AccueilAccueil  FAQFAQ  RechercherRechercher  S'enregistrerS'enregistrer  MembresMembres  GroupesGroupes  ConnexionConnexion  

Partagez | 
 

 Mother of Tears (2007, Dario Argento)

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
Aller à la page : Précédent  1, 2, 3, 4, 5, 6, 7, 8, 9  Suivant
AuteurMessage
GRmax
Critique


Masculin Nombre de messages : 2461
Age : 32
Localisation : Montréal, Qc, Canada
Date d'inscription : 27/03/2006

MessageSujet: Re: Mother of Tears (2007, Dario Argento)   Jeu 20 Sep - 9:36

"Myriad intends to release the film theatrically in the U.S. and Canada sometime after the beginning of the new year." - ShockTillYouDrop.com

Ça sent une sortie possible au Cinéma du Parc ça...

freddy
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://www.horreur-web.com
cropsymadness
Repose en paix


Masculin Nombre de messages : 520
Age : 37
Localisation : st-jean sur richelieu(québec)
Date d'inscription : 10/09/2007

MessageSujet: Re: Mother of Tears (2007, Dario Argento)   Jeu 20 Sep - 11:55

J'attend ce nouveau film de dario argento avec impatience....j'ai vue le trailer et je souhaite vivement une sortie au cinéma! Mais ce qui me fait peur c'est justement que ce soit les weisten qui le distribue, ils vont sûrment charcuter le film comme ils ont l'habitudent de faire!!! A date les premiers échos du films ce serait du grand ARGENTO cool2
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
GRmax
Critique


Masculin Nombre de messages : 2461
Age : 32
Localisation : Montréal, Qc, Canada
Date d'inscription : 27/03/2006

MessageSujet: Re: Mother of Tears (2007, Dario Argento)   Sam 2 Fév - 17:49

Pour avoir lu de nombreuses critiques (de diverses sources) depuis la sortie du film, voici quelques remarques.

1. Visuellement, le film ne ressemble aucunement à Suspiria et Inferno. On parle d'une photographie qui confère à l'oeuvre un cachet beaucoup plus réaliste que celle des deux premiers films. Oubliez donc la présence de couleurs criardes et toute forme de psychédélisme.

2. Beaucoup de gens trouvent le film involontairement drôle. Beaucoup insistent sur le ridicule du scénario.

3. Le film est extrêmement violent

On est loin de se réjouir donc du dernier Argento...

Mais voici une critique bien construite et assez positive du film, écrite par Mannfan, un membre du forum darkdreams.org :

"Accueilli plutôt froidement au dernier festival du film fantastique de Gérardmer par une meute de "fans" probablement trop cartésiens et désireux de retrouver à tout prix la flamboyance de la fin des années 70,le dernier long métrage de Dario Argento s'éloigne courageusement des univers oniriques et opératiques de SUSPIRIA et INFERNO pour proposer une relecture ironique et moderne de la saga initiée en 1977 par le célèbre cinéaste italien.

MOTHER OF TEARS/LA TERZA MADRE se présente comme un carnaval à la sauvagerie primitive et aux accents païens,où le réalisateur convoque avec une nostalgie un peu désabusée toute une imagerie d'un cinéma disparu: le Fantastique italien des années 60 à 80.

Argento rend hommage aux artisans qui ont fait le cinéma de genre de son pays,de Sergio Martino à Lucio Fulci (le meurtre "trippant" de Coralina Cataldi Tassoni,les larmes de sang du policier...) en passant évidemment par le "mentor" d'Argento,Mario Bava,cité en ouverture (la goutte de sang du MASQUE DU DEMON,les mains sculptées et la fameuse apparition sursaut de SHOCK) et en conclusion de récit (la Villa Graps d'OPERATION PEUR!).

Plus généralement,Argento fait de LA TERZA MADRE une déclaration d'amour à l'Art sous toutes ses formes,de la littérature (la maison de Philippe Leroy et l'émouvante exhumation du livre des 3 Mères ,les recherches d'Asia Argento dans la bibliothèque,une scène clé du film -où le cinéaste retrouve les travellings furtifs de l'ouverture de TENEBRES- se déroulant même dans une librairie...) au cinéma en passant par la peinture:

le cadre du film est ainsi constamment chargé de tableaux,de fresques d'apocalypse,des génériques très stylisés (où Argento nous dévoile les influences visuelles du film) aux références picturales à Bosch,Goya,à l'art graphique (l'inattendu "fumetti" en flash back dont les illustrations sonores renvoient directement aux peintures vivantes du SYNDROME DE STENDHAL).

Même si Argento paie ici son tribut aux artistes qui ont pu l'inspirer tout au long de sa longue carrière,LA TERZA MADRE n'est pourtant pas qu'une oeuvre nostalgique et référentielle et le cinéaste ancre cette fois-ci les poussées du surnaturel dans notre quotidien le plus banal,à l'inverse des univers désincarnés et oniriques de SUSPIRIA et INFERNO.

Argento quitte ses palaces rutilants et leurs univers clos pour ouvrir son récit et faire de la ville de Rome un gigantesque terrain de chaos et de désolation,le cinéaste fantasmant ainsi une métaphore contemporaine de la décadence de notre société dite civilisée:
La "seconde chute de Rome",où notre violence quotidienne éclate sans prévenir et sans raison dans les rues,les mères tuant leurs enfants,la Loi et la Religion étant désormais des institutions "morales" dépassées et bafouées (voir à ce titre la mort délicieusement interminable du prêtre incarné par Udo Kier).

Argento s'éloignant toujours plus des deux premiers opus de la trilogie personnifie cette fois-ci les sorcières,en en faisant non sans humour des créatures gothiques,délurées et anarchiques,des trublions punk prenant plaisir à insulter les badauds des Rome et à s'adonner à des rites décadents (cannibalisme,perversions sexuelles,orgies...).

Le cinéaste,désinhibé par l'expérience heureuse de ses deux épisodes des MASTERS OF HORROR,semble jubiler de ces excès de sauvagerie retrouvée et surenchérit dans la veine décomplexée de JENIFER et PELTS;Argento mêlant toujours le sexe à la violence et n'épargnant pas les innocents:

Un couple sympathique et aimant de lesbiennes subit ainsi un destin particulièrement atroce,une mère se débarrasse de son nouveau-né avant d'éclater en sanglots dans un beau montage en crescendo musical,les sorcières se régalent du fils du compagnon de Sarah,et la Mater elle même (fascinante Moran Atias) est un top model préfabriqué qui périt sous le poids écrasant d'un symbole phallique démesuré!!


Même si Dario Argento n'évite pas certaines maladresses dues en partie à un budget qu'on devine trop restreint par rapport à l'ambition du projet (des effets spéciaux inégaux,une fin trop précipitée même si en accord en cela avec les conclusions déjà abruptes de SUSPIRIA et INFERNO),LA TERZA MADRE se révèle être un film somme pour le Fantastique italien et avant toute chose une oeuvre profondément libre et osée,en regard d'un cinéma de genre actuel de plus en plus timoré et formaté.
Oeuvre discrètement autobiographique aussi,Asia et sa mère Daria Nicolodi nous rejouant sur l'écran la séparation de la famille Argento..."
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://www.horreur-web.com
chainsaw
Mort Vivant!!!


Masculin Nombre de messages : 2487
Age : 41
Localisation : québec
Date d'inscription : 30/09/2006

MessageSujet: Re: Mother of Tears (2007, Dario Argento)   Sam 2 Fév - 22:13

GRmax a écrit:
Pour avoir lu de nombreuses critiques (de diverses sources) depuis la sortie du film, voici quelques remarques.

1. Visuellement, le film ne ressemble aucunement à Suspiria et Inferno. On parle d'une photographie qui confère à l'oeuvre un cachet beaucoup plus réaliste que celle des deux premiers films. Oubliez donc la présence de couleurs criardes et toute forme de psychédélisme.

2. Beaucoup de gens trouvent le film involontairement drôle. Beaucoup insistent sur le ridicule du scénario.

3. Le film est extrêmement violent

On est loin de se réjouir donc du dernier Argento...

Mais voici une critique bien construite et assez positive du film, écrite par Mannfan, un membre du forum darkdreams.org :

"Accueilli plutôt froidement au dernier festival du film fantastique de Gérardmer par une meute de "fans" probablement trop cartésiens et désireux de retrouver à tout prix la flamboyance de la fin des années 70,le dernier long métrage de Dario Argento s'éloigne courageusement des univers oniriques et opératiques de SUSPIRIA et INFERNO pour proposer une relecture ironique et moderne de la saga initiée en 1977 par le célèbre cinéaste italien.

MOTHER OF TEARS/LA TERZA MADRE se présente comme un carnaval à la sauvagerie primitive et aux accents païens,où le réalisateur convoque avec une nostalgie un peu désabusée toute une imagerie d'un cinéma disparu: le Fantastique italien des années 60 à 80.

Argento rend hommage aux artisans qui ont fait le cinéma de genre de son pays,de Sergio Martino à Lucio Fulci (le meurtre "trippant" de Coralina Cataldi Tassoni,les larmes de sang du policier...) en passant évidemment par le "mentor" d'Argento,Mario Bava,cité en ouverture (la goutte de sang du MASQUE DU DEMON,les mains sculptées et la fameuse apparition sursaut de SHOCK) et en conclusion de récit (la Villa Graps d'OPERATION PEUR!).

Plus généralement,Argento fait de LA TERZA MADRE une déclaration d'amour à l'Art sous toutes ses formes,de la littérature (la maison de Philippe Leroy et l'émouvante exhumation du livre des 3 Mères ,les recherches d'Asia Argento dans la bibliothèque,une scène clé du film -où le cinéaste retrouve les travellings furtifs de l'ouverture de TENEBRES- se déroulant même dans une librairie...) au cinéma en passant par la peinture:

le cadre du film est ainsi constamment chargé de tableaux,de fresques d'apocalypse,des génériques très stylisés (où Argento nous dévoile les influences visuelles du film) aux références picturales à Bosch,Goya,à l'art graphique (l'inattendu "fumetti" en flash back dont les illustrations sonores renvoient directement aux peintures vivantes du SYNDROME DE STENDHAL).

Même si Argento paie ici son tribut aux artistes qui ont pu l'inspirer tout au long de sa longue carrière,LA TERZA MADRE n'est pourtant pas qu'une oeuvre nostalgique et référentielle et le cinéaste ancre cette fois-ci les poussées du surnaturel dans notre quotidien le plus banal,à l'inverse des univers désincarnés et oniriques de SUSPIRIA et INFERNO.

Argento quitte ses palaces rutilants et leurs univers clos pour ouvrir son récit et faire de la ville de Rome un gigantesque terrain de chaos et de désolation,le cinéaste fantasmant ainsi une métaphore contemporaine de la décadence de notre société dite civilisée:
La "seconde chute de Rome",où notre violence quotidienne éclate sans prévenir et sans raison dans les rues,les mères tuant leurs enfants,la Loi et la Religion étant désormais des institutions "morales" dépassées et bafouées (voir à ce titre la mort délicieusement interminable du prêtre incarné par Udo Kier).

Argento s'éloignant toujours plus des deux premiers opus de la trilogie personnifie cette fois-ci les sorcières,en en faisant non sans humour des créatures gothiques,délurées et anarchiques,des trublions punk prenant plaisir à insulter les badauds des Rome et à s'adonner à des rites décadents (cannibalisme,perversions sexuelles,orgies...).

Le cinéaste,désinhibé par l'expérience heureuse de ses deux épisodes des MASTERS OF HORROR,semble jubiler de ces excès de sauvagerie retrouvée et surenchérit dans la veine décomplexée de JENIFER et PELTS;Argento mêlant toujours le sexe à la violence et n'épargnant pas les innocents:

Un couple sympathique et aimant de lesbiennes subit ainsi un destin particulièrement atroce,une mère se débarrasse de son nouveau-né avant d'éclater en sanglots dans un beau montage en crescendo musical,les sorcières se régalent du fils du compagnon de Sarah,et la Mater elle même (fascinante Moran Atias) est un top model préfabriqué qui périt sous le poids écrasant d'un symbole phallique démesuré!!


Même si Dario Argento n'évite pas certaines maladresses dues en partie à un budget qu'on devine trop restreint par rapport à l'ambition du projet (des effets spéciaux inégaux,une fin trop précipitée même si en accord en cela avec les conclusions déjà abruptes de SUSPIRIA et INFERNO),LA TERZA MADRE se révèle être un film somme pour le Fantastique italien et avant toute chose une oeuvre profondément libre et osée,en regard d'un cinéma de genre actuel de plus en plus timoré et formaté.
Oeuvre discrètement autobiographique aussi,Asia et sa mère Daria Nicolodi nous rejouant sur l'écran la séparation de la famille Argento..."
Personnellement.j'attendrai de me faire ma propre opinion.J'ai toujours espoir...
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
mannfan
Phase terminale


Masculin Nombre de messages : 49
Age : 38
Localisation : France
Date d'inscription : 06/02/2008

MessageSujet: Re: Mother of Tears (2007, Dario Argento)   Mer 6 Fév - 8:30

GRmax a écrit:
Mais voici une critique bien construite et assez positive du film

merci! happy1

j'ai posté mon avis sur Imdb (mais dans un anglais très imparfait...désolé! sad2 ):

SPOILERS

http://www.imdb.com/title/tt0804507/usercomments-14

et je vous donne le lien de la critique d'un ami...nous partageons le même avis sur ce film certes imparfait mais néanmoins très intéressant! cool2 :

http://caveauxcrapauds.canalblog.com/archives/2007/12/31/7400330.html
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
GRmax
Critique


Masculin Nombre de messages : 2461
Age : 32
Localisation : Montréal, Qc, Canada
Date d'inscription : 27/03/2006

MessageSujet: Re: Mother of Tears (2007, Dario Argento)   Mer 6 Fév - 10:05

Super mannfan ! En passant, je lis très fréquemment le forum de darkdreams.org. Toujours agréable d'entendre des amateurs aussi dédiés.

La critique de ton ami est aussi très bien et personnellement, j'ai l'impresson que je risque d'apprécier ce film, surtout au fil des visionnements, comme pour la plupart des films d'Argento. Je m'oblige à patienter jusqu'à sa sortie DVD ici au Québec.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://www.horreur-web.com
mannfan
Phase terminale


Masculin Nombre de messages : 49
Age : 38
Localisation : France
Date d'inscription : 06/02/2008

MessageSujet: Re: Mother of Tears (2007, Dario Argento)   Jeu 7 Fév - 10:56

GRmax a écrit:
Je m'oblige à patienter jusqu'à sa sortie DVD ici au Québec.

j'ai hâte de lire ton avis!

Le dvd italien (version uncut) sort à la vente en Avril,je suppose que le dvd US sera disponible à l'automne 2008.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
LDiable
Phase terminale


Masculin Nombre de messages : 60
Age : 42
Localisation : Sept-Iles Quebec
Date d'inscription : 13/02/2008

MessageSujet: Re: Mother of Tears (2007, Dario Argento)   Mer 13 Fév - 11:39

Et mdr tempis plus capable dattendre jai parti mon download je lecoute ce soir et je vous en donne des nouvelles demain. happy2
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
GRmax
Critique


Masculin Nombre de messages : 2461
Age : 32
Localisation : Montréal, Qc, Canada
Date d'inscription : 27/03/2006

MessageSujet: Re: Mother of Tears (2007, Dario Argento)   Mer 13 Fév - 12:11

LDiable a écrit:
Et mdr tempis plus capable dattendre jai parti mon download je lecoute ce soir et je vous en donne des nouvelles demain. happy2
Quoique je ne sois pas en accord avec l'idée de télécharger un film qui sera bientôt disponible et surtout, de le regarder sur son écran d'ordinateur, je te souhaite tout de même un bon visionnement.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://www.horreur-web.com
Mr. Horreur Web
Administrateur


Masculin Nombre de messages : 8610
Age : 36
Localisation : Canada
Date d'inscription : 29/04/2005

MessageSujet: Re: Mother of Tears (2007, Dario Argento)   Mer 13 Fév - 12:12

GRmax a écrit:
LDiable a écrit:
Et mdr tempis plus capable dattendre jai parti mon download je lecoute ce soir et je vous en donne des nouvelles demain. happy2
Quoique je ne sois pas en accord avec l'idée de télécharger un film qui sera bientôt disponible et surtout, de le regarder sur son écran d'ordinateur, je te souhaite tout de même un bon visionnement.

Surtout pour un film de Dario Argento Mad

_________________
In heaven, everything is fine!
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://www.horreur-web.com
LDiable
Phase terminale


Masculin Nombre de messages : 60
Age : 42
Localisation : Sept-Iles Quebec
Date d'inscription : 13/02/2008

MessageSujet: Re: Mother of Tears (2007, Dario Argento)   Mer 13 Fév - 13:15

Oui oui je sais cest pas bien je suis juste trop impatient de le voir et surtout que je sais quil ne passera jamais en salle dans ma region^^ donc peux pas attendre encore un ans avant de mettre la main sur le dvd... Tout facon je dois bien completer ma trilogie jai deja les suspiria et inferno en version limité... juste un petit voyage dans le temps alien2 et puis pour ce qui est de mon ecran d'ordinateur cest un LCD de 31 pouces alors cest quand meme pas mal...


Dernière édition par le Mer 13 Fév - 13:40, édité 1 fois
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
def leppard
King des Zombies!


Masculin Nombre de messages : 5593
Age : 37
Localisation : Québec Canada
Date d'inscription : 25/03/2007

MessageSujet: Re: Mother of Tears (2007, Dario Argento)   Mer 13 Fév - 13:20

De toute facon sur le net ca doit etre seulement une version workprint quelque chose du genre pis juste en anglais.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
LDiable
Phase terminale


Masculin Nombre de messages : 60
Age : 42
Localisation : Sept-Iles Quebec
Date d'inscription : 13/02/2008

MessageSujet: Re: Mother of Tears (2007, Dario Argento)   Mer 13 Fév - 13:32

def leppard a écrit:
De toute facon sur le net ca doit etre seulement une version workprint quelque chose du genre pis juste en anglais.

Je sais pas exactement mais je peux te dire que la qualité est celui d'un DVD ( il vient tout juste de finir..) image A1 son A1 Pour le son bien sur, en Italien mdr loool vais attendre finalement ^^ violent3
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
def leppard
King des Zombies!


Masculin Nombre de messages : 5593
Age : 37
Localisation : Québec Canada
Date d'inscription : 25/03/2007

MessageSujet: Re: Mother of Tears (2007, Dario Argento)   Mer 13 Fév - 14:20

oui moi aussi j attendrais a ta place au moins qu il soit en anglais du moindre.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
def leppard
King des Zombies!


Masculin Nombre de messages : 5593
Age : 37
Localisation : Québec Canada
Date d'inscription : 25/03/2007

MessageSujet: Re: Mother of Tears (2007, Dario Argento)   Jeu 10 Avr - 19:28

Trailer

http://www.youtube.com/v/ZKOL1RCkUao
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
chainsaw
Mort Vivant!!!


Masculin Nombre de messages : 2487
Age : 41
Localisation : québec
Date d'inscription : 30/09/2006

MessageSujet: Re: Mother of Tears (2007, Dario Argento)   Jeu 10 Avr - 20:53

Honnêtement le trailer me laisse plutôt froid.Mais bon,celà ne m'enlevera pas l'envie de découvrir(enfin!) le troisième volet de cette belle(vieille) époque d'Argento. Very Happy
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Neon Maniacs
Mort Vivant!!!


Masculin Nombre de messages : 1651
Age : 33
Localisation : Québec, Canada
Date d'inscription : 07/03/2006

MessageSujet: Re: Mother of Tears (2007, Dario Argento)   Jeu 10 Avr - 21:10

J'ai entendu du bon comme du mauvais, enfin il parrait que pour finir, c'est très bien, sauf que Asia Argento gâche le film à elle seule par son manque de talent d'actrice, ce que je n'ai pas de misère à croire, mais Dario l'a bien dirigé dans ''Trauma'' alors je me dis qu'il peux p-e faire un miracle une fois de plus ! Wink
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
jeff111
Définitivement Mort


Masculin Nombre de messages : 466
Age : 25
Localisation : Deux-Montagnes, Québec
Date d'inscription : 15/08/2006

MessageSujet: Re: Mother of Tears (2007, Dario Argento)   Jeu 10 Avr - 21:46

J'ai aimé la façon dont Dario a terminé la trilogie des Mères. Bien sûr, la tâche était ardue d'égaler les deux premiers opus, mais il s'en est sorti très bien ! Film beaucoup plus gore, mais moins esthétique que Suspiria et Inferno. Le style de Dario a évolué depuis ses débuts, mais il est toujours aussi original.
3.5/5
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
jwascar
Définitivement Mort


Masculin Nombre de messages : 351
Age : 31
Localisation : Québec, Montréal
Date d'inscription : 26/03/2006

MessageSujet: Re: Mother of Tears (2007, Dario Argento)   Jeu 10 Avr - 22:42

Le gore est assez présent dans celui-ci, même qu'il m'est arrivé de détourner la vue lors de la première scène de meurtre que j'ai trouvé magistrale. Quelques chocs, une histoire solide et des bonnes performances, que demander de plus?
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
GRmax
Critique


Masculin Nombre de messages : 2461
Age : 32
Localisation : Montréal, Qc, Canada
Date d'inscription : 27/03/2006

MessageSujet: Re: Mother of Tears (2007, Dario Argento)   Ven 11 Avr - 11:20

Je suis heureux d'entendre ces commentaires de votre part les gars ! Very Happy
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://www.horreur-web.com
mannfan
Phase terminale


Masculin Nombre de messages : 49
Age : 38
Localisation : France
Date d'inscription : 06/02/2008

MessageSujet: Re: Mother of Tears (2007, Dario Argento)   Sam 12 Avr - 13:40

GRmax a écrit:
Je suis heureux d'entendre ces commentaires de votre part les gars ! Very Happy

oui ça fait plaisir parce que je peux vous dire qu'ici en France les critiques ont été souvent excessivement négatives!! sad2 angry1 angry8
donc ça fait plaisir aussi de lire des avis enthousiastes sur ce film!! Very Happy Wink

Le dvd UK (et uncut!) sera disponible le 21 Avril. 8)
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Neon Maniacs
Mort Vivant!!!


Masculin Nombre de messages : 1651
Age : 33
Localisation : Québec, Canada
Date d'inscription : 07/03/2006

MessageSujet: Re: Mother of Tears (2007, Dario Argento)   Ven 6 Juin - 21:54



La Terza madre, ultime volet de la trilogie des trois mères après Suspiria et Inferno était attendu avec autant d'impatience que de scepticisme. Comment Argento allait-il s'y prendre 27 ans après avoir livré son film le plus coloré, le plus ésotérique et le plus baroque pour élaborer une oeuvre, autour de cette troisième mère, la plus cruelle de toutes, la mère des larmes ? L'heure n'est plus au cinéma baroque et onirique. Le budget alloué a également changé. Plutôt que de s'installer dans la routine de l'autoréférence et des recettes éprouvées, Argento poursuit son évolution sans jamais cesser d'expérimenter, et en se libérant des contraintes artistiques et morales. Le cinéaste décide de s'éloigner de l'esthétique bariolée de ses deux classiques, non pas par pur esprit d'antithèse, mais dans une perspective de changement du monde et d'évolution du cinéma et de son propre cinéma. Ainsi La Terza Madre résonne t'il tout à la fois comme un retour aux sources et comme une confrontation du surnaturel à l'évolution des mentalités et au cinéma contemporain. Elle est en cela une oeuvre rétrospective et moderne, partagée entre le passé et le présent, la nostalgie et le désir d'innover.

L'argument de départ, d'une banalité assez indigne d'Argento, ne laissait pas présager des meilleurs auspices : l'ouverture d'un coffret contenant des statuettes maléfiques et une tunique magique va réveiller la troisième mère de son long sommeil et libérer les forces du mal. Pourtant, Argento, passé une sympathique mais classique scène d'exposition, enchaîne sur une séquence furieuse qui fait immédiatement basculer La Terza Madre dans un tout autre climat. En effet l'une des belles idées de La Terza Madre est de tourner le dos à l'univers judéo-chrétien de la sorcellerie, pour un retour aux origines païennes et antiques, de rites et de divinités cruelles, métamorphosant ainsi l'oeuvre en fête sauvage et primitive. Argento tire alors magnifiquement parti des décors romains entre leur gigantisme écrasant et leurs ruines, leur aspect labyrinthique donnant parfois l'impression de pénétrer aux tréfonds de la terre.
Après Pelts et Jennifer on était en droit de craindre l'intervention du gore comme un risque de grand-guignolesque ironique. Or, Argento dans La Terza Madre invente une nouvelle forme de gore, tout aussi dérangeante qu'esthétique, toujours liée à une ritualisation de la mort et de la douleur mais nourrie de multiples références artistiques et culturelles, au côté obscur de l'Art de Bosch à Goya en passant par Bacon, un gore tout à la fois éprouvant et justifié. Argento ne se libère pas de cette obsession des longues agonies et d'une conception baroque de la douleur et du martyre. Ses scènes de violence ont beau être d'une bestialité prononcée, elles ne sont pas racoleuses, mais toujours intégrées à la folie de l'ensemble. Le film ne repose jamais sur leur attente, ce qui éloigne une nouvelle fois Argento de la notion même de cinéma de genre.

La Terza Madre n'est pas une oeuvre parfaite ; elle n'est pas exempte de certains effets faciles inutiles, de fautes de goûts ou de maladresses, mais elle laisse le goût constant de la liberté et de l'inattendu et ose tous les tons naviguant entre l'horreur, le merveilleux naïf, et l'hommage au cinéma de quartier d'antan. Pour pallier le manque de moyens, Argento emploie délibérement les CGI de manière candide comme pour retrouver la tonalité du cinéma populaire italien des années 60, des péplums qui détruisaient Pompéi aux films gothiques de Freda et Bava avec leurs demeures maudites se consumant en un feu salvateur. La Terza Madre est une oeuvre extrêmement riche et dense, référentielle sans être auto-référentielle faisant preuve d'une passion de la culture sous toutes ses formes, de la peinture au cinéma en passant par le livre. Vision d'angoisse d'une Asia Argento dans un appartement peuplé de livres ou rayonnages d'une librairie faisant office de refuge protecteur, splendides travellings dans un musée romain, présence constante de peintures et de sculptures dans la pénombre des murs, La Terza Madre respire dans chacun de ses plans un amour de la culture et de l'Art en général, perçus comme une menace et une richesse, et des liens tutélaires avec toutes les forces du passé. Le retour d'Argento au Scope lui permet de donner libre court à son art des majestueuses envolées dans des couloirs, de superbes plans séquences dans des demeures abandonnées, ou de beaux plans larges de personnages perdus dans l'immensité du décor. La photo tout en clair-obscur mêlant le noir et l'orangé rappelle à la fois Rembrandt et Caravage plongeant même le jour dans l'obscurité.

Dans Inferno et Suspiria, Argento métamorphosait le monde en rêve, plongeant dans l'ailleurs. La grande force de La Terza Madre tient à ce sentiment de ne jamais quitter un seul instant notre monde dans une irruption du paganisme au sein de la réalité : elle a glissé dans l'horreur et c'est une peur inédite et profonde que procure ce fantastique "vrai". Agressions nocturnes, phénomènes d'hystérie et de folie collectives, hurlements extérieurs ; l'enfer est sur terre. Entre l'angoisse urbaine d'un Ténèbres et l'alchimique d'Inferno surgissent les ténèbres du réel. Cette intégration du fantastique à notre réalité procure la sensation d'une terreur tout à la fois urbaine et sacrée, de chaos universel, d'apocalypse contemporaine. Argento interroge la symbolique du Mal à travers les âges, dans sa représentation sociale et culturelle. Cela va du singe employé dans l'Art - dans l'imaginaire médiéval en particulier - comme allégorie du diable, aux échos que trouve Argento de la mythologie dans notre présent : représentées comme des ados délurées habillées dans un look gothique, grimaçantes et raillant les passants, les sorcières qui servent la mère des larmes font figure de nouvelles bacchantes, des ménades vouées aux cultes dyonisiaques et prêtes à déchiqueter ceux qui s'en éloigneraient.

Malgré son énergie et son indéniable frénésie, La Terza madre n'a rien d'un film séducteur et ne se livre pas dès la première vision. Des ralentissements de son intrigue à ses accélérations inattendues, de séquences très fortes extrêmement brèves, à des moments d'errence hypnotique, jusqu'aux scènes de sabbat proprement dites toutes concentrées sur la fin, La Terza Madre intègre un rythme déroutant et inhabituel, plein d'irrégularités, disruptif, la narration fragmentée et elliptique en ajoutant à l'étrangeté de l'ensemble, comme si la forme convulsive et déréglée tendait à épouser le désordre du monde.

La Terza Madre laisse dans un curieux état de flottement et d'incertitude, de perte des repères et de malaise que ne viendra pas dissiper le plan final, tout en ironie et en ambiguïté. La puissance créatrice d'Argento réside en sa propension à déstabiliser au point de faire douter de l'essence même de ses images. Parvenant même à brouiller notre propre réalité, La Terza Madre fait partie de ses oeuvres qui métamorphosent le cinéma en voyage et en expérience ... magique.


Ce n'est pas ma critique, je tiens à le dire, mais c'est ce que je pense aussi en grande partie !
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
mannfan
Phase terminale


Masculin Nombre de messages : 49
Age : 38
Localisation : France
Date d'inscription : 06/02/2008

MessageSujet: Re: Mother of Tears (2007, Dario Argento)   Ven 20 Juin - 9:18

cool2

et j'en profite pour vous mettre le lien de cette critique,mise à jour avec quelques références picturales qu'on peut trouver dans le film... happy1 :

http://www.cinetudes.com/LA-TERZA-MADRE-de-Dario-Argento-2007_a233.html
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Neon Maniacs
Mort Vivant!!!


Masculin Nombre de messages : 1651
Age : 33
Localisation : Québec, Canada
Date d'inscription : 07/03/2006

MessageSujet: Re: Mother of Tears (2007, Dario Argento)   Ven 20 Juin - 14:20

mannfan a écrit:
cool2

et j'en profite pour vous mettre le lien de cette critique,mise à jour avec quelques références picturales qu'on peut trouver dans le film... happy1 :

http://www.cinetudes.com/LA-TERZA-MADRE-de-Dario-Argento-2007_a233.html

C'est toi qui l'a fait ? Smile

bonne idée les références, ça aide à mieux comprendre !!
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
mannfan
Phase terminale


Masculin Nombre de messages : 49
Age : 38
Localisation : France
Date d'inscription : 06/02/2008

MessageSujet: Re: Mother of Tears (2007, Dario Argento)   Ven 20 Juin - 16:02

Neon Maniacs a écrit:
C'est toi qui l'a fait ? Smile

non,c'est un ami qui a écrit cet article. Wink

Le film est-il sorti dans les cinémas canadiens? Wink

En France,ce sera malheureusement un direct to dvd... Crying or Very sad
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Contenu sponsorisé




MessageSujet: Re: Mother of Tears (2007, Dario Argento)   Aujourd'hui à 5:42

Revenir en haut Aller en bas
 
Mother of Tears (2007, Dario Argento)
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 5 sur 9Aller à la page : Précédent  1, 2, 3, 4, 5, 6, 7, 8, 9  Suivant
 Sujets similaires
-
» Mother of Tears (2007, Dario Argento)
» Mother of Tears
» Dario Argento-Blu ray!
» Ténèbres - Tenebre - Dario Argento - 1982
» Phenomena (1985, Dario Argento)

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Horreur Web :: CINÉMA :: Films d'horreur-
Sauter vers: