, c'est surtout le cas de Halloween 2 (Cette fameuse mère qui se prépare un sandwich!), Halloween 3 (Laurie qui demande à des enfants de retourner chez eux!), Halloween 4 (La séquence du garage totalement reprise, avec un mécanicien retrouver mort sans son habit) et Halloween 6 & H20 (La séquence de la toilette est un excellent mixte des deux scènes). Pour autant, ces hommages ne sont jamais forcés et demeurent tous bien insérés, tout en démontrant un respect certain envers les fanatiques de la saga, qui eux n'oublient pas le passé (Tout comme moi!). Puis, il y a les reprises de séquences de l'original qui demeurent toutes bien trouvées et se complètent bien pour faire un diptyque mémorable. Parce que, cette suite aura parfaitement compris ce qu'une suite devait faire et le fait parfaitement bien à chaque séquence clin-d’œil, œuvrent même à faire une contrasse avec Laurie Strode qui prend la place de Michael Myers. On notera également que ce volet retranscrit parfaitement les blessures de Michael et Laurie, avec Michael qui à un œil blessé ou Laurie qui à sa cicatrice sur l'épaule!

L'oeuvre est aussi excellente grâce à la brillante musique de John Carpenter. Si on pouvait sentir que l'homme était fatiguer depuis longtemps en ce qui concerne la réalisation ou son côté aigri sur bien des choses (Même pendant la promotion de ce nouveau volet, j'ai grincher des dents sur bien des points!), il demeure qu'il est un compositeur magistral et ce nouveau Halloween est mener avec une bonne gérance niveau sonore. Que ce soit le thème principal ou "The Shape", la trame sonore est impressionnante, bien remise au goût du jour et avec plusieurs nouveaux morceaux musicaux excellents. Puis, plusieurs scènes soutiennent parfaitement la trame sonore (On pense à la fameuse scène où Michael met le masque mythique).

Le plus surprenant restera pourtant l'excellence autour de David Gordon Green et Danny McBride, qui réussissent avec brio à offrir une réalisation impeccable et un scénario en béton. Soyons honnêtes, le fait que les deux hommes se soient mis sur le projet était un défaut, au départ, surtout avec la filmographie qu'ils ont chacun de leur côté (Comme disait Gregg plus haut). Pour autant, c'est probablement eux qui s'en sortent le mieux, on sent le talent impressionnant de David Gordon Green à la réalisation, il parvient à offrir des plans authentiques, très travaillés et qui donnent un soucis du détail définitivement réussit. Il suffit de voir comment il gère les arrières-plans à certains moments (La scène du garage est un atout en soit), les plans-séquences (Où Michael tue les mères d'Haddonfield) ou les séquences de tension (Toute la séquence finale où Karen et Allyson affrontent Michael). De son côté, avec l'aide de Gordon Green, Danny McBride prouve qu'il est un fan de la saga Halloween en retranscrivent à la perfection ce qui fessait la force du film original, reprennent tout entièrement, tout en se permettent des nouveaux éléments et une actualisation définitivement bien présente. Bien qu'on sente que les 40 ans d'espacement ont changer les choses de manière obligatoire, la fidélité ressort malgré tout et avec brio.

Pour autant, certains éléments font malgré tout tiqué jusqu'à un certain degré, entre (Comme dit plus haut!) le personnage de Karen qui demeure peu développer, tout comme le fameux meurtre de la voiture, qui demeure tout simplement choquant et détestable pour les fans de la saga. Bien que ce fameux meurtre amène une pensée difficile pour un bébé, pendant une scène-clé, il n'était pas utile du tout que Michael aille à ce degré d'inhumanité, surtout quand on voit que même Rob Zombie n'as pas tenter cette approche. Pour finir, le revirement à propos du Sam Loomis 2.0 était tout simplement inutile et n'avait pas sa place dans le long-métrage. Surtout que cela n'apporte pas grand-chose à l'intrigue et pénalise l'oeuvre d'une qualité que ce personnage apportait.

Au final, il est clair que ce nouveau volet de la saga Halloween n'est pas parfait et que la formule ne pouvait être remise exactement pareille que l'oeuvre originale (40 ans, c'est loin!), mais l'oeuvre sort malgré tout gagnante en étant non seulement la meilleure suite de la saga, un retour aux sources significatif, une brillante réactualisation, mais également un hommage vibrant envers toute la saga Halloween. Adorent entièrement la saga Halloween (Oui, même le 6 et 8), le respect qu'on eu l'équipe du film pour l'entièreté de la franchise va droit au cœur, tout comme leur vœu de ne pas oublier le passé, tout en réactualisant les choses et en allant de l'avant avec la franchise. Il est clair que maintenant que nous avons réussit à remettre la saga de l'avant avec brio (Parce que ce nouveau Halloween est vraiment excellent!), tout en engrangeant des bénéfices records (Plus de 250 millions de dollars), il est clair que la franchise n'est pas morte et reviendra vite avec une nouvelle suite que j'attend avec impatience.

4.5/5
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://cinemasculin.com/
jeanjean du 7-6
Repose en paix
avatar

Masculin Nombre de messages : 849
Age : 39
Localisation : Rouen-France
Date d'inscription : 30/06/2014

MessageSujet: Re: Halloween (2018, David Gordon Green)   Ven 30 Nov - 9:04

Et bah !! z'étiez inspiré Gregg et Mark ahaha Wink

Superbe analyse.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Mark Allan Poe
King des Zombies!
avatar

Masculin Nombre de messages : 8245
Age : 26
Localisation : Québec - St-Dominique
Date d'inscription : 06/05/2008

MessageSujet: Re: Halloween (2018, David Gordon Green)   Ven 30 Nov - 9:22

jeanjean du 7-6 a écrit:
Et bah !! z'étiez inspiré Gregg et Mark ahaha Wink

Superbe analyse.

Ben écoutes, je te remercie, c’est gentil de voir que certains lisant le travail offert! Wink

Toi, as-tu aimer ce nouveau Halloween ? Smile
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://cinemasculin.com/
jeanjean du 7-6
Repose en paix
avatar

Masculin Nombre de messages : 849
Age : 39
Localisation : Rouen-France
Date d'inscription : 30/06/2014

MessageSujet: Re: Halloween (2018, David Gordon Green)   Ven 30 Nov - 9:39

Perso, j'ai aimé l'ambiance, j'ai aimé le traitement des persos et les clins d'oeils à droite à gauche. Je préfère tjs un film où l'horreur est suggérée, et là, y'a quelques mises à mort qui mettent bien mal à l'aise (le garage avec les dents, la mère de famille avec le marteau etc.) en jouant sur ce plan là (en + de certaines mise a mort + visuelle).

Moi aussi, j'ai trouvé un peu tordu le twist avec un des persos (pas de spoils hahaha) mais après tout, pourquoi pas ? On surfe sur cette volonté de vouloir être quelqu'un de nos jours, donc ça ne m'a pas parut déconnant.

Après, et pourtant je suis fan du travail du père Zombie sur cette franchise, j'ai effectivement trouvé le traitement de Michael plus angoissant dans celui ci. Rien que sa présence, au début et de dos, on sent qu'il est un concentré de mal et de brutalité là où on pourrait presque avoir de l'empathie pour le Michael de Zombie.

A l'époque où les cinéastes jouent la carte de la facilité avec les remakes et/ou les relectures, je trouve le pari d'avoir fait une suite 40 ans après plus audacieux tout en voulant redonner un souffle nouveau sur cet univers.

Je me ferais donc un plaisir de le revoir dès qu'il sera dispo Wink
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Contenu sponsorisé




MessageSujet: Re: Halloween (2018, David Gordon Green)   

Revenir en haut Aller en bas
 
Halloween (2018, David Gordon Green)
Revenir en haut 
Page 11 sur 12Aller à la page : Précédent  1, 2, 3 ... , 10, 11, 12  Suivant
 Sujets similaires
-
» POLARAMA de David Gordon
» WILL & WILL de John Green et David Levithan
» Joseph Gordon-Levitt
» boisson d'halloween
» Sir Cosmo et Lady Duff Gordon

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Horreur Web :: CINÉMA :: Films d'horreur-
Sauter vers: