AccueilAccueil  FAQFAQ  RechercherRechercher  S'enregistrerS'enregistrer  MembresMembres  GroupesGroupes  ConnexionConnexion  

Partagez | 
 

 The Bourne quadrilogy (2002~2016, Doug Liman/Paul Greengrass)

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
Aller à la page : 1, 2  Suivant
AuteurMessage
X-Files_Arpanet
Mort Vivant!!!


Masculin Nombre de messages : 3461
Age : 29
Localisation : Dans la Zone 51...
Date d'inscription : 15/09/2006

MessageSujet: The Bourne quadrilogy (2002~2016, Doug Liman/Paul Greengrass)   Jeu 4 Oct - 12:58


La Mémoire dans la Peau
(The Bourne Identity)
– 2002


Réalisé par Doug Liman
Écrit par Tony Gilroy & William Blake Herron
D’après le roman de Robert Ludlum
Musique de John Powell
Avec Matt Damon, Franka Potente, Chris Cooper, Clive Owen, Julia Stiles, Brian Cox, Adewale Akinnuoye-Agbaje



Synopsis :
Repêché en pleine mer avec deux balles dans le dos, Jason Bourne s’éveille amnésique. À la recherche de sa propre identité, il découvre qu’il est un agent secret d’élite, une véritable machine à tuer à 30 millions de dollars, en qui le gouvernement n’a plus confiance. Pourchassé par des agents de la CIA, le compte à rebours a commencé : d’ici 24 heures, Jason Bourne doit être un homme mort…





Lorsqu’ils décident d’adapter le roman de Robert Ludlum à l’écran, Tony Gilroy et son acolyte ne s’imaginent probablement pas que The Bourne Identity marquera un temps nouveau dans l’ère du cinéma d’espionnage. Terminé les gadgets improbables, les voitures qui explosent au moindre impact, les héros machos toujours bien sapés. Et place à une histoire en béton, parsemée de combats à mains nues d’un réalisme foudroyant (l’affrontement entre Bourne et Castel, à Paris), de courses-poursuites burnées mais jamais gratuites ou exagérées (la Mini échappant à la police française), de cascades parfaitement dosées et maîtrisées (dont un gunfight vertigineux dans lequel Jason Bourne descend une dizaine d’étages sur le dos d’un macchabée !). Mais, à la différence d’un James Bond – jouant la carte de l’action là où le scénario bât de l’aile –, La Mémoire dans la Peau s’impose avant tout comme un thriller captivant. Au sein duquel l’humour demeure discret mais omniprésent. Où la relation amoureuse entre Jason et Marie est montrée avec beaucoup de pudeur et de justesse. Où les scènes d’action sont secondaires à cette histoire d’assassin gouvernemental, rendu amnésique à la suite d’un accident, en lutte contre sa mémoire défaillante et les tueurs lancés à ses trousses.





Bien sûr, le scénario de The Bourne Identity présente aussi quelques faiblesses. Notamment certaines exagérations (le tueur débarquant dans l’appartement en passant à travers la vitre ; le protagoniste s’en sortant presque tout le temps indemne après un combat) que le script aurait pu facilement contourner. Toutefois, ces imperfections anecdotiques passent sous silence au vu de l’indéniable efficacité dont fait preuve le récit de Gilroy. Surtout lorsque ce dernier est relayé par un metteur en scène suffisamment créatif et doué pour échapper à la banalité. Via des caméras embarquées, des cadrages serrés et des séquences d’action tenues d’une main de maître, Doug Liman relève le défi haut la main, sans pour autant signer une réalisation hors du commun – sur ce sujet, Paul Greengrass se montrera bien plus probant. Côté casting, Liman est loin de s’affubler d’amateurs branlants. Entre Matt Damon, dont le rôle de Jason Bourne va comme un gant. Franka Potente, touchante. Chris Cooper, terriblement charismatique. Et Julia Stiles, très convaincante bien que secondaire. Robert Ludlum n’aurait certainement pas souhaité meilleur casting pour l’adaptation de son roman.





En conclusion, il y a fort à parier que La Mémoire dans la Peau deviendra vite un thriller d'espionnage incontournable. Grâce à une intrigue palpitante, une mise en scène énergique et des comédiens sans faille, le film de Doug Liman n’a pas à rougir face à sa réussite. Reste un score musical inégal, ne faisant qu’esquisser ce qui deviendra le thème principal de la saga Bourne. John Powell signe une bande-son tout de même admirable mais nettement inférieure à celles des deux opus suivants. Ce qui est loin de porter préjudice à La Mémoire dans la Peau !



Histoire : 4.5/5
Réalisation : 4/5
Acteurs : 4/5
Musique : 3.5/5



Dans cette séquence - située dans l'Ambassade Américaine de Zurich -, Jason Bourne monte des escaliers déserts afin de trouver une sortie. Mais, dans ce cas, à qui sont donc les pieds visibles sur la photo 1 ? Laughing

NOTE : 16/20


COMMENTAIRE SUR LA VERSION LONGUE :
L’Édition Spéciale du DVD Zone 2 de La Mémoire dans la Peau propose un début et une fin alternatifs – tournés après les attentats du 11 Septembre afin de justifier les actes de Jason Bourne aux yeux du public. Et force est de constater que retirer ces deux séquences fut la meilleure idée de l’équipe technique. Non seulement elles s’emboîtent très mal avec le reste du développement mais elles lui font également perdre tout son charme. Voyons-les en détails…


Dans cette introduction, The Bourne Identity s’ouvre sur un vol aérien de la Grèce (que l’on retrouvera dans le prologue de la version finale !). On y découvre Jason Bourne en train d’interroger les résidents pour savoir s’ils connaissent une amie à lui (Marie). Puis Bourne a une migraine violente et tombe dans les vapes. Tout le reste du métrage se transforme alors en un énorme flash-back…



Dans cette fin alternative, on ne voit pas Abbott faire son rapport à la commission au sujet du Projet Treadstone. Cette scène fait directement suite au début alternatif. Bourne se réveille dans une chambre inconnue et se retrouve face à Abbott qui lui propose de revenir travailler pour la CIA. Jason refuse. Avant de s’en aller, Abbott donne à Bourne l’adresse où travaille Marie en Grèce. Quelques instants plus tard, Marie voit Jason marcher vers elle. Les deux s’embrassent goulûment sur une musique romantique légèrement ringarde, et la caméra s’éloigne. En bref, cette scène s’avère tout à fait branlante et inutile. Abbott retrouve Bourne sans se forcer. Et La Mémoire dans la Peau se clôt sur un final minable. Heureusement que monteur et scénaristes savent ce qu’ils font !
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://www.dailymotion.com/X-Files_ArPaNet
Machiavel
Mort Vivant!!!


Masculin Nombre de messages : 1401
Age : 35
Localisation : RP
Date d'inscription : 28/09/2007

MessageSujet: Re: The Bourne quadrilogy (2002~2016, Doug Liman/Paul Greengrass)   Ven 5 Oct - 9:38

Le 3è épisode enfonce le clou bien profond et dynamite la série.
Two Thumbs Up !!!
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://taverne-aux-series.forum-actif.net
X-Files_Arpanet
Mort Vivant!!!


Masculin Nombre de messages : 3461
Age : 29
Localisation : Dans la Zone 51...
Date d'inscription : 15/09/2006

MessageSujet: Re: The Bourne quadrilogy (2002~2016, Doug Liman/Paul Greengrass)   Ven 5 Oct - 11:56

Machiavel a écrit:
Le 3è épisode enfonce le clou bien profond et dynamite la série.
Two Thumbs Up !!!

Tu l'as dit !
Pour moi, The Bourne Ultimatum n'est autre que le meilleur opus de la saga.

Petit classement :
1 - La Vengeance dans la Peau (The Bourne Ultimatum) - 17.5/20
2 - La Mémoire dans la Peau (The Bourne Identity) - 16/20
3 - La Mort dans la Peau (The Bourne Supremacy) - 14.5/20


En parlant de The Bourne Supremacy, justement :



La Mort dans la Peau
(The Bourne Supremacy) – 2004



Réalisé par Paul Greengrass
Écrit par Tony Gilroy
D’après le roman de Robert Ludlum
Musique de John Powell
Avec Matt Damon, Brian Cox, Franka Potente, Julia Stiles, Joan Allen, Karl Urban, Gabriel Mann

Synopsis :

Souffrant d’amnésie, Bourne a laissé derrière lui un passé violent et mène désormais une vie tranquille avec sa compagne Marie. Malheureusement, ses projets de vie paisible se trouvent sérieusement compromis quand un tueur mystérieux retrouve leur trace. Mais Bourne est loin d’être une cible facile et ses ennemis vont vite comprendre qu’il est un homme dont les facultés et la détermination ne doivent pas être sous-estimées…





Pouvait-on aboutir à une suite à la hauteur une fois la surprise, créée par La Mémoire dans la Peau, tarie ? Difficile de répondre à une telle interrogation tant The Bourne Supremacy (traduit bêtement par La Mort dans la Peau) nous laisse le cul entre deux chaises. Disons que la sphère technique se trouve modifiée en profondeur (Doug Liman remplacé par Paul Greengrass ; Tony Gilroy se retrouvant seul face au scénario) et que de tels changements jouent considérablement sur la qualité de l’épisode. Notamment en ce qui concerne son intrigue. Non pas que cette dernière manque d’intérêt, bien au contraire ! Mais plutôt qu’elle manque de fidélité à l’œuvre de Doug Liman. En effet, The Bourne Supremacy ressemble plus à un film d’espionnage classique, ou à une simple transition entre La Mémoire… et La Vengeance dans la Peau, qu’à une suite digne de ce nom. L’histoire peine à démarrer véritablement – il faut attendre pas moins d’une demi-heure avant de retrouver l’esprit du précédent opus – et s’avère somme toute assez répétitive (un affrontement, un meurtre, de l’espionnage ; puis un nouvel affrontement, un nouveau meurtre, etc.). Qui plus est, le scénariste s’encombre volontiers d’exagérations ou d’incohérences monumentales. Comme le passage où Jason reste plusieurs minutes sous l’eau sans jamais manquer d’air, alors qu’il tente de ranimer quelqu’un ; ou celui où il se prend une balle dans l’épaule mais réussit à conduire et à courir sans problème…





En même temps, une modification de ce type ne comporte pas que des mauvais points. Elle permet aussi à Jason Bourne de redevenir l’homme solitaire des débuts, de s’affirmer comme un personnage plus violent, plus dur physiquement et moralement (la discussion « musclée » entre Jason et Nicky en est un bel exemple). De même, le script de Tony Gilroy réserve quelques belles séquences. Telles que la course-poursuite dans les rues de Moscou, le combat brutal opposant Bourne à un autre agent, le flash-back nous replongeant au temps où le protagoniste était un tueur au service du gouvernement, ou la confrontation (émouvante) entre Jason et la fille d’un homme politique qu’il a abattu quelques années auparavant. De surcroît, Gilroy fait voyager le spectateur à travers le monde entier : Inde, Allemagne, Italie, Angleterre, Pays-Bas, Russie… En déplaçant l’action dans des pays différents, le scénariste évite à The Bourne Supremacy de trop s’essouffler (bien que le produit final ne suffise pas pour couvrir tous les frais).
Mais l’on pourrait s’avouer aussi dubitatif quant à la réalisation de Paul Greengrass (manquant sérieusement de personnalité, signant des séquences moins intenses et moins impressionnantes que celles de La Mémoire dans la Peau) et au casting mis en scène. Si Matt Damon se montre encore plus professionnel et convaincant que dans le volume précédent, et si les actrices Julia Stiles (Nicky) et Joan Allen (Pamela Landy) s’en sortent admirablement bien ; on ne peut pas en dire autant de Brian Cox (trop à côté de la plaque) et de Franka Potente (sous-exploitée).



À bien y regarder, le réel point fort de The Bourne Supremacy revient incontestablement au score de John Powell. Lui qui faisait montre de partitions discrètes dans le premier volet, nous convie ici à un thème principal développé à sa juste valeur et agrémenté de compositions pouvant se révéler aussi entraînantes que glaçantes. L’évolution est telle que la bande-son de La Mémoire dans la Peau pourrait passer pour une simple ébauche de son successeur.
En fin de compte, ce 2e chapitre, plutôt moyen, n’arrive pas à la cheville de son aîné (et encore moins à celle de son cadet !). The Bourne Supremacy n’est pas une mauvaise suite, loin de là. Mais le fond comme la forme s’écartent un peu trop de ce qui faisait le charme du film de Doug Liman. Au final, cette séquelle est à la trilogie Bourne ce que SAW II est à la saga de Wan et Whannell, à savoir une transition logique, maladroite mais nécessaire, entre les opus 1 et 3.



Musique : 4/5
Scénario : 3.5/5
Réalisation : 3.5/5
Acteurs : 3.5/5


NOTE : 14.5/20
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://www.dailymotion.com/X-Files_ArPaNet
Empereur GHOULE
Mort Vivant!!!


Masculin Nombre de messages : 1361
Age : 37
Localisation : Sherbrooke (Sanglant Centre-Ville)
Date d'inscription : 06/07/2007

MessageSujet: Re: The Bourne quadrilogy (2002~2016, Doug Liman/Paul Greengrass)   Ven 5 Oct - 16:52

Personnellement, j'ai été diverti et ais apprécié la qualité des deux premiers films (je n'ai pas vu le troisième), mais rien dans tout cela n'est particulièrement mémorable. Malgré tout le travail, ça demeure un film d'action popcorn, point à la ligne.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://www.sixbrumes.com
JackieBoy
Modérateur


Masculin Nombre de messages : 9579
Age : 32
Localisation : Sherbrooke
Date d'inscription : 29/09/2005

MessageSujet: Re: The Bourne quadrilogy (2002~2016, Doug Liman/Paul Greengrass)   Ven 5 Oct - 17:26

Comme X-Files_ArPaNet l'ai dit sur un autre forum, la saga Jason Bourne est supérieur sur de nombreux points, à comparer des films comme la trilogie de Mission: Impossible et même les James Bond.

Aujourd'jui, j'ai revu The Bourne Identity et, je trouve toujours ce film aussi excellent! J'en ferais sûrement une critique!
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://www.horreur-web.com/ En ligne
JackieBoy
Modérateur


Masculin Nombre de messages : 9579
Age : 32
Localisation : Sherbrooke
Date d'inscription : 29/09/2005

MessageSujet: Re: The Bourne quadrilogy (2002~2016, Doug Liman/Paul Greengrass)   Ven 5 Oct - 22:07

Juste comme ça, je trouve très beau le coffret de la trilogie, qu'ils vont sortie au mois de Décembre.

Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://www.horreur-web.com/ En ligne
JackieBoy
Modérateur


Masculin Nombre de messages : 9579
Age : 32
Localisation : Sherbrooke
Date d'inscription : 29/09/2005

MessageSujet: Re: The Bourne quadrilogy (2002~2016, Doug Liman/Paul Greengrass)   Ven 5 Oct - 22:11

Je me demande, s'ils vont faire un jour, l'adaptation de The Bourne Legacy.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://www.horreur-web.com/ En ligne
JackieBoy
Modérateur


Masculin Nombre de messages : 9579
Age : 32
Localisation : Sherbrooke
Date d'inscription : 29/09/2005

MessageSujet: Re: The Bourne quadrilogy (2002~2016, Doug Liman/Paul Greengrass)   Dim 7 Oct - 10:20

The Bourne Identity de Doug Liman



La première fois que j’ai vu The Bourne Identity, j’ai trouvé ce film tout simplement génial et je le trouve toujours aussi génial. J’adore le fait que le film se déroule dans des pays d’Europe. L’une des grandes forces de The Bourne Identity, c’est le réalisme du monde de l’espionnage. C’est complètement différent des films de James Bond. Les gadgets, les véhicules modifiés et autres sont tous mis de côtés. Le réalisme est dans les combats, les courses-poursuites et l’histoire. Les combats sont extrêmement bien chorégraphiés et plaisants à voir! Les courses-poursuites, autant à pied qu’en voiture, sont très bien filmées et rythmées. Dans le cas de l’histoire, elle est vraiment excellente! On nous offre l’histoire d’un agent, qui est devenu amnésique à cause d’une mission ratée et qui cherche à découvrir, quelle est son identité véritable. Tout au long du film, il devra se fier à ses instincts! La première partie du film, on le voit mener une investigation sur sa personne tout en se remémorant inconsciemment des réflexes de son passé et, cela est très réussi. C’est justement cela qui rend le film des plus intenses, le mystère et le suspense qui persiste, pendant tout le film. Du côté de la réalisation, Doug Liman n’est pas le plus grand réalisateur, mais il a tout de même réussit à nous offrir une réalisation très rythmée avec d’excellents plans de caméras. Ce qui donne droit, à de très bonnes scènes d’actions. Pour ce qui est du casting, Matt Damon prouve l’étendue de ses talents. Il incarne cet espion perturbé avec le détachement nécessaire au rôle. Sa performance est en parfaite harmonie avec le ton de l'ensemble. Franka Potente, Julia Stiles et Chris Cooper offre tout trois, des performances convaincantes. Pour la musique, c’est John Powell qui signe ici la bande son. Elle est vraiment excellente! La musique permet de donner beaucoup de rythme, aux scènes d’action ou de poursuite. On peut aisément et très justement qualifier l'ambiance générale de pessimiste. Délaissant le côté glamour de l'univers de l'espionnage, The Bourne Identity constitue un divertissement intelligent en contrepoids aux aventures de James Bond ou d’Ethan Hunt de la franchise Mission: Impossible.

Note: 4,75/5
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://www.horreur-web.com/ En ligne
JackieBoy
Modérateur


Masculin Nombre de messages : 9579
Age : 32
Localisation : Sherbrooke
Date d'inscription : 29/09/2005

MessageSujet: Re: The Bourne quadrilogy (2002~2016, Doug Liman/Paul Greengrass)   Jeu 18 Oct - 11:14

The Bourne Supremacy de Paul Greengrass



Voilà la suite de l’excellent The Bourne Identity! The Bourne Supremacy est une très bonne suite, tout aussi excitante que le premier opus! On retrouve notre chez Jason Bourne, en très grande forme et près à de nouvelles poursuites. Matt Damon prouve encore une fois, qu’il peut nous offrir d’excellente prestation. C’est le cas dans The Bourne Supremacy! Ici, il est charismatique à souhait, mystérieux et simple, ses motivations et son animalité sous-jacente explosent dans la lumière glaciale de la vieille Europe. Dans les rôles secondaires, on retrouve de très bons acteurs, qui sont tous très convaincants dans leur rôle respectif. La brochette d’acteurs se composent de Franka Potente (malheureusement on la voit très peu), Julia Stiles (elle a un rôle qui lui va à merveille), Joan Allen (elle est très convaincante dans son rôle), Brian Cox et Karl Urban (un excellent méchant). Du côté de la réalisation, c’est Paul Greengrass (Bloody Sunday) qui prend la relève. Son style, élaboré à partir de caméra à l’épaule et d’un montage nerveux, permet à The Bourne Supremacy d’être encore plus réalisme et excitant que The Bourne Identity. Paul Greengrass nous offre des incroyables courses-poursuites, des nombreuses scènes d’actions à couper le souffle, des combats à mains nues et du suspense présent à chaque seconde. Ce film est servi, en plus par un scénario parfaitement structuré, permettant au spectateur attentif de faire évoluer son regard sur une intrigue finement ficelée et intelligente. Comme pour le premier film, c’est John Powell qui compose la bande son. Elle est tout aussi excellente, que le premier opus! La musique permet encore une fois, de donner beaucoup de rythme aux scènes d’action ou de poursuites. J’adore entendre la chanson Extreme Ways de Moby! Au final, The Bourne Supremacy est sans hésitation une très bonne suite, qui mérite amplement le coup d’œil!

Note: 4,5/5
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://www.horreur-web.com/ En ligne
Scalp
Fraîchement mort!


Nombre de messages : 190
Age : 36
Date d'inscription : 04/11/2007

MessageSujet: Re: The Bourne quadrilogy (2002~2016, Doug Liman/Paul Greengrass)   Ven 14 Déc - 14:35



Final en apothéose pour Jason Bourne, des tueurs aux trousses, la vengeance dans la peau, le voici fantôme de choc à Waterloo Station, fouteur de souk à Tanger, voltigeur fou, combattant impitoyable, Matt Damon est une machine de guerre touchante d'humanité ( quoique un peu trop indestructible ), à New York évidemment ( sympa d'ailleurs que la moitié du film se passe avant la fin du 2 ), et la vérité lui éclatera à la gueule après une course-poursuite haletante et fracassante ( bon faut pas etre epileptique ), Paul Greengrass est le digne héritier de McTiernan (Une Journée en Enfer), voire même de Tsui Hark (il balance son cadreur dans le vide façon "Time and Tide" !) bon il les egale pas encore.
Ses concurrents vont devoir s'aligner pour pouvoir suivre (Cacasino Royale par exemple ), le cinéaste est ici au sommet de son art du chaos organisé, un sens de l'espace et du rythme régit par une science du cadrage et du montage hallucinante (tout est parfaitement dosé pour que ça reste lisible, les scenes de Tanger sont magistral !), Greengrass n'autorise aucune seconde de répit et nous assène une mise en scène sèche, brute, âpre, pour un actioner d'espionnage géopolitique carrémment jouissif et sans prendre le spectateur pour un con, une trilogie qui s'impose comme un modele du genre.

8.5/10
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
X-Files_Arpanet
Mort Vivant!!!


Masculin Nombre de messages : 3461
Age : 29
Localisation : Dans la Zone 51...
Date d'inscription : 15/09/2006

MessageSujet: Re: The Bourne quadrilogy (2002~2016, Doug Liman/Paul Greengrass)   Jeu 17 Jan - 17:12


La Vengeance dans la Peau
(The Bourne Ultimatum)
– 2007


Réalisé par Paul Greengrass
Écrit par Tony Gilroy, Scott Z. Burns & George Nolfi

D’après le roman de Robert Ludlum
Musique de John Powell
Avec Matt Damon, Julia Stiles, David Strathairn, Joan Allen, Scott Glenn, Paddy Considine, Edgar Ramirez, Albert Finney





Après avoir eu La Mémoire et La Mort, Jason Bourne a désormais La Vengeance dans la Peau. Passons outre ces traductions simplistes pour appréhender The Bourne Ultimatum pour ce qu’il est véritablement. De Moscou à New York, en passant par Londres, Paris, Turin, Madrid et Tanger, Jason Bourne est sur tous les fronts et carbure à 200 à l’heure à travers ce thriller gonflé à bloc, mettant son spectateur en haleine de la première à la dernière seconde. Et dont les rares temps de pause ne sont aucunement des poids morts pour le récit mais servent, au contraire, à révéler le passé de Jason Bourne – de son vrai nom David Webb. Les 3 scénaristes closent cette trilogie avec maestria, tout en se permettant quelques clins d’œil au film original (Nicky se coupant les cheveux, de la même manière que Marie ; Bourne répétant la réplique que l’un de ses assassins lui avait confié avant de mourir dans le premier volet ; le plan final, renvoyant directement à la séquence d’ouverture de The Bourne Identity…) ainsi qu’une ellipse splendide au second métrage – l’action se situant entre la fuite de Moscou et l’appel de Bourne à Pamela Landy. Via des scènes d’action musclées, haletantes (la poursuite sur les toits de Tanger), parfois violentes (l’affrontement glacial entre Jason et Desh, le tueur à gages), La Vengeance dans la Peau ne subit aucune baisse de régime. Adieu les James Bond et autres Mission Impossible. La trilogie de Robert Ludlum s’impose dorénavant comme la référence en matière de films d’espionnage, et fait de Jason Bourne une figure emblématique du cinéma d’action.





Question réalisation, certains reprocheront à Paul Greengrass de secouer sa caméra dans tous le sens un peu trop souvent. Mais force est d’admettre que ces plans (tremblant en permanence) accroissent considérablement le sentiment d’instabilité dégagé par le protagoniste, tiraillé entre de violentes remontées de souvenirs et un quotidien constamment en danger. Si la tenue de caméra ne convaincra pas tout le monde, la réalisation de Greengrass fait en tout cas montre d’une mise en scène impeccable. Cadrant chaque scène avec une infime exactitude. Déployant des combats au corps à corps calculés au millimètre près, et d’éclatantes poursuites en voiture, à moto ou à pied. En somme, Greengrass réussit un coup de maître, effaçant la majeure partie des bévues commises sur The Bourne Supremacy.
Greengrass et Gilroy sortant grandis de ce 3e chapitre, les acteurs n’avaient d’autre solution que de mettre les petits plats dans les grands. 5 ans après La Mémoire dans la Peau, Matt Damon apparaît sous les traits d’un Jason Bourne plus mature, plus déterminé, mais aussi plus bourrin et plus énergique. Loin de se conformer à une image de héros dépersonnalisé, l’acteur fait preuve d’une implacable justesse ; prêtant à la fois tout son talent et tout son charisme au personnage de Bourne. Résultat : Matt Damon est aussi convaincant lorsqu’il incarne une machine à tuer que lorsqu’il redevient cet individu lambda, profondément humain, souffrant de son amnésie et de sa situation. Et Julia Stiles de rendre admirablement la réplique à son collègue, jouant avec sincérité et sans aucun faux pas. Il en va de même pour l’excellente Joan Allen (Pamela Landy) mais également pour le terrible David Strathairn (Noah Vosen) et Albert Finney (Dr Albert Hirsch). Tous s’approprient avec brio leur personnage respectif et participent, chacun de leur côté, à la réussite du film.





Il manque un je-ne-sais-quoi au score de John Powell pour en faire une bande parfaite. Toujours est-il que le compositeur ne se cantonne pas à un banal remix de ses partitions précédentes. Et continue à explorer les thèmes propres à Jason Bourne, tout en se souciant du visuel et du scénario mis en scène – notamment en accentuant le dynamisme de ses compositions (pour coller à la caméra saccadée de Greengrass). Grâce à des thèmes magistraux et trépidants, le score de Powell constitue un atout majeur, indispensable, de The Bourne Ultimatum.
Avec La Mort dans la Peau, Greengrass signait un 2e volet nettement inférieur à son prédécesseur. Les craintes étaient donc nombreuses à l’égard de cet ultime chapitre. Et pourtant, réalisateur et scénaristes semblent s’être accordés pour faire de cette suite le meilleur opus de la saga, et de la trilogie Bourne l’une des meilleures séries d’espionnage.



NOTE : 17.5/20
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://www.dailymotion.com/X-Files_ArPaNet
lady vamp
Repose en paix


Féminin Nombre de messages : 697
Date d'inscription : 15/07/2007

MessageSujet: Re: The Bourne quadrilogy (2002~2016, Doug Liman/Paul Greengrass)   Ven 18 Jan - 15:38

Mon préfére reste pour le moment le premier car je n ai pas encore vue le troisième, la vengeance dans la peau .

J'ai aimé pour une fois matt Damon et la scéne de la cage d'escaliers est allucinante !!!!

Un film sans aucun arret toujours à entrainer le spectateur vers une autre situation .
Moi j ai vraiment aimé.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
X-Files_Arpanet
Mort Vivant!!!


Masculin Nombre de messages : 3461
Age : 29
Localisation : Dans la Zone 51...
Date d'inscription : 15/09/2006

MessageSujet: Re: The Bourne quadrilogy (2002~2016, Doug Liman/Paul Greengrass)   Dim 20 Jan - 5:45

lady vamp a écrit:
Un film sans aucun arret toujours à entrainer le spectateur vers une autre situation .
Moi j ai vraiment aimé.

Tu verras, La Vengeance dans la Peau carbure du début à la fin. Pas un seul petit temps mort. C'est pour moi vraiment le meilleur volet de la saga ! Vivement sa sortie en DVD Zone 2 !
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://www.dailymotion.com/X-Files_ArPaNet
Killing Zoé 73
Repose en paix


Masculin Nombre de messages : 674
Age : 38
Localisation : Chambéry (France)
Date d'inscription : 04/12/2007

MessageSujet: Re: The Bourne quadrilogy (2002~2016, Doug Liman/Paul Greengrass)   Dim 20 Jan - 6:04

Scalp a écrit:

Ses concurrents vont devoir s'aligner pour pouvoir suivre (Cacasino Royale par exemple ), le cinéaste est ici au sommet de son art du chaos organisé, un sens de l'espace et du rythme régit par une science du cadrage et du montage hallucinante (tout est parfaitement dosé pour que ça reste lisible, les scenes de Tanger sont magistral !), Greengrass n'autorise aucune seconde de répit et nous assène une mise en scène sèche, brute, âpre, pour un actioner d'espionnage géopolitique carrémment jouissif et sans prendre le spectateur pour un con, une trilogie qui s'impose comme un modele du genre.

Je ne suis pas d'accord : je ne puis comparer "Casino Royal" à "La vengeance dans la peau", étant donné que j'n'ai pas vu ce dernier, mais si tu parles de la séquence d'intro' dans le dernier James Bond, permets-moi de te contredire : le film n'est pas exempt de défauts, c'est certain, mais la séquence de poursuite à pied entre Bond et le black est tout simplement étourdissante !!! Je crois pouvoir affirmer qu'c'est la meilleure course de poursuite à pied qu'il m'ait été donné de voir dans toute l'histoire du septième art !! Tous les éléments de l'espace rentrent en jeu, et les cascadeurs n'ont vraiment pas eu froid aux yeux (cf. la scène quand ils se coursent dans le chantier) et la conclusion de la séquence (la scène de l'ambassade) laisse pantois...
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
X-Files_Arpanet
Mort Vivant!!!


Masculin Nombre de messages : 3461
Age : 29
Localisation : Dans la Zone 51...
Date d'inscription : 15/09/2006

MessageSujet: Re: The Bourne quadrilogy (2002~2016, Doug Liman/Paul Greengrass)   Dim 20 Jan - 13:07

Killing Zoé 73 a écrit:
Je ne suis pas d'accord : je ne puis comparer "Casino Royal" à "La vengeance dans la peau", étant donné que j'n'ai pas vu ce dernier, mais si tu parles de la séquence d'intro' dans le dernier James Bond, permets-moi de te contredire : le film n'est pas exempt de défauts, c'est certain, mais la séquence de poursuite à pied entre Bond et le black est tout simplement étourdissante !!! Je crois pouvoir affirmer qu'c'est la meilleure course de poursuite à pied qu'il m'ait été donné de voir dans toute l'histoire du septième art !! Tous les éléments de l'espace rentrent en jeu, et les cascadeurs n'ont vraiment pas eu froid aux yeux (cf. la scène quand ils se coursent dans le chantier) et la conclusion de la séquence (la scène de l'ambassade) laisse pantois...

Je me situe dans le positionnement inverse : je n'ai pas vu Casino Royale mais j'ai vu La Vengeance dans la Peau. Permets-moi de te dire que les scènes d'action de ce dernier sont vraiment renversantes, quand elles ne te prennent pas aux tripes ! Je n'essaie pas de comparer Casino Royale et The Bourne Ultimatum, attention, je dis simplement que Bourne regorge de scènes d'action parfaitement millimétrées, tout comme ses deux prédécesseurs par ailleurs. Smile
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://www.dailymotion.com/X-Files_ArPaNet
JackieBoy
Modérateur


Masculin Nombre de messages : 9579
Age : 32
Localisation : Sherbrooke
Date d'inscription : 29/09/2005

MessageSujet: Re: The Bourne quadrilogy (2002~2016, Doug Liman/Paul Greengrass)   Mar 22 Jan - 20:57

The Bourne Ultimatum de Paul Greengrass



The Bourne Ultimatum est le troisième opus, de cette incroyable trilogie d’espionnage! C’est Paul Greengrass, qui est de retour derrière la caméra, après avoir réaliser un excellent et survolté seconde opus. Doug Liman avait réalisé le tout premier film de la trilogie. Personnellement, c’est celui que je préfère! Malgré tout, The Bourne Supremacy et The Bourne Ultimatum sont deux suites, qui ont beaucoup approfondis la forme, en adoptant la caméra virevoltante de Greengrass. Son sens du découpage et une certaine facilité à mettre en scène des scènes d’action haletantes et époustouflantes ont permis à cette trilogie de surpasser de nombreux films d’actions et d’espionnage. Comme pour les deux premiers films, The Bourne Ultimatum est un film incroyablement réaliste. La saga s’enrichit encore, en parvenant à garder sa forte identité. On reste en terrain connu. Jason Bourne se bat toujours comme un dieu sobre, il fait inlassablement preuve d’une ingéniosité et d’une audace sans faille et, les scènes de poursuite à pied, en scooter ou en voiture conservent leur rythme endiablé.



L’enrichissement passe d’abord par les personnages. Ceux qui sont déjà familiers voient leur implication dans l’affaire Bourne passer à un niveau supérieur alors que d’autres protagonistes entrent en scène. En premier lieu on notera l’arrivée de l’agent Noah Vosen (David Strathairn), un agent impitoyable, autoritaire, il est prêt à tout pour servir son pays, peu importe comment. On verra aussi l’introduction brève mais efficace de Desh (Joey Asnah), un agent tunisien aussi performant et mortel que Bourne. Les personnages de Nicky Parsons (Julia Stiles) et Pamela Landy (Joan Allen) sont aussi de retour. Comme pour Jason Bourne, leur personnage a évolué et est toujours aussi intéressant. Et, que dire de la trame sonore, elle toujours aussi superbe, comme dans les deux premiers opus. John Powell a fait un très bon boulot! La chanson de Moby est vraiment excellente!



The Bourne Ultimatum est un véritable film d’espionnage et d’action. Ce film ne cesse de surprendre par ses partis pris, audacieux, apparemment dictés par aucun autre dictat, que de prendre le contre-pied de la violence glamour hollywoodienne. La saga Bourne donne un sacré coup de vieux, à celle de James Bond. C’est pour cela que Casino Royale s’est venu emprunté une certaine façon de faire, à son cousin américain. Le troisième volet montre que la partition a encore des ressources à revendre, portée par deux maestro, Paul Greengrass et Matt Damon. Deux forces de la nature, charismatiques dans leurs domaines respectifs, mais qui contribuent à faire de la trilogie Jason Bourne l'une des sagas hollywoodiennes les plus riches, engagées et originales jamais produites.

Note: 4,5/5
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://www.horreur-web.com/ En ligne
lady vamp
Repose en paix


Féminin Nombre de messages : 697
Date d'inscription : 15/07/2007

MessageSujet: Re: The Bourne quadrilogy (2002~2016, Doug Liman/Paul Greengrass)   Mer 23 Jan - 17:45

X-Files_Arpanet a écrit:
lady vamp a écrit:
Un film sans aucun arret toujours à entrainer le spectateur vers une autre situation .
Moi j ai vraiment aimé.

Tu verras, La Vengeance dans la Peau carbure du début à la fin. Pas un seul petit temps mort. C'est pour moi vraiment le meilleur volet de la saga ! Vivement sa sortie en DVD Zone 2 !

Je vais essayer de me le procurer le plus rapidement.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
def leppard
King des Zombies!


Masculin Nombre de messages : 5593
Age : 37
Localisation : Québec Canada
Date d'inscription : 25/03/2007

MessageSujet: Re: The Bourne quadrilogy (2002~2016, Doug Liman/Paul Greengrass)   Ven 25 Jan - 10:30

je suis pas un grand fan de cette serie la.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
X-Files_Arpanet
Mort Vivant!!!


Masculin Nombre de messages : 3461
Age : 29
Localisation : Dans la Zone 51...
Date d'inscription : 15/09/2006

MessageSujet: Re: The Bourne quadrilogy (2002~2016, Doug Liman/Paul Greengrass)   Ven 25 Jan - 16:29

lady vamp a écrit:
X-Files_Arpanet a écrit:
lady vamp a écrit:
Un film sans aucun arret toujours à entrainer le spectateur vers une autre situation .
Moi j ai vraiment aimé.

Tu verras, La Vengeance dans la Peau carbure du début à la fin. Pas un seul petit temps mort. C'est pour moi vraiment le meilleur volet de la saga ! Vivement sa sortie en DVD Zone 2 !

Je vais essayer de me le procurer le plus rapidement.

Tu pourras trouver une version canadienne sur le net, pas sûr qu'une version française soit déjà disponible. Je suis pressé qu'il sorte en Zone 2, dans tous les cas ! Smile
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://www.dailymotion.com/X-Files_ArPaNet
Invité
Invité



MessageSujet: Re: The Bourne quadrilogy (2002~2016, Doug Liman/Paul Greengrass)   Lun 9 Fév - 21:56

The Bourne Identity (2002,Doug Liman)

Jason Bourne est-il le film d'espionnage qui a relancé la franchise 007 en version crédible? Je pense que oui... La Mémoire Dans La Peau est un film carré avec une histoire intelligente et solide, des scènes d'action dynamique et crédible qui ne tape jamais dans le grand spectacle. D'une durée de 120 minutes ce premier chapitre de la trilogie désormais culte nous fera voyager de la suisse a paris dans une aventure qui demeure aujourd'hui encore passionnante. C'est d'ailleurs ce film qui ma fait apprécier l'acteur Matt Damon, car a l'époque son jeu était fade et il avait toujours des rôles de tête a claque... Bref un très bon première opus avec un casting sympathique et une OST génial.
4,2/5

The Bourne Supremacy (2004,Paul Greengrass)

La Mort Dans La Peau reste encore aujourd'hui mon épisode fétiche, un casting génial, des scènes d'action encore une fois ultra carré et chorégraphier a l'extrême dans la crédibilité, dont une superbe course poursuite en voiture dans les rues de Moscou! Pour voyager on voyage, Inde, New-York, Italie, Allemagne, Russie... bref un véritable guide de voyage a lui tout seul! L'histoire est encore plus passionnante que le premier qui était déjà lourd scénaristiquement, on en apprend plus sur le passé de Jason Bourne et on découvre enfin son identité. Ajouté a cela une musique qui fait le boulot avec un thème principal excellent je dit yes!
4,7/5

The Bourne Ultimatum (2007,Paul Greengrass)

L'épilogue pour Jason Bourne en attendant le cinquième film de 2016.Un troisième opus qui nous apprend enfin le passé de l'agent secret amnésique au méthode radical, quasiment l'intégralité du "programme" et de son fonctionnement nous est dévoilé et lève le mystère sur cette trilogie.La Vengeance Dans La Peau est donc un bonne épisode qui possède le plus de scène d'action, toujours aussi divertissant et carré...Même si je trouve que les combats et poursuites empiète trop sur les dialogues et l'histoire mais bon le potentiel est la! Bref un excellent faux final qui aligne quand même du lourd! Une trilogie que ne déçoit pas une seul seconde et qui a su rester égale a elle même!
4/5
Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité



MessageSujet: Re: The Bourne quadrilogy (2002~2016, Doug Liman/Paul Greengrass)   Lun 8 Fév - 5:38

Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité



MessageSujet: Re: The Bourne quadrilogy (2002~2016, Doug Liman/Paul Greengrass)   Jeu 21 Avr - 7:19

Revenir en haut Aller en bas
JackieBoy
Modérateur


Masculin Nombre de messages : 9579
Age : 32
Localisation : Sherbrooke
Date d'inscription : 29/09/2005

MessageSujet: Re: The Bourne quadrilogy (2002~2016, Doug Liman/Paul Greengrass)   Dim 8 Mai - 8:52

The Bourne Identity de Doug Liman - 4,5/5

À l’approche de Jason Bourne, le cinquième opus de la saga ramenant ainsi Matt Damon, j’ai décidé de me refaire les autres films. C’est donc avec The Bourne Identity, que Jason Bourne est né au cinéma. Un premier opus qui m’avait énormément plu à sa sortie, et encore aujourd’hui, je le trouve vraiment bon. Certes, il n’est pas aussi mémorable qu’à l’époque, mais il demeure un très bon thriller d’espionnage. Le réalisateur Doug Liman et le scénariste Tony Gilroy, qui sera présent sur les trois opus suivants, ont fait du très bon boulot. Une très intrigante histoire d’espionnage, différente de celle des James Bond, où on y suit un agent de la CIA amnésique tentant de se souvenir de sa vie, après avoir échoué une mission, tout en se retrouvant confronté à ses patrons et collègues voulant sa mort, le tout accompagné de scènes d’action plutôt brutales et intenses, ainsi que de superbes paysages européens. On ajoute à ça, un casting réunissant entre autre Matt Damon, très bon dans le rôle principal, Franka Potente, Chris Cooper et Brian Cox, et aussi, une bande son,composée par John Powell, donnant du rythme au film. Bref, un premier film nous introduisant très bien à une nouvelle saga d’espionnage!
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://www.horreur-web.com/ En ligne
JackieBoy
Modérateur


Masculin Nombre de messages : 9579
Age : 32
Localisation : Sherbrooke
Date d'inscription : 29/09/2005

MessageSujet: Re: The Bourne quadrilogy (2002~2016, Doug Liman/Paul Greengrass)   Dim 8 Mai - 8:52

The Bourne Supremacy de Paul Greengrass - 5/5

Dans ce second opus, Jason Bourne, qui s’était refait une petite vie tranquille avec Marie, est contraint de reprendre le boulot, pour découvrir pourquoi la CIA et Treadstone le poursuive toujours, tout en découvrant un peu plus de son passé. Ainsi, on a droit à une autre intrigante histoire, tout en développant la mythologie de la saga. Matt Damon reprend avec brio son rôle de Bourne. Franka Potente est de nouveau de la partie, tout comme Julia Stiles et Brian Cox. Joan Allen, Karl Urban et Marton Csokas se joignent au groupe. Tout le monde interprète merveilleusement leur rôle. Avec désormais Paul Greengrass au commande, la réalisation monte d’un cran. Les scènes d’action sont encore plus enlevante. Les combats à mains nues sont davantage intense et brutaux. Les courses-poursuites sont vraiment extra, surtout celle en fin de film. Le rythme du film est effréné. Et, le réalisateur sait comment faire grimper la tension. De plus, tout comme le premier opus, on se promène beaucoup en Europe. Au final, The Bourne Supremacy est une excellente suite, qui surpasse son prédécesseur et qui nous tient en haleine du début à la fin.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://www.horreur-web.com/ En ligne
JackieBoy
Modérateur


Masculin Nombre de messages : 9579
Age : 32
Localisation : Sherbrooke
Date d'inscription : 29/09/2005

MessageSujet: Re: The Bourne quadrilogy (2002~2016, Doug Liman/Paul Greengrass)   Dim 8 Mai - 8:52

The Bourne Ultimatum de Paul Greengrass - 5/5

Matt Damon rempile pour un troisième opus de la saga Jason Bourne. Dans ce film-ci, notre ex-agent tente de faire la lumière sur son passé, ainsi que d’empêcher un nouveau programme d’assassins à la CIA. Dès les premières minutes, on est plongé dans un énorme suspense. Le rythme est haletant. Les scènes d’action sont extrêmement nombreuses et palpitantes. On peine à reprendre son souffle, tellement il se passe de choses. Le segment à la gare de Londres est énorme. Le combat entre Bourne et l’agent à Tanger est incroyable. Paul Greengrass est de nouveau au commande derrière la caméra, pour le plus grand des plaisirs. Tony Gilroy est une fois de plus responsable du scénario, avec l’aide de deux autres hommes, qui se révèle très intelligent. Joan Allen et Julia Stiles reprennent leur rôle, tandis que David Strathairn et Edgar Ramirez sont des nouveaux venus. Et, John Powell délivre clairement la meilleure des trame sonore de la trilogie Bourne, permettant de rendre chaque scène encore plus intense et prenante. Ainsi donc, The Bourne Ultimatum se révèle carrément le meilleur opus de la saga.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://www.horreur-web.com/ En ligne
Contenu sponsorisé




MessageSujet: Re: The Bourne quadrilogy (2002~2016, Doug Liman/Paul Greengrass)   Aujourd'hui à 10:23

Revenir en haut Aller en bas
 
The Bourne quadrilogy (2002~2016, Doug Liman/Paul Greengrass)
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 2Aller à la page : 1, 2  Suivant
 Sujets similaires
-
» The Bourne quadrilogy (2002~2016, Doug Liman/Paul Greengrass)
» Vol 93 de Paul Greengrass
» X-Files (1993-2002 ; 2016 ?, US)
» Jumper - 2008 - Doug Liman
» Edge of Tomorrow de Doug Liman avec Tom Cruise

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Horreur Web :: AUTRES :: Cinéma en général-
Sauter vers: